Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Cusco, au nombril du monde

Après ces 22h de trajet, un peu longues certes mais sans encombres, nous arrivons tous les trois à Cusco. Son nom "Qosqo" en quechua signifie "nombril du monde", dû au rôle central que la ville jouait dans l'Empire inca. De hauts pans de murs de l'époque inca sont encore visibles, mais la ville a été recouverte de constructions coloniales liées à la conquête espagnole. Le centre-ville est inscrit au Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, ce qui participe à la préservation de ces traces historiques.

Au terminal de bus, une gentille petite dame nous propose un hôtel pas trop cher. C'est sur la route vers ceux qu'on avait repérés, on passe donc voir. L'hôtel est très propre et a l'air bien confortable. Un peu la flemme de marcher plus loin, on se pose donc à l'hôtel Tayta Wasi pour une nuit à 90 soles pour trois, petit déj compris. 

Un instant pour récupérer un peu et on part faire un tour dans Cusco. La ville est beaucoup​ plus mignonne que Lima. Il y a aussi des espaces piétonniers et dans certains quartiers, les rues sont plus petites et tortueuses - au contraire de la plupart des villes sud-américaines construites en quadrillage. En revanche, on voit que la période touristique a commencé : partout, partout, on croise des touristes ! Pas discrets en plus : beaucoup d'entre eux sont affublés du bonnet péruvien ou d'un pull au motif lama... qui sont pourtant peu portés par les Péruviens (en tout cas dans la région de Cusco) ! 
Le cœur de la ville est bien entendu la Plaza de Armas. Elle s'étend sur l'espace cérémoniel inca, reconverti en place coloniale. Charmant lieu puisque c'est ici que furent exécutés Diego de Almagro et Gonzalo Pizarro, mais aussi que la tête de Túpac Amaru fut exposée et que Túpac Amaru II fut écartelé ! Aujourd'hui, en signe de revanche ?, une statue d'un chef amérindien trône au centre de la place. Une autre de ses particularités​ est la présence de deux églises imposantes : la cathédrale et l'église jésuite de la Compañía. Elles s'appuient toutes deux sur d'anciens palais incas et se livrèrent à une petite concurrence au XVIe siècle pour savoir laquelle serait la plus belle ! Aujourd'hui, les deux font belle figure :) En fin de journée, avec le soleil couchant, cette place entourée de collines est vraiment belle. 
Normalement, l'entrée dans beaucoup d'églises est payante à Cusco. Cependant, grâce à la semaine sainte, la plupart sont ouvertes librement au public, au moins durant quelques heures. On a donc la chance de pouvoir entrer dans la plupart d'entre elles et elles sont nombreuses : église de la Merced, de San Francisco, Santa Teresa... Au total, on en compte 16 dans le centre ! Cependant, avant samedi, les statues sont recouvertes d'un drap - symbolisant la tristesse des saints face à la mort de Jésus... 
Ce jour-là, on part aussi voir les proches hauteurs de Cusco : dans le Routard, on a repéré l'hostel San Cristóbal dans le quartier du même nom, moins cher que celui qu'on a choisi pour la première nuit. Avant d'y arriver, on se fait interpeller pour aller jeter un œil dans un magasin de chocolat... Mmm, trop tentant, on y va ! La fille qui nous accueille est super sympa et nous fait goûter plein de différents chocolats, notamment à la feuille de coca. Mais comme tout bon chocolat au Pérou, c'est très cher ! On se promet quand même d'y revenir si on a le temps... On reprend alors notre montée vers San Cristóbal. Après de nombreux escaliers (et à 3400m altitude, pas facile pour le souffle), on le trouve enfin ! Beaucoup moins classe, mais on réserve quand même pour le lendemain... 

Statue d'un chef amérindien sur la Plaza

Statue d'un chef amérindien sur la Plaza

La Compañía et la cathédrale sur la Plaza de Armas
La Compañía et la cathédrale sur la Plaza de Armas
La Compañía et la cathédrale sur la Plaza de Armas

La Compañía et la cathédrale sur la Plaza de Armas

Repas à l'hôtel Tayta Wasi, on fait goûter l'Inka cola !

Repas à l'hôtel Tayta Wasi, on fait goûter l'Inka cola !


Après un bon petit déj à l'hôtel, on repart nos sacs sur le dos vers l'hostel San Cristóbal. Une autre fille, un peu moins sympathique que la veille, nous accueille et nous dit que la chambre n'est pas prête. On pose quand même les sacs et on fait un tour de hôtel un peu plus approfondi que la veille. On y croise alors deux Françaises, qui s'appellent toutes les deux Marine ! Elles ne nous font pas franchement l'éloge de l'hostel (pas d'eau chaude, accueil désagréable...). Cela s'ajoutant à notre impression, nous décidons de changer de nouveau de lieu pour dormir ! Après avoir erré un peu, on trouve finalement l'hostel Cielitos. Pas le confort du premier, mais ça paraît beaucoup plus propre que l'autre et c'est bien situé : on signe pour 20 soles/nuit chacun, avec petit déj. 

Nos ventres gargouillent déjà et nous trouvons donc un petit resto qui fait un menu à 10 soles : une grosse soupe, un plat bien conséquent (truite pour Nico et Marine, .......... pour Flo) et de la chicha morada en boisson. Difficile de finir le plat ! 
On file ensuite vers le musée Casa Concha : il est présenté comme incontournable par le Routard avant la visite au Machu Picchu pour mieux comprendre le site. On y trouve en effet une maquette du site et quelques explications sur sa découverte, les différents quartiers et bâtiments qui le composent, certaines habitudes et objets incas... C'est cependant loin d'être exhaustif et le mystère du Machu Picchu est donc loin d'être levé ! Cette visite nous a quand même pris du temps et la nuit tombe déjà. On se balade encore un peu dans Cusco, on fait quelques​ courses pour le repas du soir et retour à l'hôtel. Le froid et la fatigue précipitent notre glissement sous les draps ! 

Pas faciles les marches du quartier San Cristóbal !

Pas faciles les marches du quartier San Cristóbal !


Après le petit-déjeuner le lendemain, mauvaise surprise : Flo ne retrouve plus sa pochette où il a sa carte bancaire. Heureusement, le passeport n'y était pas. On renverse le sac, puis on retourne à l'hostel San Cristóbal (un peu honteux) au cas où elle serait tombée là-bas ... mais nada ! On prêtera donc de l'argent à Flo pour le reste de son voyage. 
Les galères de la journée continuent : on voulait acheter nos billets pour le Machu Picchu et d'autres sites autour de Cusco... mais on est vendredi saint et ce jour-là tout est fermé au Pérou ! 
Tant pis, on décide de visiter Cusco une journée de plus. Il est 12h15 et un free tour est organisé à 12h30, ça tombe bien ! Le guide est péruvien, le groupe majoritairement composé de Britanniques. On commence par le centre ville, où le guide nous explique un peu l'histoire de la ville, des Incas et de l'arrivée des Espagnols. Chose particulière qu'on n'avait pas remarqué : la vieille ville est en forme de puma, un des trois animaux sacrés des ​Incas (avec le condor pour les cieux et le serpent pour le monde sous-terrain). 
On prend ensuite de la hauteur en parcourant le quartier San Cristóbal (on les aura montées ces marches !), mais on continue encore plus haut jusqu'à l'église et point de vue sur la ville. Le guide nous explique qu'au Sud de Cusco, beaucoup d'Américains viennent s'installer et leurs maisons ressemblent plutôt à des villas ! 
On continue sur la partie haute de Cusco, dans le quartier San Blas - avec un autre point de vue sur la ville. Ce quartier est vraiment sympa, avec plein de petites rues, de petits restos et de boutiques d'artisanat. On s'arrête dans l'une d'entre elles et la vendeuse nous explique les différents types de tissus : ne pas confondre le tissu synthétique avec de la laine pur bébé alpaca (bien plus doux au toucher !). Elle nous promet aussi des réductions si on vient acheter nos souvenirs dans sa boutique et nous offre des lamas en porte-clés : la famille de Sergio s'agrandit !!! 
Le guide attire ensuite notre attention sur les murs incas encore visibles. Leur technique de construction leur a permis de résister aux tremblements de terre, pourtant nombreux dans la région. Il nous montre également la célèbre pierre à 12 angles de la rue Hatun Rumiyoc (alors que la plupart en ont entre 6 et 8).  
On termine la visite dans un bar-resto où on nous offre un pisco sour ! L'occasion pour Flo de tester ce célèbre alcool péruvien :) 

La vue sur Cusco depuis le quartier San Cristóbal
La vue sur Cusco depuis le quartier San Cristóbal

La vue sur Cusco depuis le quartier San Cristóbal

La place du quartier San Blas

La place du quartier San Blas

La pierre à douze angles

La pierre à douze angles

Après cela, nous continuons notre tour dans Cusco : on retourne à la boutique de vêtements acheter quelques souvenirs. Les vendeuses sont trop contentes et, après les achats, nous déguisent avec ponchos et bonnets et nous prennent en photo. De vrais touristes ! 
Ensuite, direction le Mercado San Pedro. La plupart des stands sont fermés à cause du vendredi saint... mais heureusement, ce n'est pas le cas pour les jus de fruits​ ! On déguste donc un bon jus de fruit frais préparé devant nos yeux. 
Sur la place San Francisco, on tombe ensuite sur un petit concert de Chiliens. En voyage eux aussi, ils le financent grâce à leur musique. Ils ont la pêche et on reste les écouter jusqu'à la fin ! 
Changement d'ambiance pour la suite : c'est l'heure de la procession du vendredi saint. On voit donc défiler le Christ dans son linceul, suivi par la fanfare. Bizarrement la musique est plutôt entraînante ! 
Retour à l'hôtel pour déguster nos avocats et se coucher pas trop tard... Demain, les choses sérieuses commencent : on va visiter nos premières ruines incas à Pisac !

Concert des Chiliens

Concert des Chiliens

Procession du vendredi saint

Procession du vendredi saint

Voir les commentaires

Lima avec le frangin !

[problème de carte SD donc peu de photos pour cet article et quelques-uns à venir... on espère pouvoir résoudre le problème ! ]

Nous voilà donc à l'hôtel España de Lima à attendre l'arrivée de Florian (petit frère de Marine) le dimanche 9 avril. Retrouvailles après six mois donc ! On est tous les trois un peu fatigués après les longs trajets, mais on va quand même se balader dans Lima. 
C'est le dimanche des Rameaux qui inaugure la Semaine sainte, très importante au Pérou : on se souhaite "¡feliz semana santa!". Sur la place centrale, on assiste à une procession : une statue de Marie et une autre de Jésus portant sa croix sont promenées dans la ville et les gens semblent faire preuve d'une grande ferveur. On regarde donc ce moment de piété populaire, avant de se mettre en quête d'un lieu pour dîner. 

Animaux de compagnie à l'hostel
Animaux de compagnie à l'hostel

Animaux de compagnie à l'hostel

On choisit de retourner au festival des saveurs du Pérou, qu'on avait déjà testé le premier soir de notre venue à Lima. Ce festival permet de goûter les spécialités péruviennes à petit prix. Flo choisit l'aji de gallina, Nico le fameux cuy (cochon d'Inde !) et Marine un trio de saveurs. On prend cette fois-ci un dessert pour goûter les picarrones. Ce n'est pas hyper délicieux, mais on aura testé ! 
On se balade rapidement avant de rentrer à l'hôtel : on pense profiter mieux après une bonne nuit de sommeil ! 

Cependant, pas de chance, le lendemain, Flo ne se sent pas très bien : on l'a peut-être initié trop vite aux parfums péruviens et l'estomac n'a pas l'air de trop apprécier... On a nous-mêmes le ventre un peu ballonné. Pendant que Flo se repose, on organise la suite - notamment le transport jusqu'à Cusco qui est apparemment plus sympa à visiter que Lima. Avec la semaine sainte, les bus sont plus rapidement complets et on décide aussi de ménager l'estomac du petit frère : on ne partira donc que le lendemain. 
En fin d'après-midi, Flo se sent un peu mieux et on fait un petit tour dans le centre pour lui montrer la Plaza de Armas et les rues autour. On va aussi lui montrer le marché de Lima - pas le plus sympa du Pérou mais ça donne un petit aperçu ! 
Pour le repas, pas de surprise pour les estomacs : on déguste le Comté​ et le saucisson amenés de France par Flo !! C'est vraiment difficile de trouver du bon fromage et de la bonne charcuterie en Amérique du Sud, alors nos papilles se réjouissent :) 

Passage obligé par les églises

Passage obligé par les églises

Mardi matin, ça va mieux. Le bus n'est qu'à 16h30 donc on a le temps de se promener dans Lima. On passe avant tout à la boulangerie acheter de quoi petit déjeuner. On trouve des très bons croissants fourrés à la manjar  (sorte de confiture de lait). Celle-ci plaît bien à Flo et en plus, l'estomac l'accepte ! 
On se dirige ensuite vers le musée de la banque centrale qu'on avait brièvement parcouru la première fois qu'on était venus à Lima. Comme il permet de voir des éléments de pas mal de civilisations pré incas du Pérou et qu'il est gratuit, il nous semble intéressant pour que Flo ait un aperçu de ces cultures. 
En y allant, on s'arrête à une expo photo également organisée par la banque centrale. Ce sont des photographies de femmes. On participe au "jeu" qui consiste à apposer des smileys à côté des photos : celle qui nous émeut le plus, celle qui nous fait rire, celle qu'on préfère, celle qui nous met en colère... Pas toujours facile de choisir, mais ça rend l'expo plus ludique !
Direction ensuite le musée permanent de la banque centrale où on s'attarde surtout sur les objets pré incas ainsi que dans la salle de l'histoire de la peinture péruvienne depuis le XVIIIe siècle. Ça a changé de style ! 
Il est maintenant temps d'aller manger avant d'aller prendre le bus. Notre super resto "habituel" est fermé, on en teste donc un autre du même style (mais moins bon !). 
Vite vite, il est l'heure d'aller reprendre nos affaires à l'hôtel et d'aller au bus (on passe quand même prendre un churros à la manjar avant !). Pour cela, on doit prendre le métro qui n'est autre qu'un bus en voie propre. Marche rapide jusqu'au​ métro donc, on attrape tout de suite le bon, marche rapide entre le métro et le bus... tout va bien, on est finalement laaargement dans les temps ! 
Enregistrement des bagages, puis on embarque pour 22h de voyage direction Cusco !! 

Expo photo sur les femmes péruviennes

Expo photo sur les femmes péruviennes

Voir les commentaires

Chachapoyas - Lima : un instant pour la méditation

Après Chachapoyas, nous partons à Lima pour retrouver le frère de Marine qui arrive le dimanche 9 avril. Afin d'assurer le coup, nous partons plus tôt que prévu : le vendredi ! Nous passons donc à côté de quelques visites intéressantes dans les environs de Chachapoyas : la Catara de Gocta, qui figure parmi les plus hautes cascades du monde, le mausolée de Revash, cimetière Chachapoyas accroché à flanc de falaise, ou encore les sarcophages de Karajia.
On quitte donc Chachapoyas vers 13h13 le vendredi 7 avril. Le début du voyage se passe plutôt bien puisqu'on est les seuls en première classe pendant les 3 premières heures. Une fois à Bagua Grande, 2 autres personnes nous rejoignent. Le dîner est servi vers 18h et on s'endort vers 22h après avoir regardé quelques films.

Début  de ce long périple

Début de ce long périple

Pour le début du trajet, on est posés et seuls au premier étage du bus
Pour le début du trajet, on est posés et seuls au premier étage du bus

Pour le début du trajet, on est posés et seuls au premier étage du bus

Paysage sympa avec une rivière bien pleine à cause des fortes pluies des derniers jours

Paysage sympa avec une rivière bien pleine à cause des fortes pluies des derniers jours

Le repas du soir, c'est à peu près le même que nous aurons en allant et en revenant de Cusco avec cette même compagnie Le repas du soir, c'est à peu près le même que nous aurons en allant et en revenant de Cusco avec cette même compagnie

Le repas du soir, c'est à peu près le même que nous aurons en allant et en revenant de Cusco avec cette même compagnie

La route jusque Trujillo se passe bien, on avance presqu'en suivant le rythme prévu. 
Au petit matin, quelques kilomètres après avoir passé Trujillo, c'est là que les ennuis commencent... Il est 5h30 lorsqu'on subit les premiers ralentissements. 
En effet, un pont situé dans le petit village de Virú a été emporté lors des inondations vers la mi-mars. Le passage est désormais difficile puisque ça ne circule que dans un sens à la fois sur un pont plus petit situé en amont sur la rivière.
Pour parcourir les 7km qui nous séparent de ce passage, nous ne prendrons rien de moins que ...16h15 !!

Le petit déjeuner, deuxième et dernier repas prévu dans le prix, est servi vers 8h du matin. Quelques temps après et quelques mètres plus loin, la personne responsable du service à bord fait le ménage et dépose le sac poubelle contenant les déchets des deux repas sur le bord de la route... Les autres passagers du bus en font autant avec les emballages des aliments achetés aux vendeurs ambulants qui profitent de l'aubaine de cet énorme embouteillage pour faire commerce. On retrouve donc cartons, polystyrène/frigolite, canettes,... déposés en bord de route parmi les nombreux déchets déjà présents. On se croirait au festival musical de Dour il y a de nombreuses années avant l'invention de l'équipe chargée du nettoyage du site.
C'est triste à dire mais il semble que le respect de Pachamama ait été délaissé par la population...
On tue le temps comme on peut, avec un seul téléphone pour 2 et parfois un film quand le chauffeur du car ne coupe pas le moteur (ce qui est généralement le cas)...
Le temps est long, on ne reçoit aucune information sur la raison du blocage ni sur le temps encore nécessaire pour passer. Heureusement, avec Maps.me et les informations récupérées sur un site officiel concernant les dégâts liés aux intempéries, on arrive à en savoir plus. 
Finalement, alors qu'on est arrivé dans le bouchon avant le lever du jour, on franchit le pont près de 4h après le coucher du soleil. Il est 21h46...

Début de notre calvaire, 16h30 pour 7 km ! Début de notre calvaire, 16h30 pour 7 km !

Début de notre calvaire, 16h30 pour 7 km !

Petit-déjeuner : notre 2e et dernier repas de ces 47h de bus ! Petit-déjeuner : notre 2e et dernier repas de ces 47h de bus !

Petit-déjeuner : notre 2e et dernier repas de ces 47h de bus !

Roue à clous et  camion bien chargé Roue à clous et  camion bien chargé

Roue à clous et camion bien chargé

Bouchons,  bouchons, et encore des bouchons !

Bouchons, bouchons, et encore des bouchons !

Le bus dépose ses déchets sur le bord de la route et les passagers font de même ! Le bord de route ressemble au festival de Dour il y a une dizaine d'années Le bus dépose ses déchets sur le bord de la route et les passagers font de même ! Le bord de route ressemble au festival de Dour il y a une dizaine d'années
Le bus dépose ses déchets sur le bord de la route et les passagers font de même ! Le bord de route ressemble au festival de Dour il y a une dizaine d'années

Le bus dépose ses déchets sur le bord de la route et les passagers font de même ! Le bord de route ressemble au festival de Dour il y a une dizaine d'années

Enfin passé le pont !

Enfin passé le pont !

Suite au passage du pont, on longe une file de camions sur environ 25-30km, eux aussi à l'arrêt pour de longues heures. Les voitures pouvant passer par un autre chemin ne sont que peu gênées par le blocage.
Moins de 80km après le pont, on est à nouveau bloqués pendant environ 4h. Cette fois-ci, ce n'est pas un pont mais une grosse partie de la chaussée qui s'est affaissée. 
De là, les informations, pas à jour, que nous avons, nous indique encore 3 points critiques. Il reste encore 10h de route d'après le GPS et on commence à se demander si on arrivera à Lima avant le frère de Marine... 
On rationne un peu l'eau et la nourriture qu'on avait pris en prévision du trajet de 32h qu'on nous avait indiqué...
Finalement, plus de peur que de mal, les 3 passages qu'on craignait ont vraisemblablement été solutionnés, on n'a donc plus de ralentissement jusqu'à l'entrée dans Lima.
On arrive ainsi dans la capitale péruvienne à 12h30 soit plus de 47h après notre départ !
Du terminal de la compagnie Civa, il nous faut une heure de marche pour rejoindre l'hôtel. Les jambes sont molles après tant d'heures en position assise.

Quelques dégâts le long de la route à cause des récentes intempéries Quelques dégâts le long de la route à cause des récentes intempéries

Quelques dégâts le long de la route à cause des récentes intempéries

Enfin arrivé 47h après le départ !  Plus qu'une heure de marche avant d'être à l'hôtel  !

Enfin arrivé 47h après le départ ! Plus qu'une heure de marche avant d'être à l'hôtel !

Un petit resto (entrée, plat,  dessert et boisson) pour à peine 8 soles à 2 pas de la plaza de armas ! Un petit resto (entrée, plat,  dessert et boisson) pour à peine 8 soles à 2 pas de la plaza de armas !

Un petit resto (entrée, plat, dessert et boisson) pour à peine 8 soles à 2 pas de la plaza de armas !

Enfin à l'hôtel ! Enfin à l'hôtel !

Enfin à l'hôtel !

Voir les commentaires

Chachapoyas et Kuelap, le Machu Picchu du Nord !

Arrivés à l'hostal, on se pose brièvement et malgré l'envie de ne rien faire après ces 18h de bus en 2 jours, on se bouge un peu. Il nous faut en effet de quoi manger. On doit aussi prendre des renseignements supplémentaires pour aller à Lima et on souhaite visiter​ un musée. La rue piétonne et la place de la ville sont plutôt jolies, le reste est par contre un peu en mauvais état. On passe d'abord à iPéru, syndicat d'initiative qu'on rencontre dans les villes touristiques du Pérou. Là, on se renseigne encore pour les bus. À priori l'état des routes s'améliore grâce au travail acharné des ouvriers chargés du nettoyage et de la réparation. Il y a quand même plus de 2000km de route et 150 ponts qui ont été endommagés ou détruits. Il semble donc que les compagnies de bus reprennent progressivement leur horaire normal. Pour le musée qu'on voulait visiter, pas de bol, il est en train d'être réaménagé et est donc fermé au public. Pour la nourriture, on ne trouve qu'un mercado et des petits mini market où le choix est limité et où les fruits et légumes font pâle figure. On achète quand même des bananes plantain en croyant acheter des bananes normales, la dame n'était pas claire dans les informations qu'elle nous a donnée​s. On flâne un peu dans les rues et on se pose sur un banc de la place en profitant du soleil digne d'une belle journée de printemps (quand il ne tape pas trop fort !). On va au bureau de la compagnie de bus GH mais c'est fermé... On ira voir les 2 autres compagnies plus tard. On teste une spécialité locale, le yogui, une brochette de knakis et de fromage salé (dans le style du manabi en Équateur) enrobée dans une pâte qui fait penser à de la pâte à gaufre. On rentre à l'hostal et on mange des pâtes au thon faute de légumes pour l'accompagnement. On finit par la même occasion l'aji (piment rouge fumé) qu'on avait reçu au Chili à Chaíten d'un Allemand qui partait faire la Carretera Austral à pied.

Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peinturesNotre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures
Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures
Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peinturesNotre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peinturesNotre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures

Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures

Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas
Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas
Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas
Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas

Rues, place centrale et église de Chachapoyas

Le yogui

Le yogui

Le jour suivant, le site de Kuelap est prévu au programme. Le site est appelé le Machu Picchu du nord mais a été découvert bien avant, en 1843, et n'a rien à voir avec les Incas si ce n'est le massacre qu'ils y ont fait un peu avant l'arrivée des conquistadors qui ont, eux aussi, fait un massacre avant de déplacer la population dans la vallée. Le site de Kuelap est le centre religieux et politique de la civilisation Chachapoyas. Les premières constructions du site datent du Ve siècle après JC et les dernières sont l'œuvre des Incas dix siècles plus tard. Avant de se mettre en route vers 8h30, on se prend un petit déjeuner assez basique digne de ceux qu'on prenait à Caleta Maria au tout début de notre voyage. Faut d'avoir trouver de quoi faire un bon petit déjeuner, ce sera du pain garni de cacao sucré (celui utilisé pour se faire un chocolat chaud) avec un thé. On part donc avec l'agence de tourisme propose par l'hostal, Turismo Explorer. Il faut une heure environ pour rejoindre le village de Tingo Nueva à 2000m d'altitude où se trouve la "station d'embarquement". C'est là qu'on prend les tickets pour le télécabine flambant neuf inauguré il y a juste un mois, le 3 mars 2017.  De ce premier point, on monte en minibus jusqu'au télécabine à 2272m. Ce télécabine, de marque française (Poma), est le tout premier au Pérou. On trouve donc un livret expliquant les recommandations et consignes. Notre guide s'inquiète également de savoir si c'est la première fois qu'on prend un télécabine et si on est pas sujet au vertige (au plus fort du parcours, on a jusqu'à 200m de vide sous la cabine) ou à la claustrophobie. Assez marrant pour nous qui sommes habitués à cette technologie ! La vitesse des cabines est vraisemblablement mise au plus lent puisqu'à l'embarquement, en un mètre de parcours, on arrive à y rentrer à 8 !  Le temps de parcours est de 22 minutes. Le temps de profiter du paysage sauf qu'on est rapidement enveloppé dans les nuages. 

Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !
Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !
Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !

Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !

Points de vue avant de prendre le téléphériquePoints de vue avant de prendre le téléphérique
Points de vue avant de prendre le téléphérique

Points de vue avant de prendre le téléphérique

Dans le téléphérique
Dans le téléphériqueDans le téléphérique
Dans le téléphériqueDans le téléphérique

Dans le téléphérique

Depuis le téléphérique, on peut aussi ​apercevoir une tombe dans la roche

Depuis le téléphérique, on peut aussi ​apercevoir une tombe dans la roche

 On arrive finalement à la billetterie pour le site proprement dit, à 2900m. Comme pour le télécabine, c'est 20 soles par personne. Il reste ensuite 100m à grimper à pied pour arriver, au sommet du Cerro Barrera, au pied du mur de soutènement. On y arrive par la muraille sud, la plus ancienne, puis on longe le site par l'est, on passe devant la porte 1, qui était utilisée à des fins religieuses et prévue comme l'entrée du soleil, de la vie et des hommes. À l'opposé, à l'ouest, c'est l'entrée des femmes, de la mort et de la lune. Dans la même idée, les cultures étaient établies sur le flanc est de la montagne et les sépultures sur le flanc ouest. Ces deux entrées étant en travaux, on n'aura pas la chance d'admirer les gravures religieuses faites dans les blocs de pierre utilisés pour faire les murs.
On entre donc par la troisième et dernière porte plus au nord en façade est toujours. Cette porte permettait l'entrée de la nourriture et d'autres denrées qui étaient acheminées là à dos de lama. On voit encore des traces laissées par les pattes de ces animaux dans les blocs de rochers du sol.
Un fois dans le site, d'une surface de 6ha (680m sur 120m) et qui accueillait 2-3000 personnes, on commence par la partie nord qui est la plus récente. On y trouve deux bâtiments de forme rectangulaire qui sont d'origine Inca. En effet, comme les sioux en Amérique du Nord, les Chachapoyas n'avaient que des constructions circulaires afin d'éviter aux mauvaises énergies de rester dans les coins. 
À l'extrémité nord, on trouve une tour, le Torreón, qui pourrait faire penser à une tour de défense mais qui était en réalité utilisée à des fins religieuses. On y a en effet retrouvé des petits projectiles qui y étaient lancés​ avec des lance-pierres dans l'idée de faire venir la pluie.
On passe ensuite, toujours dans la partie nord et plus haute du site (pueblo alto), à une sorte de mausolée où on a retrouvé des momies. Cette partie est malheureusement également en travaux, on aura seulement l'occasion de voir les ossements humains insérés dans des cavités présentes dans le mur. On redescend ensuite dans la partie basse du site, le pueblo bajo.
On y découvre les bases des maisons de forme ronde qui abritaient toutes une grande pierre pour moudre le grain, une sorte d'estrade où les gens dormaient vraisemblablement sur la paille. Le long de cette estrade, on trouve un petit couloir couvert où étaient élevés les cuy (cochons d'Inde) avant d'être mangés​. 
En continuant plus au sud, on arrive au Tintero ou temple majeur. Il s'agit d'une construction de 13,5m de diamètre et de 5m de haut. L'accès se fait par le sommet et l'intérieur ressemble à un récipient en forme de bouteille. Il était utilisé comme ossuaire alimenté par des os humains durant des rituels complexes. Apparemment, il ne s'agit pas de sacrifices humains mais de morts naturelles.
Encore plus au sud, on trouve une plateforme circulaire sur laquelle 8 édifices circulaires également étaient construits. Ces édifices étaient vraisemblablement utilisés par des personnes de haut rang. Au milieu de la plateforme, on trouve une sorte de puits qui servait également d'ossuaire.
Nous ressortons ensuite par la porte 3, puis on descend reprendre le télécabine pour aller manger. On aura finalement profité de l'endroit uniquement sous la pluie et dans la brume, ce qui rend le site plus mystique mais n'invite pas trop à la contemplation. L'avantage, c'est qu'on était vraiment peu nombreux sur le site.

Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !
Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !
Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !
Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !

Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !

On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoyaOn longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya
On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya
On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoyaOn longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoyaOn longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya

On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya

Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.
Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.
Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.

Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.

Torreón

Torreón

Vue sur la vallée depuis la partie haute du siteVue sur la vallée depuis la partie haute du site
Vue sur la vallée depuis la partie haute du site
Vue sur la vallée depuis la partie haute du siteVue sur la vallée depuis la partie haute du site

Vue sur la vallée depuis la partie haute du site

Seul bâtiment datant de l'époque Inca : il est rectangulaire !

Seul bâtiment datant de l'époque Inca : il est rectangulaire !

Tombe et ses ossementsTombe et ses ossements

Tombe et ses ossements

Maisons chachapoyas et leurs décos Maisons chachapoyas et leurs décos
Maisons chachapoyas et leurs décos Maisons chachapoyas et leurs décos
Maisons chachapoyas et leurs décos Maisons chachapoyas et leurs décos

Maisons chachapoyas et leurs décos

Temple majeurTemple majeur

Temple majeur

Plateforme circulairePlateforme circulaire

Plateforme circulaire

Autres images du siteAutres images du site
Autres images du site
Autres images du siteAutres images du site

Autres images du site

Petit musée avant de repartir

Petit musée avant de repartir

Le repas proposé n'a rien d'exceptionnel compte tenu du prix à 15 soles indiqué par l'agence. L'avantage, c'est qu'on ne devra pas se soucier de préparer un vrai repas au soir. Le côté dommage, c'est que malgré qu'on soit en groupe, chacun mange à une table différente alors que ça aurait pu être un moment de partage avec les autres du groupe.
On rentre donc ensuite à Chachapoyas.
En arrivant, la priorité est de se renseigner pour les bus vers Lima. C'est pas très glorieux, GHbus nous annonce 32h de voyage plutôt que 24 et en profite pour relever ses prix, Móviltour ne fait même pas le voyage pour le moment et il ne reste donc que Civa qui ne nous avait pas convaincu lors d'un précédent voyage. Ils annoncent aussi un temps de trajet plus long autour des 32h mais par contre, ils ont baissé leurs prix. Ce temps de trajet plus long nous oblige à partir des le lendemain et de ne pas pouvoir profiter davantage de la région. On opte donc pour Civa mais vu la longueur du trajet et vu les prix en baisse, on choisit la première classe avec des sièges inclinables à 160° au lieu de 140°. Cela nous permettra de dormir un peu durant le trajet.
Au soir, comme, la veille, on a acheté des bananes plantain en lieu et place de bananes normales, il faut s'en débarrasser avant le trajet en bus. On fait donc une tentative ​de cuisine locale, on teste les patacones fait maison. Il s'agit de rondelles de plantain écrasées et frites. Le résultat est correct mais sans plus. Le matériel de cuisine n'est pas au top et la technique de préparation n'est pas encore au point.

Petit village en contrebas du téléphérique où on prend le déjeuner

Petit village en contrebas du téléphérique où on prend le déjeuner

Trucha a la parrillaTrucha a la parrilla

Trucha a la parrilla

Sur le chemin du retour

Sur le chemin du retour

Tentative​ de patacones...

Tentative​ de patacones...

Après une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuner pris tardivement, on prépare quelques sandwichs garnis pour le voyage. On part ensuite prendre le bus direction Lima !

Voir les commentaires

La Balsa : un passage de frontière pas comme les autres...

Pour cette traversée épique de la frontière qui sépare l'Équateur et le Pérou, réveil difficile à 5h10 après une courte nuit. Obligé de réveiller la personne qui gère l'hostal. Heureusement on l'a prévenu la veille, il ne faut donc pas longtemps pour le sortir de son lit. On se retrouve ainsi vers 6h à arrêt de bus. Celui-ci n'arrivera cependant que vers 6h30. Bonne nouvelle par contre, contrairement à ce qu'on avait lu sur le net, pour 11$ par personne, le bus va désormais jusqu'à la frontière à La Balsa ce qui nous évite un changement à Zumba et qui fait inévitablement perdre un peu de temps. 
Plus on avance vers la frontière, plus la route devient difficile. Certaines montées se font à du 7km/h de moyenne !
Pour effectuer les 155km, on mettra ainsi près de 7h40 avec deux pauses de 30 minutes à Palanda et Zumba. Sans compter les pauses, on a donc une impressionnante vitesse de croisière de 23 km/h !
La palme est quand même à attribuer aux 25km de piste entre Zumba et La Balsa qui sont parcourus en 2h soit un bon 12,5km/h de moyenne, fulgurant. Le chauffeur fait pourtant de son mieux mais vu la piste, il est difficile d'aller plus vite !
À 8km de la frontière, un poste de contrôle militaire nous arrête pour un petit contrôle des passeports et des bagages. 
Enfin arrivés au poste frontière, le tampon pour sortir de l'Équateur est vite mis. On dépense le reste de notre monnaie puis on franchit la rivière via le pont qui sert de passage entre les deux pays. Au poste de douane péruvien par contre, c'est l'heure de l'almuerzo de 14 à 16h. On en profite donc aussi pour manger et pour changer le dernier billet de 20$ qu'il nous reste. Le gars de la douane revient un peu plus tôt à son poste, probablement informé de notre présence. On reçoit notre tampon d'entrée puis on prend un colectivo vers 15h30 pour 15 soles par personne qui nous mène jusque San Ignacio en une grosse heure. Avant d'arriver à cette ville, notre colectivo se fait arrêter par la police pour un contrôle. Un des passagers transporte apparemment une trop grosse quantité de nourriture sans autorisation. Un des flics monte à bord et on est suivi par la voiture de police avec ses collègues. Le chauffeur nous dépose en ville à 3-4 blocs du terminal et les flics contrôlent nos passeports probablement pour confirmer qu'on vient bien de la frontière et que le passager a bien franchit la frontière aujourd'hui avec son chargement illégal. En compagnie d'un américain, on rejoint le terminal où on prend un minibus pour Jaén. On attend une demi-heure pour que le bus se remplisse puis on part vers 17h40. 
Le minibus nous dépose à Jaén au bord de la grand route quelques minutes avant 20h. Là, nous sommes assaillis de conducteurs de moto-taxi qui proposent​ leurs services. En compagnie de notre compagnon de route américain, on en prend un, pour 1 sol par personne, en lui demandant de nous poser près du terminal afin d'y trouver un hôtel. Au lieu de ça, il nous amène à une compagnie de colectivo qui va jusque Bagua Grande. Tellement convaincu qu'on veut y aller, nos sacs sont chargés sur la voiture sans qu'on ait le temps de donner notre avis. Comme on hésitait sur le fait de s'arrêter ou de continuer, ça règle la question. Pour 5 soles par personne, on ajoute encore une heure de trajet en plus au compteur. Notre chauffeur de moto-taxi insisté un peu pour qu'on lui fasse sa pub et qu'on mette sa photo en évidence !

En attendant notre premier bus, à 6h à VilcabambaEn attendant notre premier bus, à 6h à Vilcabamba

En attendant notre premier bus, à 6h à Vilcabamba

Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles... Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles...
Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles... Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles...
Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles... Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles...
Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles... Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles...

Sur la route de Vilcabamba à Zumba. Les séquelles des inondations et éboulements sont encore visibles...

Ptit gars tout mignon dans le bus :)

Ptit gars tout mignon dans le bus :)

Arrêt à Zumba. On est bien contents de faire le trajet dans notre bus, et non dans un transport ouvert !Arrêt à Zumba. On est bien contents de faire le trajet dans notre bus, et non dans un transport ouvert !
Arrêt à Zumba. On est bien contents de faire le trajet dans notre bus, et non dans un transport ouvert !

Arrêt à Zumba. On est bien contents de faire le trajet dans notre bus, et non dans un transport ouvert !

Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.
Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.
Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.
Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.

Sur la route de Zumba à La Balsa (frontière). Beaucoup de quartiers pauvres.

Pas grand monde dans notre beau bus durant cette portion !Pas grand monde dans notre beau bus durant cette portion !

Pas grand monde dans notre beau bus durant cette portion !

Passage de la frontière Équateur/Pérou.Dommage on arrive un peu tard pour le poste de contrôle côté péruvien !Passage de la frontière Équateur/Pérou.Dommage on arrive un peu tard pour le poste de contrôle côté péruvien !
Passage de la frontière Équateur/Pérou.Dommage on arrive un peu tard pour le poste de contrôle côté péruvien !
Passage de la frontière Équateur/Pérou.Dommage on arrive un peu tard pour le poste de contrôle côté péruvien !Passage de la frontière Équateur/Pérou.Dommage on arrive un peu tard pour le poste de contrôle côté péruvien !

Passage de la frontière Équateur/Pérou.Dommage on arrive un peu tard pour le poste de contrôle côté péruvien !

Deuxième véhicule : taxi collectif pour faire La Balsa-San Ignacio. Deuxième véhicule : taxi collectif pour faire La Balsa-San Ignacio.
Deuxième véhicule : taxi collectif pour faire La Balsa-San Ignacio.
Deuxième véhicule : taxi collectif pour faire La Balsa-San Ignacio. Deuxième véhicule : taxi collectif pour faire La Balsa-San Ignacio. Deuxième véhicule : taxi collectif pour faire La Balsa-San Ignacio.

Deuxième véhicule : taxi collectif pour faire La Balsa-San Ignacio.

Débarquement de notre troisième transport de la journée : taxi collectif de San Ignacio à Jaén

Débarquement de notre troisième transport de la journée : taxi collectif de San Ignacio à Jaén

Quatrième véhicule à Jaén : moto-taxi pour trouver un taxi collectif vers Bagua Grande
Quatrième véhicule à Jaén : moto-taxi pour trouver un taxi collectif vers Bagua GrandeQuatrième véhicule à Jaén : moto-taxi pour trouver un taxi collectif vers Bagua Grande

Quatrième véhicule à Jaén : moto-taxi pour trouver un taxi collectif vers Bagua Grande

On démarre finalement de Jaén à 20h15. Le chauffeur semble avoir un avion à prendre, il roule à tombeau ouvert tantôt à droite de la route, tantôt à gauche... Heureusement la route est bonne et pas dans le même état que du côté équatorien. On arrive, malgré tout, sain et sauf. Encore une fois, on est déposé au milieu de nulle​ part sur la grand route qui traverse la ville. Et encore une fois, une petite armée de moto-taxi nous assaille pour nous proposer leur service. Pour 3 soles, soit 1 par personne puisqu'on est toujours avec Chris, l'Américain, il nous fait traverser la ville pour nous​ amener à un hotel où nous passerons la nuit. Il s'agit de l'hostal Adria'n. Il est 21h30, cela nous aura pris 15h pour parcourir 380 km !
On se pose puis on cherche un truc à manger, mais vu l'heure et l'endroit, on ne trouve pas grand chose et on se contente d'un croque monsieur très basique près de la place puis on file se coucher.

Décors de l'hôtel Adria'nDécors de l'hôtel Adria'n

Décors de l'hôtel Adria'n

Le lendemain, réveil à 7h en vue de partir tôt. Un peu fatigués, on met un peu de temps à émerger puis on file à la recherche de pain. Faute d'en trouver avec un aspect qui met en appétit, on retourne là où on a mangé la veille pour prendre le petit déjeuner.
On repasse à l'hôtel pour prendre nos sacs puis on file au terminal qu'on nous a indiqué. Aucun bus ne part pour Chachapoyas... On se rabat donc sur les taxis et colectivo. Le premier nous propose 80 soles, beaucoup trop, le second 20 et le dernier 10. On optera pour celui-ci même si on doit attendre 45 minutes, le prochain colectivo ne part qu'à 11h. On part finalement à 11h10. Dix minutes après notre départ, on est arrêté par un barrage de police. Contrôle des papiers pour tout le monde sauf pour nous et les femmes. On croirait qu'ils cherchent quelqu'un... Encore 20 minutes plus loin, on passe un nouveau contrôle de police où un camion est contrôlé. Comme souvent en Amérique du Sud, le chauffeur met sa ceinture en passant le barrage puis l'enlève sitôt après. Et comme souvent, nous n'avons même pas la chance d'avoir une ceinture. Après un arrêt à Pedro Ruiz pour décharger et recharger le minibus tant au niveau des bagages que des gens, on se retrouve comme des sardines à 20 dans le minibus pour la dernière heure de bus. En descendant du bus, un passager égare un cuy (cochon d'Inde, nourriture typique au Pérou) qui se retrouve à nos pieds.
On arrive finalement à Chachapoyas après 3h de route, il est 14h10. Au terminal de minibus, on se renseigne pour aller à Lima. Apparemment, ça passerait par Cajamarca.
On remonte ensuite vers le centre pour poser nos affaires à l'hostal Chachapoyas backpackers. WiFi, cuisine, douche chaude mais avec un débit faible (on ne peut pas tout avoir) pour 42 soles pour 2, c'est pas mal.

Rues de Bagua Grande

Rues de Bagua Grande

Notre dernier transport pour faire Bagua Grande-Chachapoyas, ouf !

Notre dernier transport pour faire Bagua Grande-Chachapoyas, ouf !

Arrivée à Chachapoyas !

Arrivée à Chachapoyas !

Voir les commentaires

Zen'attitude à Vilcabamba

Au départ du terminal terrestre de Cuenca, on prend un premier bus jusque Loja. Un trajet de 4h sur des routes fort sinueuses. Un peu avant Loja, on passe par Saguro où a lieu un marché, on est dimanche. À l'image de Cajamarca, il n'y a quasi que des indigènes en tenue traditionnelle. Celle-ci​ est différente, les hommes par exemple sont tous en pantalon 3/4 et la tenue est quasi exclusivement noire. On ne s'arrête malheureusement pas pour profiter de cette ambiance typique. Arrivés à Loja, on se renseigne pour prendre un bus vers Piura pour rejoindre le Pérou après la journée prévue à Vilcabamba. Dû aux intempéries qui sévissent au Pérou, la route est coupée et aucune compagnie de bus ne fait donc le trajet... Sans trop savoir comment nous allons franchir la frontière, nous prenons un bus vers Vilcabamba. Après 1h20, nous voilà dans le village. On trouve rapidement un hostal, le Valle Sagrado. Le rapport qualité-prix est moins bien que les jours précédents mais comme il est déjà 20h, on souhaite se poser.
Pour le repas, on fait un simple plat de pâtes avec les carottes qu'Océane et Sullivan nous on refilé. En mangeant, on discute avec un français qui arrive du Pérou. On se renseigne pour savoir par où il est passé. Celui-ci nous explique qu'il est passé par le poste frontière de La Balsa, 155km au sud de Vilcabamba. La route est plutôt épique mais apparemment ça passe bien. On envisage donc l'idée afin éviter un énorme détour en passant par Machala et Tumbes.

Notre hôtel avec la douche dont le disjoncteur est quasi intégré au pommeau ! Au Pérou, c'est souvent ainsi, en Équateur, c'est plus rare ;)Notre hôtel avec la douche dont le disjoncteur est quasi intégré au pommeau ! Au Pérou, c'est souvent ainsi, en Équateur, c'est plus rare ;)

Notre hôtel avec la douche dont le disjoncteur est quasi intégré au pommeau ! Au Pérou, c'est souvent ainsi, en Équateur, c'est plus rare ;)

Ville tranquille et bien zen !Ville tranquille et bien zen !Ville tranquille et bien zen !
Ville tranquille et bien zen !Ville tranquille et bien zen !Ville tranquille et bien zen !
Ville tranquille et bien zen !Ville tranquille et bien zen !Ville tranquille et bien zen !

Ville tranquille et bien zen !

Un côté hippie dans le street artUn côté hippie dans le street artUn côté hippie dans le street art
Un côté hippie dans le street artUn côté hippie dans le street art
Un côté hippie dans le street artUn côté hippie dans le street art

Un côté hippie dans le street art

Pour notre seul jour à Vilcabamba, On commence par un délicieux, copieux et pas cher petit déjeuner chez Natural Yogurt. En déjeunant en terrasse, on s'aperçoit que le village est rempli de vieux hippies qui étaient probablement à Woodstock ;) Après cela on se renseigne pour savoir quoi faire dans le coin. À la base, on pensait aller au Parc Podocarpus via l'entrée sur la route entre Vilcabamba et Loja mais cela nous oblige à 2h de bus et 16km en colectivo. Comme on fait déjà beaucoup de bus ces temps-ci, on préfère profiter de la journée pour marcher. Au vu des indications reçues, on choisit de commencer par aller à la cascade del Palto (2-3h aller-retour d'après le centre d'information) puis s'il reste du temps d'aller au mirador sur les hauteurs du village (1h d'après le centre d'information et 3-4h d'après le Routard).
On se met en marche aux alentours de 10h30. Pour rejoindre la cascade, il faut compter 8km dont les 3 premiers​ sur une petite route. À presque mi-chemin, on se fait dépasser par un petit vieux qui nous dit qu'il nous reste une petite heure, il nous en faudra pas loin de 2.  En montant, on croise des vaches qui descendent toutes seules... Arrivés sur les hauteurs de la cascade, on traverse le cours d'eau puis on se trouve face à deux grilles. Une est fermée avec un cadenas mais les marques rouges que nous suivons nous indiquent d'aller par là... L'autre est ouverte mais on se rend rapidement compte que ce chemin ne nous mène pas dans la bonne direction. On revient​ alors sur nos pas à la recherche d'un passage dans la clôture barbelée. On en trouve un et on poursuit en suivant les marques rouges. Le chemin descend raide et nous mene au pied de la cascade. Celle-ci nous arrose d'une forte bruine. On enlève nos chaussures pour traverser le cours d'eau sous la cascade en pensant que le chemin continue de l'autre côté. Ce n'est malheureusement pas le cas. On est donc obligé de traverser à nouveau dans l'autre sens. On profite bien de cette magnifique cascade qui est beaucoup plus sauvage que celle du Pailón del Diablo de Baños. Le temps d'enlever et de remettre nos chaussures on se fait par contre tremper...
On remonte un peu à la recherche du chemin de retour que nous indique le GPS Maps.Me. On trouve un chemin qui ne semble plus fort emprunté et dont certains passages sont vraiment bien raides. C'est pourtant le bon chemin, on y voit des marques rouges. Arrivés à la rivière que nous sommes censés traverser, on voit qu'on ne passera pas. Dû aux fortes pluies de ces derniers temps, le débit est trop important et on ne trouve pas d'endroit où traverser, même en enlevant les chaussures. On rebrousse alors chemin et on remonte jusqu'aux deux grilles pour manger les maigres provisions que nous avions emmenées pour cette balade d'une petite demi journée... Il est 15h30 lorsqu'on se remet en route. Il nous faudra un gros 2h pour rejoindre notre hostal.

Le bon petit déjeuner :)

Le bon petit déjeuner :)

On démarre la ballade en passant devant Grenoble ;)

On démarre la ballade en passant devant Grenoble ;)

Les pluies importantes des derniers jours ont aussi fait des ravages dans le coin !
Les pluies importantes des derniers jours ont aussi fait des ravages dans le coin !Les pluies importantes des derniers jours ont aussi fait des ravages dans le coin !

Les pluies importantes des derniers jours ont aussi fait des ravages dans le coin !

Érosion avancée !Érosion avancée !
Érosion avancée !

Érosion avancée !

Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)
Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)
Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)
Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)

Série de belles fleurs avant le début officiel de la balade :)

Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !
Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !
Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !
Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !

Encore un peu de fleurs et on n'est toujours pas dans le parc !

Entrée du parc avec la pancarte où la photo de la cascade est à l'envers !Entrée du parc avec la pancarte où la photo de la cascade est à l'envers !Entrée du parc avec la pancarte où la photo de la cascade est à l'envers !
Entrée du parc avec la pancarte où la photo de la cascade est à l'envers !

Entrée du parc avec la pancarte où la photo de la cascade est à l'envers !

Toujours cette flore super riche !Toujours cette flore super riche !Toujours cette flore super riche !
Toujours cette flore super riche !Toujours cette flore super riche !
Toujours cette flore super riche !Toujours cette flore super riche !
Toujours cette flore super riche !Toujours cette flore super riche !Toujours cette flore super riche !

Toujours cette flore super riche !

Les insectes et les araignées aussi sont présentsLes insectes et les araignées aussi sont présents
Les insectes et les araignées aussi sont présentsLes insectes et les araignées aussi sont présentsLes insectes et les araignées aussi sont présents

Les insectes et les araignées aussi sont présents

Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade
Le paysage pour accéder à la cascade

Le paysage pour accéder à la cascade

Des fleurs par milliersDes fleurs par milliers
Des fleurs par milliersDes fleurs par milliersDes fleurs par milliers
Des fleurs par milliersDes fleurs par milliersDes fleurs par milliers
Des fleurs par milliersDes fleurs par milliers

Des fleurs par milliers

La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...
La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...
La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...
La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...

La fameuse cascade. On traverse avant de se rendre compte que le chemin ne continue pas bien loin...

Le GPS (Maps.Me) nous indique un chemin qui oblige à passer la rivière et qui permet d'éviter de revenir sur nos pas. Malheureusement, le débit de celle-ci est beaucoup trop important avec les récentes pluies !
Le GPS (Maps.Me) nous indique un chemin qui oblige à passer la rivière et qui permet d'éviter de revenir sur nos pas. Malheureusement, le débit de celle-ci est beaucoup trop important avec les récentes pluies !Le GPS (Maps.Me) nous indique un chemin qui oblige à passer la rivière et qui permet d'éviter de revenir sur nos pas. Malheureusement, le débit de celle-ci est beaucoup trop important avec les récentes pluies !

Le GPS (Maps.Me) nous indique un chemin qui oblige à passer la rivière et qui permet d'éviter de revenir sur nos pas. Malheureusement, le débit de celle-ci est beaucoup trop important avec les récentes pluies !

Un vélo-moteur local ;)

Un vélo-moteur local ;)

On a retrouvé manneken pis dans la cours d'un hôtel restaurant :)

On a retrouvé manneken pis dans la cours d'un hôtel restaurant :)

Et encore quelques fleurs pour terminer et un joli champignon !Et encore quelques fleurs pour terminer et un joli champignon !
Et encore quelques fleurs pour terminer et un joli champignon !
Et encore quelques fleurs pour terminer et un joli champignon !Et encore quelques fleurs pour terminer et un joli champignon !Et encore quelques fleurs pour terminer et un joli champignon !

Et encore quelques fleurs pour terminer et un joli champignon !

On y retrouve Océane et Sullivan qui sont arrivés entre temps. On fait quelques courses en vue de notre épopée du lendemain puis on cherche un lieu où manger. Un peu par hasard, on finit à nouveau au Natural Yogurt. Les petits prix et la qualité des produits orientent notre choix. Pour 4, on s'en sort pour 26-27$ pour un plat, un dessert et un jus. Au menu, un burger, une crêpe salée (avocats​, oignons, tomates, fromage), une autre crêpe salée (avocats, fromage, poulet, brocolis) et un burrito au boeuf avec du guacamole. Pour le dessert, 3 crêpes chocolat-banane et une crêpe fruits, chocolat et glace. Pour les jus, 2 à l'ananas, un au maracuyá et un batido à la banane. Un délice !

On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)
On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)
On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)

On se fait super plaisir pour super pas cher ! Ce village a vraiment tout pour plaire ;)

Comme on quitte nos camarades définitivement le lendemain, on discute longuement avant de se mettre au lit vers minuit-1h. Le réveil est à 5h10, la nuit sera courte et agitée.

Voir les commentaires

Cuenca, la ville du Panama !

Après le vol du portable de Nico en prenant le Metrovía​ pour rejoindre le terminal terreste de Guayaquil, on prend le premier bus en direction de Cuenca. En 4h de route, on franchit une chaine de montagne à près de 4000m puis on redescend sur Cuenca aux environs de 2800m. Arrivés au terminal terreste, on attend un moment pour prendre le bus 7 qui nous dépose à quelques pâtés de maisons de l'hôtel qu'on a repéré. Impossible de monter dans le premier qui passe car les gens ne se poussent pas, on prend donc​ le suivant. Pour payer le trajet, le bus est équipé d'une grosse tirelire qui ne rend pas la monnaie. Il s'agit donc d'avoir le compte juste ou d'attendre qu'un autre passager ne monte dans le bus et ne rende la monnaie... Probablement pas le système le plus efficace. 
On migré ensuite vers l'hostal La Cigale, apparemment tenu par une Marseillaise. Encore une fois, les prix indiqués dans le Routard ont été revus à la hausse. N'ayant pas la motivation pour chercher ailleurs, on prend donc une nuit en dortoir. Suite au vol du portable, on passe un peu de temps pour changer les différents mots de passe afin de s'assurer qu'il n'y aura pas d'utilisation frauduleuse. Après cette tâche peu passionnante, on part à la recherche d'un endroit pour manger. On tombe sur le restaurant Arabe qui propose burgers et spécialités pakistanaises. C'est bien bon et ça fait du bien de goûter d'autres saveurs. On apprend également ce soir-là que Sullivan et Océane, que nous avions rencontrés durant la boucle  du Quilotoa, sont également à Cuenca et qu'ils ont négocié un bon prix dans une auberge voisine. 

Les toilettes très pratiques et la déco de La Cigale
Les toilettes très pratiques et la déco de La Cigale

Les toilettes très pratiques et la déco de La Cigale

Repas "arabe"

Repas "arabe"

Le lendemain, après avoir pris un petit déjeuner (un peu léger mais inclus dans le prix de la chambre) à la Cigale, on rejoint nos amis qui ont négocié le même prix pour nous dans leur auberge. On pose nos sacs puis on part visiter la ville. On commence par un magasin musée sur le fameux chapeau Panama originaire de la région et non du Panama comme son nom pourrait le laisser croire. Le prix des chapeaux varie de 30$ jusqu'à 200$ pour ceux tissés avec de la paille fine. On nous explique que les chapeaux arrivent dans une forme brute et une taille standard. Ils sont ensuite mis dans une presse avec un moule pour donner la forme et la taille. Une pression de 50 bars est exercée à 5 reprises pour donner la forme, souder les bord après la découpe et coller l'étiquette du fabricant.
Quelques églises, deux statues de Jean Paul II, des petites places et de jolies façades plus tard, on prend le déjeuner dans le Molenido Café, petit restaurant colombien où affluent les locaux et touristes. L'almuerzo, repas de midi, ne coûte que 2,50$ et nous propose une bonne soupe de pomme de terre et un plat de poisson à la sauce coco avec du riz et un peu de salade. Une banane complète le tout.
Pour l'après-midi, on se met un peu à l'abri pour éviter la pluie puis on file vers le musée Pumapongo. En chemin, on passe par une petite exposition d'art moderne d'un artiste aux inspirations steampunk ainsi que par une galerie d'art où on peut admirer des sculptures et peintures avec utilisation de métal et de bois. 
On arrive enfin au musée Pumapongo. Ce musée, assez grand, présente différentes expositions ainsi qu'une​ zone archéologique avec les ruines d'un ancien site religieux et administratif de l'empire inca. La première salle qu'on visite presente la peinture locale et son évolution. Marine en profite pour répondre à une interview réalisée par 3 jeunes adolescentes préparant probablement un travail scolaire. On passe ensuite au sous sol où se trouve une exposition numismatique sur la monnaie équatorienne (le sucre) depuis son origine jusqu'à la crise de 2000 et l'arrivée du dollars US pour stopper l'inflation.
On n'a malheureusement pas le temps de visiter le reste du musée et la partie archéologique mais comme l'entrée était gratuite, on a quand même profité un peu de ce musée malgré le peu de temps disponible.
Après avoir voulu visiter un autre musée , malheureusement fermé, sur une collection de squelettes d'animaux et après quelques courses, on retourne à l'hostal. Pour le repas du soir, on prévoit une orgie de pizza. En effet, pour 7$, la pizzeria Papa John offre de manger et de boire à volonté ce soir-là​. On sort de là le ventre bien plein en se demandant pourquoi on s'inflige ça... tout en sachant bien qu'on recommencera sûrement un tel "supplice".

Notre second hotel tout confort où nous rejoignons Océane et Sullivan qui ont négocié le prix pour nous ;)Notre second hotel tout confort où nous rejoignons Océane et Sullivan qui ont négocié le prix pour nous ;)
Notre second hotel tout confort où nous rejoignons Océane et Sullivan qui ont négocié le prix pour nous ;)Notre second hotel tout confort où nous rejoignons Océane et Sullivan qui ont négocié le prix pour nous ;)

Notre second hotel tout confort où nous rejoignons Océane et Sullivan qui ont négocié le prix pour nous ;)

Explications sur la fabrication des panamas dans le "musée du chapeau de paille "Explications sur la fabrication des panamas dans le "musée du chapeau de paille "
Explications sur la fabrication des panamas dans le "musée du chapeau de paille "
Explications sur la fabrication des panamas dans le "musée du chapeau de paille "Explications sur la fabrication des panamas dans le "musée du chapeau de paille "Explications sur la fabrication des panamas dans le "musée du chapeau de paille "

Explications sur la fabrication des panamas dans le "musée du chapeau de paille "

Après le musée, la boutique où on essaye les Panamas à la french touch ! On trouve aussi une jolie robe en paille.
Après le musée, la boutique où on essaye les Panamas à la french touch ! On trouve aussi une jolie robe en paille.
Après le musée, la boutique où on essaye les Panamas à la french touch ! On trouve aussi une jolie robe en paille.
Après le musée, la boutique où on essaye les Panamas à la french touch ! On trouve aussi une jolie robe en paille.

Après le musée, la boutique où on essaye les Panamas à la french touch ! On trouve aussi une jolie robe en paille.

Vues sur Cuenca depuis le muséeVues sur Cuenca depuis le musée

Vues sur Cuenca depuis le musée

Autre petite boutique de Panama

Autre petite boutique de Panama

Église de Cuenca avec notre désormais classique selfie Jean-Paul !Église de Cuenca avec notre désormais classique selfie Jean-Paul !Église de Cuenca avec notre désormais classique selfie Jean-Paul !
Église de Cuenca avec notre désormais classique selfie Jean-Paul !Église de Cuenca avec notre désormais classique selfie Jean-Paul !

Église de Cuenca avec notre désormais classique selfie Jean-Paul !

On continue le tour des églises, avec la visite de la cathédrale et un nouveau selfie JP !On continue le tour des églises, avec la visite de la cathédrale et un nouveau selfie JP !
On continue le tour des églises, avec la visite de la cathédrale et un nouveau selfie JP !
On continue le tour des églises, avec la visite de la cathédrale et un nouveau selfie JP !On continue le tour des églises, avec la visite de la cathédrale et un nouveau selfie JP !

On continue le tour des églises, avec la visite de la cathédrale et un nouveau selfie JP !

D'autres bâtiments, places ou rues de CuencaD'autres bâtiments, places ou rues de Cuenca
D'autres bâtiments, places ou rues de CuencaD'autres bâtiments, places ou rues de CuencaD'autres bâtiments, places ou rues de Cuenca
D'autres bâtiments, places ou rues de CuencaD'autres bâtiments, places ou rues de CuencaD'autres bâtiments, places ou rues de Cuenca
D'autres bâtiments, places ou rues de CuencaD'autres bâtiments, places ou rues de Cuenca

D'autres bâtiments, places ou rues de Cuenca

Repas tout simple aux saveurs colombiennesRepas tout simple aux saveurs colombiennes

Repas tout simple aux saveurs colombiennes

Expo d'art moderneExpo d'art moderne

Expo d'art moderne

Autre petite expo aux sculptures et peintures sympasAutre petite expo aux sculptures et peintures sympas
Autre petite expo aux sculptures et peintures sympas
Autre petite expo aux sculptures et peintures sympasAutre petite expo aux sculptures et peintures sympas

Autre petite expo aux sculptures et peintures sympas

Enfin le musée Pumapongo !
Enfin le musée Pumapongo !Enfin le musée Pumapongo !

Enfin le musée Pumapongo !

On continue dans l'art avec l'art de rueOn continue dans l'art avec l'art de rue
On continue dans l'art avec l'art de rueOn continue dans l'art avec l'art de rue

On continue dans l'art avec l'art de rue

Remplissage de panse à la pizzeria ! On trouve aussi un nouveau téléphone pour Nico ;)
Remplissage de panse à la pizzeria ! On trouve aussi un nouveau téléphone pour Nico ;)

Remplissage de panse à la pizzeria ! On trouve aussi un nouveau téléphone pour Nico ;)

Pour notre deuxième jour complet sur place, nous prévoyons une excursion au parc naturel Cajas. Ce parc situé sur les hauteurs de Cuenca en direction de Guayaquil est réputé pour son climat pluvieux et humide. Dans l'idée de profiter d'une météo généralement plus clémente en début de journée, on se lève un peu avant 7h. On part ensuite à la recherche d'une boulangerie pour le petit déjeuner et pour le midi. Contrairement à l'Europe, les boulangeries ne sont pas les premiers magasins ouverts, on rentre donc bredouille. On retourne donc à l'hostal et on mange vite fait une part de cake et une banane achetés la veille. De toute façon on n'a pas très faim, on est toujours occupé à digérer les pizzas... Entre temps, il est passé 8h, les boulangeries sont enfin ouvertes. On se met en route, on en trouve une qui fait des produits plutôt bons puis on file prendre un bus en direction du terminal sur qui se trouve en réalité... à l'ouest de la ville à la Feria Libre. De manière tout à fait logique, le bus qu'on doit prendre ne part pas du terminal mais d'une rue annexe à l'arrière d'un supermarché Tia. Comme on s'y attendait, il n'y a pas de bus qui part dans l'immédiat, on a donc une petite heure à attendre avant de prendre le bus de 10h40. Le bus nous dépose au centre d'informations du parc à quelques 3850m d'altitude. Il est quasi midi quand on y arrive. On passe s'enregistrer et choisir notre itinéraire parmi les 8 proposés. L'itinéraire 1, celui qu'on choisit est le plus parcouru. Le temps de parcours indiqué est de 4-5h selon les panneaux pour ... moins de 5km ! On répond également à une enquête réalisée par des étudiants d'une université équatorienne et d'une espagnole. Il est 12h30 quand on démarre. Les paysages sont superbes et nous font penser à l'Écosse même si aucun d'entre nous n'y est jamais allé. On y voit beaucoup de lacs et de ruisseaux avec des nuages accrochés aux sommets. Au fil de la balade, on comprend mieux pourquoi il faut autant de temps pour si peu de kilomètres. Certains passages sont difficiles à négocier et le chemin est généralement boueu. On a même droit à deux passages de rivières pas simple. Les gars du parc nous avait dit que la pluie arriverait à 16h30 et, effectivement, elle arrive à ce moment-là. Heureusement, nous ne sommes plus très loin. Avant d'en terminer, on croise des gens en train de faire un shooting photo avec un drone. Une fille en petite robe blanche se fait photographier sous une pluie battante... la pauvre !
De notre côté, on en finit en 4h15, et la pluie s'arrête en même temps. Une​ fois à la route, on est supposé attendre un bus pour rentrer sur Cuenca. Étant donné la météo menaçante, on décide de commencer à marcher le long de la route afin de trouver un abri au cas où la pluie reprendrait avant qu'on soit dans le bus. On en profite pour faire du stop, on ne sait jamais, et on est pris rapidement par deux jeunes sympathiques. On est un peu serrés à 4 à l'arrière de la voiture. Ils nous déposent à deux pas de l'hostal, quel service ! 

Arrivés au parc Cajas avec Måtmütt qui tape la pose devant le premier lac !
Arrivés au parc Cajas avec Måtmütt qui tape la pose devant le premier lac !Arrivés au parc Cajas avec Måtmütt qui tape la pose devant le premier lac !

Arrivés au parc Cajas avec Måtmütt qui tape la pose devant le premier lac !

La fine équipe !La fine équipe !

La fine équipe !

Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !
Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !

Première partie de la balade et premier constat : beaucoup d'eau et donc beaucoup de boue !

Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !
Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !
Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !
Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !

Seconde partie : des arbres tout tordus (on se croirait en Terre de Feu) et ... de la boue !

La végétation est riche dans le parc !La végétation est riche dans le parc !
La végétation est riche dans le parc !La végétation est riche dans le parc !
La végétation est riche dans le parc !La végétation est riche dans le parc !La végétation est riche dans le parc !
La végétation est riche dans le parc !La végétation est riche dans le parc !La végétation est riche dans le parc !

La végétation est riche dans le parc !

Encore cette belle flore !Encore cette belle flore !
Encore cette belle flore !Encore cette belle flore !
Encore cette belle flore !Encore cette belle flore !
Encore cette belle flore !Encore cette belle flore !Encore cette belle flore !

Encore cette belle flore !

Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)
Toujours plus de cette belle végétation :)

Toujours plus de cette belle végétation :)

Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats
Troisième partie avec des passages un peu délicats

Troisième partie avec des passages un peu délicats

Passages de rivières dans la quatrième partie. On tente de ne pas trop se mouiller !Passages de rivières dans la quatrième partie. On tente de ne pas trop se mouiller !
Passages de rivières dans la quatrième partie. On tente de ne pas trop se mouiller !Passages de rivières dans la quatrième partie. On tente de ne pas trop se mouiller !

Passages de rivières dans la quatrième partie. On tente de ne pas trop se mouiller !

Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !
Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !
Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !
Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !

Toujours beaucoup d'eau et des animaux petits et grands !

Une fille se fait photographier par un drone sous la pluie, elle doit pas avoir chaud ;)Une fille se fait photographier par un drone sous la pluie, elle doit pas avoir chaud ;)

Une fille se fait photographier par un drone sous la pluie, elle doit pas avoir chaud ;)

Le jour suivant, nous quittons déjà la ville, direction Vilcabamba ! On dit au revoir à nos deux compères ne sachant pas si on les reverra même s'ils prévoient aussi un passage à Vilcabamba...

Au cochon rieur !

Au cochon rieur !

Voir les commentaires

Guayaquil avec Cristina !

Pour arriver à Guayaquil, on repasse par le grand terminal de bus au nord de la ville où on prend le bus 84 pour arriver dans le centre. Cependant, cette fois, on n'arrive pas un dimanche soir jour d'élections, donc on a la chance de faire connaissance avec les embouteillages ! 
On se pose dans le même hôtel qu'un mois auparavant : le 9 de Octubre. Le temps de souffler un peu et Cristina vient nous chercher en voiture avec trois de ses amis pour aller manger et boire un coup ! Direction Arthur'cafe dans le quartier des Peñas. Surplombant les Peñas, on trouve le Cerro Santa Ana. Autrefois, les terrains sur le Cerro étaient détenus par des gens riches, mais qui y venaient rarement. Ils ont alors été investis par des gens plus pauvres qui y ont construit leurs maisons et se sont appropriés les lieux... au point que c'est devenu un quartier dangereux et que les véritables propriétaires n'ont pas osé réclamer leurs biens. La municipalité tente cependant de réhabiliter les lieux depuis quelques années, en aidant un peu les habitants, en favorisant le tourisme et en installant une forte présence policière. 
Le cadre du bar est en tout cas très sympa, avec vue sur le fleuve Guayas et sur les rues illuminées de la ville. On partage verres de bières (la Pilsener nationale !) et une grande assiette de spécialités locales (empanadas, bolones, viande...). On essaie de suivre la conversation en espagnol mais ils parlent vraiment vite sur la côte !! On ne saisit donc pas tout, mais Cristina nous aide et on passe une très bonne soirée :) 

Statue à l'entrée de l'hôtel...

Statue à l'entrée de l'hôtel...

Soirée chez Alfredo's
Soirée chez Alfredo's
Soirée chez Alfredo's

Soirée chez Alfredo's

Le lendemain, Cristina nous rejoint à notre hôtel pour nous faire visiter Guayaquil. On commence par longer un peu les berges de Guayas. Aménagées par les Chinois en 2000, cette balade a donc été baptisée "malecón 2000" (malecón = bord de fleuve aménagé). On revient ensuite vers le centre pour voir la cathédrale et le curieux parc qui lui fait face. La cathédrale est jolie et très sobre à l'intérieur par rapport à bien d'autres qu'on a pu voir. Quant au parc, sa particularité est qu'on y nourrit non pas les pigeons mais les iguanes !! On en voit partout et on peut acheter de la salade pour leur donner à manger, plutôt sympa comme concept ! 
On retourne ensuite au malecón 2000 pour se balader le long de l'autre côté, qui mène jusqu'au quartier des Peñas. On y voit mieux en plein jour et il apparaît vraiment sympa ! Les maisons sont toutes colorées : la municipalité a donné de la peinture aux habitants pour rendre le quartier plus joli. Pas mal d'artistes y ont également installé leur galerie et des petits bars et restos viennent animer le tout (enfin surtout en soirée !). 
On revient vers le centre vers le marché artisanal : on est toujours à la recherche d'un chapeau pour Nico ! Cependant, les chapeaux en feutre qu'on y trouve sont vraiment moins beaux qu'à Cajabamba... Une dame lui fait finalement un autre type de chapeau, type Panama, pour vérifier la taille qui lui faut et peut-être en faire faire un sur mesure. En fait, ce chapeau-ci lui va vraiment bien et on décide de laisser tomber pour le chapeau en feutre et d'acheter celui-là !

Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil
Dans les rues de Guayaquil

Dans les rues de Guayaquil

À Guayaquil, on croise des bonhommes censés représenter le Guayaquilénien moyen !
À Guayaquil, on croise des bonhommes censés représenter le Guayaquilénien moyen !
À Guayaquil, on croise des bonhommes censés représenter le Guayaquilénien moyen !

À Guayaquil, on croise des bonhommes censés représenter le Guayaquilénien moyen !

La cathédrale de Guayaquil
La cathédrale de Guayaquil
La cathédrale de Guayaquil
La cathédrale de Guayaquil

La cathédrale de Guayaquil

Le parc aux iguanes !
Le parc aux iguanes !
Le parc aux iguanes !
Le parc aux iguanes !
Le parc aux iguanes !
Le parc aux iguanes !
Le parc aux iguanes !

Le parc aux iguanes !

Le long du Guayas
Le long du Guayas
Le long du Guayas
Le long du Guayas

Le long du Guayas

Le parc le long du Guayas
Le parc le long du Guayas
Le parc le long du Guayas
Le parc le long du Guayas

Le parc le long du Guayas

Quartier des peñas, puis pause le long du Guayas
Quartier des peñas, puis pause le long du Guayas
Quartier des peñas, puis pause le long du Guayas
Quartier des peñas, puis pause le long du Guayas
Quartier des peñas, puis pause le long du Guayas
Quartier des peñas, puis pause le long du Guayas

Quartier des peñas, puis pause le long du Guayas

Cerro Santa Ana, où les habitants ont reçu de l'aide de l'État pour redonner une belle image au quartier
Cerro Santa Ana, où les habitants ont reçu de l'aide de l'État pour redonner une belle image au quartier

Cerro Santa Ana, où les habitants ont reçu de l'aide de l'État pour redonner une belle image au quartier

On se demande alors quoi faire : il fait vraiment vraiment vraiment très chaud et on n'a pas la force de retourner se balader en pleine chaleur... Paola, la sœur de Cristina, vient alors nous chercher et nous conseille quelques lieux où manger et boire un coup. On en choisit un qui a une bonne clim' : ça fait du bien ! 
Quand la température commence un peu à baisser, on repart se balader​ un peu plus à l'ouest. On visite un tout petit musée (musée Presley Norton) sur les cultures précolombiennes. On arrive ensuite au malecón salado : situé à côté de l'estuaire, l'eau y est salée - d'où son nom ! Il y a tout un chemin près de l'Université à suivre, dont une majorité sous les arbres... c'est agréable ! On y voit en plus quelques animaux : des iguanes encore, mais aussi des perroquets verts ! Vers 17h, il est temps de rentrer : c'est l'heure de sortie des moustiques, surtout dans les espaces boisés... On retourne donc doucement vers notre hôtel, sous quelques gouttes de pluie - pas si désagréables​ après l'étouffante chaleur ! 
Cristina rentre chez elle, pendant qu'on profite d'une bonne douche fraîche !! 

Lunch time !

Lunch time !

Musée Presley Norton
Musée Presley Norton
Musée Presley Norton

Musée Presley Norton

Fontaines, avec spectacle de lumières tous les soirs

Fontaines, avec spectacle de lumières tous les soirs

Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado
Malecón salado

Malecón salado

On la rejoint chez elle plus tard dans la soirée pour partager avec sa famille le traditionnel dîner pizza du mardi soir : la plupart des pizzerias font une pizza achetée, une offerte ce jour de la semaine, donc autant en profiter ! On est très gentiment accueillis par des parents, on revoit sa sœur Paola et on rencontre aussi sa petite nièce Victoria. C'est bien chouette de partager un moment de vie d'une famille équatorienne ! 

Le lendemain, on se lève tôt dans le but d'aller se balader à la réserve de l'isla Santay sans trop souffrir de la chaleur... mais il pleut ! Vers 9h, ça commence à se calmer, on monte donc dans un taxi avec Cristina et c'est parti ! La balade est très agréable, sur un ponton en bois surplombant une sorte de forêt marécageuse. On arrive à un éco-village et on pousse un peu plus loin pour aller voir le bassin aux crocodiles ! Ils jouent un peu à cache-cache, mais on parvient quand même à en voir quelques-uns :) 
En revenant, on suit un petit sentier menant à un point de vue. Par ici, l'anti-moustiques est indispensable, on s'en rend vite compte ! Mais le point de vue en vaut la peine, on a un peu l'impression d'être en Amazonie !!

En route vers l'île Sangay
En route vers l'île Sangay
En route vers l'île Sangay

En route vers l'île Sangay

Toute la balade se fait sur un ponton en bois : trop marécageux autour !
Toute la balade se fait sur un ponton en bois : trop marécageux autour !

Toute la balade se fait sur un ponton en bois : trop marécageux autour !

Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !
Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !

Marécages et belles fleurs. Zoom sur la plante-sparadrap !

La faune n'est pas en reste. Mention spéciale pour le papillon aux ailes bleues, pas facile​ de le prendre en photo !
La faune n'est pas en reste. Mention spéciale pour le papillon aux ailes bleues, pas facile​ de le prendre en photo !
La faune n'est pas en reste. Mention spéciale pour le papillon aux ailes bleues, pas facile​ de le prendre en photo !
La faune n'est pas en reste. Mention spéciale pour le papillon aux ailes bleues, pas facile​ de le prendre en photo !
La faune n'est pas en reste. Mention spéciale pour le papillon aux ailes bleues, pas facile​ de le prendre en photo !
La faune n'est pas en reste. Mention spéciale pour le papillon aux ailes bleues, pas facile​ de le prendre en photo !

La faune n'est pas en reste. Mention spéciale pour le papillon aux ailes bleues, pas facile​ de le prendre en photo !

On arrive à un écovillage
On arrive à un écovillage

On arrive à un écovillage

Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)
Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)
Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)
Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)
Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)
Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)
Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)
Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)

Le bassin aux crocodiles !! C'est l'heure de la photo officielle de Cristina avec Måtmütt :)

De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !
De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !
De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !
De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !
De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !
De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !
De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !

De l'écovillage part un autre petit sentier, aux airs amazoniens !

Belle faune de ce côté-ci aussi, avec notamment le crabe violoniste (une de ses pinces est beaucoup plus grosse)
Belle faune de ce côté-ci aussi, avec notamment le crabe violoniste (une de ses pinces est beaucoup plus grosse)
Belle faune de ce côté-ci aussi, avec notamment le crabe violoniste (une de ses pinces est beaucoup plus grosse)
Belle faune de ce côté-ci aussi, avec notamment le crabe violoniste (une de ses pinces est beaucoup plus grosse)
Belle faune de ce côté-ci aussi, avec notamment le crabe violoniste (une de ses pinces est beaucoup plus grosse)

Belle faune de ce côté-ci aussi, avec notamment le crabe violoniste (une de ses pinces est beaucoup plus grosse)

Retour vers la terre ferme
Retour vers la terre ferme
Retour vers la terre ferme
Retour vers la terre ferme

Retour vers la terre ferme

Même si la journée a commencé sous la pluie, il fait maintenant bien chaud et il est temps de retrouver un lieu plus ventilé... On rentre donc chez Cristina vers 14h où nous attendent le ventilateur et un délicieux repas ! On a le droit à des plats traditionnels de l'Équateur : ceviche et patacones. Le ceviche équatorien est différent du péruvien, présenté davantage sous forme de soupe et avec du poisson cuit et non cru (mais chez Cristina, on le goûte aux crevettes !). Les patacones sont des bananes plantains écrasées frites. On a le droit à un jus de fruit frais à la mûre : en général en Amérique du Sud, ils boivent très peu d'eau pendant les repas, mais plutôt des jus de fruit ou des sodas. Un vrai régal ce repas ! On passe donc les chaudes heures de l'après-midi chez Cristina et sa nièce nous emporte dans son jeu de pâte à modeler / plasticine. Retour en enfance !! 
En fin d'après-midi, on se dirige vers le Parque Histórico à quelques pas de chez Cristina. C'est en fait une sorte de zoo dans une grande forêt. Pour la deuxième fois de la journée, un petit sentiment d'être en Amazonie - surtout au moment de voir les perroquets ! 
On finit la journée tranquillement chez Cristina et on termine les restes de pizza de la veille. 
Guayaquil n'était pas spécialement un lieu qu'on voulait visiter en Équateur, mais faire le détour pour rencontrer Cristina valait vraiment la peine ! Merci Cristina d'avoir pris le temps de nous promener dans Guayaquil et de nous avoir si gentiment accueillis dans ta famille ! 

Ceviche, jus de mûre, patacones avec sauce au fromage : un régal !!!
Ceviche, jus de mûre, patacones avec sauce au fromage : un régal !!!
Ceviche, jus de mûre, patacones avec sauce au fromage : un régal !!!

Ceviche, jus de mûre, patacones avec sauce au fromage : un régal !!!

Atelier pâte à modeler/plasticine avec Victoria et retour en enfance :)
Atelier pâte à modeler/plasticine avec Victoria et retour en enfance :)
Atelier pâte à modeler/plasticine avec Victoria et retour en enfance :)
Atelier pâte à modeler/plasticine avec Victoria et retour en enfance :)
Atelier pâte à modeler/plasticine avec Victoria et retour en enfance :)

Atelier pâte à modeler/plasticine avec Victoria et retour en enfance :)

Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico
Les perroquets multicolores du Parque Histórico

Les perroquets multicolores du Parque Histórico

Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !
Et le reste des animaux !

Et le reste des animaux !

Une belle végétation aussi !
Une belle végétation aussi !
Une belle végétation aussi !
Une belle végétation aussi !
Une belle végétation aussi !
Une belle végétation aussi !
Une belle végétation aussi !

Une belle végétation aussi !

Dans le Parque Histórico et en revenant chez Cristina
Dans le Parque Histórico et en revenant chez Cristina
Dans le Parque Histórico et en revenant chez Cristina
Dans le Parque Histórico et en revenant chez Cristina

Dans le Parque Histórico et en revenant chez Cristina

En sortant de chez Cristina, inondations !

En sortant de chez Cristina, inondations !

Le lendemain, avant de partir pour Cuenca, on décide de gravir les 444 marches du Cerro Santa Ana. Cela nous fait longer de nouveau le malecón 2000, puis c'est parti pour la montée ! Le quartier a vraiment été bien rénové et c'est agréable de s'y balader. Sur certaines maisons, il y a une photo de comment c'était avant la rénovation, les subventions de l'État... et pour quelques-unes, le changement est fulgurant ! Pour parfaire la sécurité des lieux, des policiers sont postés à intervalles très réguliers le long des marches. 
Arrivés en haut, la vue sur Guayaquil est vraiment sympa ! On peut ajouter quelques marches et monter dans un phare. On reste quelque temps à admirer les alentours, puis on redescend voir un petit musée naval : "Fortín del Cerro Santa Ana". Il a été construit pour l'importance de l'activité navale de Guayaquil. Il prend place à l'endroit d'un fort du XVIIe siècle - l'unique défense militaire de Guayaquil contre les pirates ! Il est ensuite temps de redescendre complètement pour de rendre à Cuenca...

​​​​​​

De nouveau un passage par le malecón 2000
De nouveau un passage par le malecón 2000
De nouveau un passage par le malecón 2000
De nouveau un passage par le malecón 2000
De nouveau un passage par le malecón 2000

De nouveau un passage par le malecón 2000

444 marches et une pause au milieu !
444 marches et une pause au milieu !
444 marches et une pause au milieu !
444 marches et une pause au milieu !
444 marches et une pause au milieu !

444 marches et une pause au milieu !

Le phare et le sommet du Cerro, avec sa chapelle
Le phare et le sommet du Cerro, avec sa chapelle
Le phare et le sommet du Cerro, avec sa chapelle
Le phare et le sommet du Cerro, avec sa chapelle

Le phare et le sommet du Cerro, avec sa chapelle

Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet
Différentes vues depuis le sommet

Différentes vues depuis le sommet

Måtmütt aux premières loges
Måtmütt aux premières loges

Måtmütt aux premières loges

Le petit musée
Le petit musée
Le petit musée
Le petit musée

Le petit musée

En redescendant
En redescendant

En redescendant

Plutôt que le bus, on prend cette fois-ci le Metrovía (sorte de métro, mais en plein air), qui est plus rapide. Pas de chance cependant : en attendant sur le quai ou en entrant dans le métro, Nico se fait voler son téléphone portable ! Pourtant dans sa poche fermée de son pantalon, il n'a rien senti du tout... On espère que ce "baptême de vol", apparemment un passage obligé en Amérique latine, ne se reproduira pas !  

Voir les commentaires

L'authentique marché de Cajabamba, près de Riobamba

Après notre 3e et dernier passage à Quito, direction le sud. En effet, le frère de Marine arrive à Lima (Pérou) dans 2 semaines, il est donc temps de descendre.
On décide donc de passer à Riobamba avant de passer rencontrer Cristina à Guayaquil. Cristina est la copine du fils du beau-père de Nicolas et vit en Équateur depuis toujours avec sa famille.
Pour ne pas changer, depuis l'hôtel Auberg'Inn qu'on quitte définitivement, on prend un bus pour le terminal de Quitumbe. Même trajet mais à 0,50$ plutôt que 0,25$ par personne. On a vraisemblablement pas pris le bon bus puisqu'à La Marín, il nous débarque à un autre quai ce qui nous oblige à payer une deuxième fois pour monter sur le bon quai...
On arrive finalement à Quitumbe pour prendre le bus vers Riobamba. Environ 4h de route plus tard, on arrive au terminal de Riobamba. De là, on a environ 2 petits kilomètres pour rejoindre le centre. On se renseigne à l'hôtel Estacion mais les prix ont plus que doublé par rapport au infos du routard de 2016... On migre ainsi un peu plus loin à l'hostal Los Shyris. Moins confort mais moins cher. Le temps est à la pluie, on ne visite donc pas trop. Au soir, on se fait plaisir avec une énorme pizza Popeye ... avec des épinards bien entendu !

 

De Quito à Riobamba
De Quito à Riobamba

De Quito à Riobamba

Arrivée à Riobamba et vue sur un défilé depuis notre hôtel
Arrivée à Riobamba et vue sur un défilé depuis notre hôtel
Arrivée à Riobamba et vue sur un défilé depuis notre hôtel

Arrivée à Riobamba et vue sur un défilé depuis notre hôtel

Pizza Popeye !!
Pizza Popeye !!

Pizza Popeye !!

Le dimanche, nous allons à Cajabamba. On passe d'abord à une bonne boulangerie avant de filer à la gare des bus. Il est près de 11h quand on arrive à Cajabamba. C'est le jour du marché. Celui-ci​ est réputé pour son côté très authentique. De fait, nous sommes les seuls à ne pas être de la région.
À la descente du bus, on longe la route principale et on ne voit que des échoppes fermées ou en train de ranger. On craint d'être arrivés un peu tard. On s'enfonce néanmoins dans le village histoire de visiter un peu. On tombe rapidement sur une place où on trouve le marché aux légumes, fruits, herbes et autres. Celui-ci est dans un hangar ouvert à côté duquel se trouve un bâtiment où la viande et le poisson sont vendus. On poursuit notre chemin en suivant les vendeurs installés sur les bords de route. On arrive ainsi à une autre place où se trouve le marché textile. On trouve ici pas mal de vêtements et tissus traditionnels et d'autres moins. On trouve également un grand choix de chapeaux typiques de l'Équateur : le Borsalino. Il s'agit d'un chapeau en feutre rigide. Nico espère en trouver un à sa taille pour remplacer celui perdu/volé à Potosi. Malheureusement, le marché est tellement local qu'il n'y a que des petites tailles adaptées à la population Quichua. La plus grande taille ne dépasse pas 58 alors qu'il faudrait au minimum un 60. Un petit monsieur qui tient un stand nous fait la conversation pendant un moment et s'étonne qu'on ait pas d'enfants. En effet, pour beaucoup d'entre eux, les locaux ont des enfants dès 15 ans...
On continue vers une autre place, un peu moins fournie, où on trouve le rayon bricolage. On y trouve cordes, pelles, pioches, tuyaux, matériel de plomberie, disjoncteurs, etc...
On se balade un peu dans les rues du village puis on retourne sur la première place pour s'acheter quelques fruits. On y trouve des ramboutans, des bananes, des pommes et un guanábana. Pour 5 dollars,  on fait l'acquisition de ce gros fruit de la taille d'un ananas qui nous occupera l'appétit pendant 2 repas à deux. Ce fruit, au goût amer et à la centaine de gros pépins qu'on ne mange pas, nous fera travailler notre digestion le jour d'après...
On reprend un bus pour rentrer sur Riobamba. Celui-ci nous dépose quelques pâtés de maison avant le terminal des bus. On marche donc un peu avant de rejoindre notre hostel. Les dernières centaines de mètres se font sous une forte pluie. On s'abrite un moment sous un porche avec quelques équatoriens en espérant que ça se calme mais il n'en est rien. On poursuit donc au pas de course jusqu'à l'hostel. On passe le reste de l'après-midi dans notre chambre à déguster le guanábana et à s'organiser un peu pour la suite. Au soir, comme il n'y a pas de cuisine à l'hostel, on sort manger. On teste le Tropiburger. Il s'agit d'une chaîne de fast-food locale façon macdo.

Étal des féculents et des pains
Étal des féculents et des pains

Étal des féculents et des pains

Rayons fruits et légumes
Rayons fruits et légumes
Rayons fruits et légumes
Rayons fruits et légumes
Rayons fruits et légumes

Rayons fruits et légumes

Poissons et viandes
Poissons et viandes
Poissons et viandes

Poissons et viandes

Textile et Borsalino ! Et place du bricolage
Textile et Borsalino ! Et place du bricolage
Textile et Borsalino ! Et place du bricolage

Textile et Borsalino ! Et place du bricolage

Dans les rues de Cajabamba
Dans les rues de Cajabamba
Dans les rues de Cajabamba
Dans les rues de Cajabamba

Dans les rues de Cajabamba

Zoom sur le "stop" en Quichua et sur les formes de Nasca représentées sur une place
Zoom sur le "stop" en Quichua et sur les formes de Nasca représentées sur une place
Zoom sur le "stop" en Quichua et sur les formes de Nasca représentées sur une place

Zoom sur le "stop" en Quichua et sur les formes de Nasca représentées sur une place

Jolies fresques à Riobamba en revenant vers l'hôtel
Jolies fresques à Riobamba en revenant vers l'hôtel
Jolies fresques à Riobamba en revenant vers l'hôtel
Jolies fresques à Riobamba en revenant vers l'hôtel

Jolies fresques à Riobamba en revenant vers l'hôtel

Résultat des courses :)
Résultat des courses :)

Résultat des courses :)

Repas du soir un peu moins diététique...
Repas du soir un peu moins diététique...

Repas du soir un peu moins diététique...


Le lendemain, avant de prendre le bus pour Guayaquil, on en profite pour visiter le centre ville de Riobamba. On y trouve quelques bâtiments sympas, vestige du passé colonial. Avant de quitter la ville, on prend quelques douceurs dans une autre boulangerie histoire d'avoir de quoi se sustenter durant les quelques heures de bus qui nous attendent.

Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba
Places et églises de Riobamba

Places et églises de Riobamba

Détails de rue à Riobamba
Détails de rue à Riobamba
Détails de rue à Riobamba
Détails de rue à Riobamba
Détails de rue à Riobamba

Détails de rue à Riobamba

Voir les commentaires

Un dernier coucou à Quito et aux parents !

Après ces quelques jours de rando dans la nature, c'est reparti pour la ville ! On remonte en effet à Quito pour dire au revoir aux parents de Marine qui terminent leur séjour organisé de deux semaines par Quito. 

Partis en début d'aprem de Latacunga, on arrive vers 17h à Quito où on retrouve notre chère Auberg'Inn ! Comme c'est la troisième fois qu'on y passe, on a le droit à un petit cadeau : ils nous filent une chambre double avec salle de bain privée, au même prix qu'une avec salle de bain partagée - sympa ! 
On rejoint ensuite les parents à leur hôtel. On discute évidemment de ces deux semaines de voyage en Équateur, avec photos et souvenirs à la clé ! On les accompagne ensuite avec tout leur groupe pour aller manger. Apparemment, on n'échappe pas non plus au menu soupe-riz-poulet en voyage organisé ;) Leur groupe est sympa, on discute aussi avec Flor, leur guide issue de la communauté de San Martín Alto (près de Riobamba). Elle nous fait un peu travailler notre espagnol ! 
On finit la suite à leur hôtel, autour d'une petite bière, avec quelques personnes du groupe. Ils nous racontent aussi quelques souvenirs sympas de leur voyage - au hasard, par exemple, le fait d'avoir mangé des grosses larves crues qui gigotaient encore ! Malgré la fatigue et un bon rhume pour Maman, les parents restent aussi pour profiter de ce moment :) 

On découvre la vue de nuit sur Quito depuis le dernier étage de l'auberge

On découvre la vue de nuit sur Quito depuis le dernier étage de l'auberge

Beau tableau dans l'hôtel des parents

Beau tableau dans l'hôtel des parents

Le lendemain matin, il est prévu pour leur groupe d'aller au parc Ejido. Parfait pour nous, il est juste à côté de notre auberge. On flâne donc ensemble dans le parc, on achète quelques​ souvenirs au marché artisanal et on se balade un peu plus loin. On finit par se poser dans un bar pour boire un verre. C'est l'occasion pour Maman d'offrir un coup pour son anniversaire quelques jours auparavant : le jour même de la fête, ils avaient passé la journée dans le bus ! 
On file ensuite manger dans un resto de viande, un peu plus distingué que d'habitude. La viande est en effet délicieuse, bien tendre ! 
Vient ensuite le temps des dernières photos et des au revoir... La troupe nous souhaite une bonne fin de voyage et tout le monde monte dans le bus pour l'aéroport. On reste au bord de la route, agitant les mouchoirs ! Ça nous fait un peu bizarre : on a l'impression qu'ils partent en voyage et que nous, on reste à la maison... 
Merci en tout cas, Papa et Maman, d'être venus nous voir, c'étaient des chouettes moments ! 

Retour ensuite à l'auberge pour organiser la suite ... 

En se baladant : centre commercial tout en rond et défilé de majorettes !
En se baladant : centre commercial tout en rond et défilé de majorettes !

En se baladant : centre commercial tout en rond et défilé de majorettes !

Un bon déjeuner avec le groupe des parents :)
Un bon déjeuner avec le groupe des parents :)
Un bon déjeuner avec le groupe des parents :)

Un bon déjeuner avec le groupe des parents :)

Salut les écoliers, bon retour en France !

Salut les écoliers, bon retour en France !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>