Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5 jours de trek dans le Torres del Paine !

Torres del Paine : des paysages magnifiques et les quatre saisons en quatre jours, on ne nous avait pas menti !

Premier jour : l'automne. 


Après 2h30 de bus et de formalités pour l'entrée dans le parc, nous voilà arrivés devant le lac Pehoé. La descente du bus nous met directement dans l'ambiance : du vent il y en aura ! Dernière étape de notre trajet avant de commencer à randonner, nous prenons le catamaran (à moteur). Depuis le pont, nous profitons pleinement du paysage et de l'eau turquoise du lac... Mais nous devons retourner à l'intérieur pour payer la traversée. À ce moment, des vents violents provoquent de grosses vagues, nous faisant penser à une attraction à sensations fortes ! Ceux qui s'étaient attardés sur le pont s'en trouvent complètement rincés par les flots. 
Arrivés à quai, nous démarrons enfin la rando. Se succèdent des forêts (dont certaines calcinées à la suite des incendies des années 2010), des petits et grands lacs, des icebergs, des sommets enneigés... et en point d'orgue : un superbe glacier, le glacier Grey ! Une constante dans ces 4h de marche : les bourrasques de vent allant jusqu'à 100km/h, contre qui nous devions lutter pour avancer ! 
Arrivés au camping, la présence d'un endroit abrité est donc bienvenue :) 

Séance d'information avant l'entrée dans le parc

Séance d'information avant l'entrée dans le parc

Les Torres que nous ne verrons malheureusement que de loin

Les Torres que nous ne verrons malheureusement que de loin

Superbe vue sur Los Cuernos depuis le catamaran

Superbe vue sur Los Cuernos depuis le catamaran

Partie du massif du Torres del Paine

Partie du massif du Torres del Paine

Los Cuernos vus depuis le bateau

Los Cuernos vus depuis le bateau

Iceberg sur le Lago Grey

Iceberg sur le Lago Grey

Faune locale

Faune locale

On lutte contre le vent durant toute la randonnée ce jour-là !

On lutte contre le vent durant toute la randonnée ce jour-là !

On approche du glacier Grey

On approche du glacier Grey

Vue du glacier avec un amas d'iceberg un peu coincé

Vue du glacier avec un amas d'iceberg un peu coincé

Zoom sur le front du glacier

Zoom sur le front du glacier

Deuxième jour : le printemps.


Nous refaisons le trajet d'hier en sens inverse, d'un pas un peu plus rapide comme nous sommes poussés par le vent cette fois-ci ! Une belle averse nous aide à nous réveiller sur les premiers kilomètres. Trempés jusqu'aux os, nous séchons cependant rapidement grâce à l'accalmie, au soleil et au vent toujours fort présent ! 
Après une pause déjeuner (= fruits secs et tortillas au beurre de cacahuètes), nous profitons d'une éclaircie pour reprendre le chemin : il nous reste 3h de marche pour rejoindre notre deuxième campement, le camping italiano. Au début, les paysages nous font penser à ceux de la Méditerranéenne (eau turquoise, ciel bleu, arbustes...). Cependant, ce n'est que la vue au loin : pour nous, c'est de nouveau la pluie... Contraste ! Surtout que le vent sur le lac nous projette également de l'eau sur la figure ! 
Le camping est beaucoup plus sommaire (mais gratuit) : un simple toit pour cuisiner et des trous dans le sol en guise de toilettes... Il fait froid et nous nous réfugions donc rapidement sous la tente. 

Un lièvre croisé en bordure de chemin

Un lièvre croisé en bordure de chemin

Des vagues sur la laguna los Patos, qui a l'horaire des marées ?

Des vagues sur la laguna los Patos, qui a l'horaire des marées ?

Matmütt, lui aussi décoiffé par le vent pose fièrement devant le lac Pehoé

Matmütt, lui aussi décoiffé par le vent pose fièrement devant le lac Pehoé

Vue qui laisse rêveur...

Vue qui laisse rêveur...

On se croirait en Méditerranée mais pourtant il nous pleut dessus (y compris lors de la prise de cette photo) et il fait froid

On se croirait en Méditerranée mais pourtant il nous pleut dessus (y compris lors de la prise de cette photo) et il fait froid

Les vents violents font des jolis dessins sur les lacs, on croirait des fractals

Les vents violents font des jolis dessins sur les lacs, on croirait des fractals

Les chemins sont parfois boueux et parfois on marche carrément dans un ruisseau

Les chemins sont parfois boueux et parfois on marche carrément dans un ruisseau

Prochaine averse iminente ;)

Prochaine averse iminente ;)

Forêt brûlée suite à l'important incendie de 2011...provoqué par un randonneur...

Forêt brûlée suite à l'important incendie de 2011...provoqué par un randonneur...

Des passerelles et autres ponts nous aident à franchir les obstacles sans détruire la nature :)

Des passerelles et autres ponts nous aident à franchir les obstacles sans détruire la nature :)

Troisième jour : l'hiver.


La vallée française et le mirador (=point de vue) britannique, programme du jour, sont censés être fermés. Cependant, voyant de nombreux randonneurs commencer malgré tout l'ascension, nous décidons de leur emboîter le pas. Sans le regretter !  Nous atteignons d'abord le mirador français, vaste et beau panorama sur un lac et le  glacier du Cerro Paine. Cela nous donne envie de continuer même si beaucoup font demi-tour à cet endroit. Sans le regretter non plus ! À partir de là, sous les flocons, nous profitons d'un paysage de plus en plus enneigé au fur et à mesure de la montée. Les forêts recouvertes de neige sont bucoliques et la vue sur les montagnes perdues dans les nuages splendide... Nous nous arrêtons 1km avant le mirador britannique, qui est bel et bien fermé. Le froid et la neige au sommet nous font redescendre rapidement ! Retour donc au camping depuis lequel il ne nous reste que 2km pour rejoindre notre nouveau campement, le camping frances. Celui-ci est payant donc nous bénéficions de douches chaudes bien méritées et d'une bonne nuit de sommeil ! 

Corvée eau, directement dans le torrent et il neige, ça glace les mains

Corvée eau, directement dans le torrent et il neige, ça glace les mains

On n'est pas seuls au camping

On n'est pas seuls au camping

Petit arrêt au mirador frances

Petit arrêt au mirador frances

Sur le chemin il neige :)

Sur le chemin il neige :)

Mais la neige, c'est plutôt joli

Mais la neige, c'est plutôt joli

Superbe paysage :)

Superbe paysage :)

Vue sur les sommets de la vallée frances

Vue sur les sommets de la vallée frances

Mirador britannique fermé, c'est pas grave, ce qu'on a vu avant valait le détour

Mirador britannique fermé, c'est pas grave, ce qu'on a vu avant valait le détour

Matmütt aussi profite de la neige

Matmütt aussi profite de la neige

Un petit glacier sur le flan du Cerro Paine

Un petit glacier sur le flan du Cerro Paine

Autre vue du glacier

Autre vue du glacier

Dans la descente on repasse au campement italien

Dans la descente on repasse au campement italien

La rivière qui descent du glacier

La rivière qui descent du glacier

Vue du pied des Cuernos

Vue du pied des Cuernos

Et derrière nous, il pleut...

Et derrière nous, il pleut...

Vue à l'approche du camping frances

Vue à l'approche du camping frances

Vue depuis notre tente

Vue depuis notre tente

Camping sur pilotis,  concept sympa, jamais dormi sur un sol aussi plat

Camping sur pilotis, concept sympa, jamais dormi sur un sol aussi plat

Quatrième jour : l'été.


Aujourd'hui c'est la grosse journée : 8h de marche et heureusement, c'est l'été ! On passe donc du bonnet/gants/veste d'hiver au tee-shirt ! Contraste, encore :) 
Splendide vue des Cuernos, succession de petits ruisseaux, randonnée sur une plage de galets et trempage de mains dans le lac turquoise, longue montée sous le soleil... puis en entrant dans la vallée des Torres, le temps change : le vent fort et les nuages sont de retour ! On ne s'arrête pas au refuge intermédiaire bien que tout nous y incite. On poursuit alors jusqu'à ce qui sera notre dernier campement de ce trek. Le camping étant gratuit, les commodités sont du même niveau qu'à l'italiano.
Les Torres ne sont qu'à 45 minutes, mais la fatigue et la météo incertaine auront raison de notre motivation. Ce n'est rien, nous irons les voir le lendemain.

Lago Nordernskjöld

Lago Nordernskjöld

Lago Nordernskjöld

Lago Nordernskjöld

Lago Nordernskjöld

Lago Nordernskjöld

Au bord du Lago Nordernskjöld

Au bord du Lago Nordernskjöld

Matmütt se détend au pied des Cuernos

Matmütt se détend au pied des Cuernos

Impressionnants Cuernos

Impressionnants Cuernos

Still the same :)

Still the same :)

Lago Nordernskjöld, on l'a longé pendant quelques heures

Lago Nordernskjöld, on l'a longé pendant quelques heures

Beau glacier vu de loin

Beau glacier vu de loin

Chevaux en liberté au milieu de ces magnifiques paysages

Chevaux en liberté au milieu de ces magnifiques paysages

Accès à la vallée en direction du camping Torres. Dans le fond, on voit le refuge intermédiaire: chileno

Accès à la vallée en direction du camping Torres. Dans le fond, on voit le refuge intermédiaire: chileno

Petit pont en arrivant au Chileno

Petit pont en arrivant au Chileno

Río Ascencio

Río Ascencio

Río Ascencio en provenance directe (entre autre) du glacier sous les Torres

Río Ascencio en provenance directe (entre autre) du glacier sous les Torres

Différentes roches, différentes érosions

Différentes roches, différentes érosions

Cinquième jour : les 4 saisons (mais pas celles de Vivaldi)


Un réveil matinal (4h30 quand même) pour grimper au sommet et y voir un lever de soleil spectaculaire, paraît-il, sur les Torres. Malheureusement pour nous, il pleut, et cette pluie nous accompagne jusqu'au point de vue. Nous n'y verrons donc que le lac glaciaire, une impressionnante moraine et la première tour. Le reste est noyé sous les nuages. Cette ambiance (la pluie et le vent y contribuent) a cependant un côté tragico-magique. Nous profitons de cette ambiance quelques instants en espérant que les nuages laissent apparaître les Torres avant de retourner au campement transis par cette météo capricieuse.
S'ensuit une longue descente d'environ 1000m de dénivelé avant de rejoindre l'hôtel Las Torres où une navette viendra nous récupérer.
Nous nous arrêtons au refuge intermédiaire pour se réchauffer et grignoter un peu pour reprendre des forces pour la suite. La remontée après ce refuge se fait sans difficulté grâce au vent fort qui nous pousse dans le dos.
Nous sortons ensuite de la vallée, les vents s'estompent et nous retrouvons le beau temps et la chaleur de la veille. On laisse tomber veste et pull et on descend jusqu'à l'hôtel facilement avec un vent faible toujours dans le dos. 

Devant les Torres,  il fait froid et humide et la nuit à été courte

Devant les Torres, il fait froid et humide et la nuit à été courte

Ce qu'on a vu des Torres

Ce qu'on a vu des Torres

Matmütt n'a pas eu une meilleure vue que nous

Matmütt n'a pas eu une meilleure vue que nous

Redescente au campement Torres,  on replie la tente trempée puis on termine par une longue descente

Redescente au campement Torres, on replie la tente trempée puis on termine par une longue descente

Curieux kairn observé dans la descente

Curieux kairn observé dans la descente

Caravane pour la livraison des vivres pour le refuge Chileno. Une dizaine de chevaux croisés en descendant

Caravane pour la livraison des vivres pour le refuge Chileno. Une dizaine de chevaux croisés en descendant

Même à quelques centaines de mètres de la fin du trek, la vue est splendide

Même à quelques centaines de mètres de la fin du trek, la vue est splendide

Séchage de la tente. Même trempée,  il n'aura fallu que 5 minutes pour qu'elle soit sèche vu les vents violents

Séchage de la tente. Même trempée, il n'aura fallu que 5 minutes pour qu'elle soit sèche vu les vents violents

On n'aura vu les Torres que depuis le bus et le parking...Mais c'est mieux que de ne pas les voir du tout :)

On n'aura vu les Torres que depuis le bus et le parking...Mais c'est mieux que de ne pas les voir du tout :)

Dernière vue depuis le bus

Dernière vue depuis le bus

Pour résumer, cette randonnée pourrait s'apparenter à une jolie balade de quelques jours s'il n'y avait pas cette météo toujours changeante et ces lourds sacs (13-14kg pour Marine et 19-20kg pour Nico au démarrage du trek)... mais sans ces éléments, l'expérience serait probablement moins marquante.
À noter également que comme ce trek est superbe, il y a du monde, surtout vers le glacier Grey et les Torres. Il vaut sûrement mieux éviter la haute saison (janvier et février) si vous pensez y venir !