Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cerro Castillo et Coyhaique

Pour remonter la Carretera Austral, nous envisageons de faire du stop. Apparemment,  c'est assez facile et de toute façon vu les horaires des bus (1 par jour ou moins), le stop nous paraît plus rapide pour éviter les temps morts lors de notre remontée vers Puerto Montt. Notre premier essai pour franchir la frontière entre Los Antiguos et Chile Chico nous avait mis en confiance. 

Nous essayons donc à partir de 9h30 en vue de remonter jusque Cerro Castillo. 
L'attente est longue,...  très longue,...  On en profite pour rattraper notre retard dans la rédaction des articles du blog.  On arrivera à en écrire 2... Malheureusement sans connexion internet,  impossible de faire la mise en page ni de charger les photos. 
Le temps passe, on attend déjà depuis 6h. On voit soudain arriver 5 israéliens, qui ont tous commencé leur voyage en solo. On a déjà croisé certains d'entre eux dans le bus vers El Calafate, à El Chaltén où 3 d'entre eux étaient dans la même hospedaje que nous. 
Ils viennent faire du stop également. On leur explique qu'on est là depuis un moment déjà et on leur souhaite bien du courage. 
Quelques petites minutes après leur arrivée,  ils arrêtent un minibus qui nous prend tous les 7 ! Ça, c'est du stop !

Durant le stop on tue le temps comme on peut. Vues depuis la plage du village et de l'artère principale.
Durant le stop on tue le temps comme on peut. Vues depuis la plage du village et de l'artère principale.
Durant le stop on tue le temps comme on peut. Vues depuis la plage du village et de l'artère principale.

Durant le stop on tue le temps comme on peut. Vues depuis la plage du village et de l'artère principale.

L'auto-stop à 7, ça marche aussi !

L'auto-stop à 7, ça marche aussi !

On trouve quelques santuarios San Sebastián le long de la Carretera Austral, en voici un :)

On trouve quelques santuarios San Sebastián le long de la Carretera Austral, en voici un :)

Nous voilà arrivés à Villa Cerro Castillo

Nous voilà arrivés à Villa Cerro Castillo

On parcourt en 2 bonnes heures la centaine de km qui nous sépare de Cerro Castillo en leur compagnie. 
Le village n'est pas grand, on finit donc au même camping.
Ce camping propose des balades à cheval d'une journée pour aller jusqu'à la lagune sous le Cerro Castillo mais 35000 pesos par personne (environ 40€/personne), c'est trop pour nous. 
Le lendemain, on part se renseigner dans le village pour monter à pied. Le plus court consisterait en une rando de 30km soit en une journée soit en 2. L'option en 2 jours nécessiterait un sac de couchage permettant de dormir confortablement avec des températures négatives. Nous n'avons que des sacs +5 degrés, on abandonne cette option, il est impossible de louer du matériel sur place.
On a donc dans l'idée de faire une grosse journée !
On part en repérage du début de la rando en espérant avoir des infos à la cabane de la CONAF. On y trouve personne mais on trouve un autre camping plus près du début du chemin (cela enlève 1-2km à parcourir avant et après les 30km de rando). Ce camping, Banqueanos de la Patagonia, référencé dans le Lonely Planet est également 1000 pesos moins cher. Les gens sont super accueillants et nous sommes frustrés de ne pas avoir un meilleur niveau d'espagnol pour échanger davantage avec eux.
On leur demande des infos pour notre balade afin de savoir si c'est jouable en une journée et ils nous proposent de suivre à pied la balade à cheval qui est prévue le lendemain. Cette balade passe tout droit dans la montagne et évite un gros détour.

Notre premier camping Notre premier camping
Notre premier camping Notre premier camping

Notre premier camping

Coucher de soleil depuis notre tente

Coucher de soleil depuis notre tente

Vue sur le Cerro Castillo au coucher du soleil

Vue sur le Cerro Castillo au coucher du soleil

Visite du village
Visite du village

Visite du village

Construction locale typique. Cadres de bois qu'on remplit de frigolites (parfois) pour l'isolation et qu'on recouvre des deux côtés par des planches en contre-plaqué. Une tôle finit souvent par dessus pour l'extérieur. Assez basique et rapide mais sans doute bon marché :)

Construction locale typique. Cadres de bois qu'on remplit de frigolites (parfois) pour l'isolation et qu'on recouvre des deux côtés par des planches en contre-plaqué. Une tôle finit souvent par dessus pour l'extérieur. Assez basique et rapide mais sans doute bon marché :)

Notre nouveau camping, le cadre est sympa et posé. Les gens également :)

Notre nouveau camping, le cadre est sympa et posé. Les gens également :)

Pour Sébastien qui galère à la construction de sa cuisine, voilà un exemple (plutôt une cuisine bien entretenue d'ailleurs ici) de ce qu'on trouve au Chili

Pour Sébastien qui galère à la construction de sa cuisine, voilà un exemple (plutôt une cuisine bien entretenue d'ailleurs ici) de ce qu'on trouve au Chili

Les nuages, c'est bien joli

Les nuages, c'est bien joli

Finalement, on démarre à 8h30, le début du chemin passe par une propriété privée qui demande normalement 5000 pesos par personne pour le passage. Comme on est avec eux, pas de droit de passage. Et par ailleurs,  comme on ne prend pas les chemins touristiques, on ne passe pas devant les gardiens du parc, ce qui nous évite également de payer l'entrée dans le parc.
On pensait juste les suivre un peu au début et les laisser filer pour la suite une fois qu'on sera sur le bon chemin. Mais on se rend compte bien vite qu'on les accompagne jusqu'à la lagune. 
Le guide est avec un couple de Santiago qui ont tous les 2 des origines italiennes. La première partie, ils sont à cheval et nous suivons à pied à un bon rythme. Les 4 chiens du camping sont aussi avec nous. Après 2h-2h30, on fait une pause, ils descendent de cheval et nous continuons tous à pied. A partir de là, seul un chien nous suivra, les autres semblent épuisés. 
Le reste de la montée est plus raide et caillouteux, on atteindra le sommet 1h-1h30 plus tard. La vue est magnifique et nous admirons le paysage pendant une bonne heure. Nous en profitons pour manger et le guide se permet même une petite sieste. On redescend ensuite par le même chemin jusqu'aux chevaux et puis nous prenons un chemin alternatif pour la seconde partie. On arrive au camping à 16h30 un peu fatigués à cause de la chaleur notamment. Il a fait jusque 28 degrés la veille et 25 le jour de la balade avec du vent sur la fin. Gros changement pour nous qui étions habitués à des températures beaucoup plus faibles dans le sud.

C'est parti pour la rando !

C'est parti pour la rando !

Quelques paysages dans la montée. Le Cerro Castillo n'est plus très loin !
Quelques paysages dans la montée. Le Cerro Castillo n'est plus très loin !

Quelques paysages dans la montée. Le Cerro Castillo n'est plus très loin !

A certains endroits, on passe plus facilement que les chevaux mais là, c'est nous qui avons plus de mal avec cette grosse flaque bien profonde

A certains endroits, on passe plus facilement que les chevaux mais là, c'est nous qui avons plus de mal avec cette grosse flaque bien profonde

Panorama sur la vallée derrière nous. Au fond à gauche on peut apercevoir un bout du lac Général Carrera

Panorama sur la vallée derrière nous. Au fond à gauche on peut apercevoir un bout du lac Général Carrera

Le village de Cerro Castillo vu d'en haut

Le village de Cerro Castillo vu d'en haut

Et notre endroit de campement. Saurez-vous trouver notre tente ?

Et notre endroit de campement. Saurez-vous trouver notre tente ?

Lorsqu'on s'arrête pour laisser les chevaux, 3 chiens s'arrêteront aussi.

Lorsqu'on s'arrête pour laisser les chevaux, 3 chiens s'arrêteront aussi.

Arc en ciel rond vu lors de la montée ;)

Arc en ciel rond vu lors de la montée ;)

Vue sur le Cerro Castillo et la lagune, c'est beau !

Vue sur le Cerro Castillo et la lagune, c'est beau !

Cascades glacières et zoom sur le glacier qui doit fondre fortement vu les températures à cette époque de l'année Cascades glacières et zoom sur le glacier qui doit fondre fortement vu les températures à cette époque de l'année Cascades glacières et zoom sur le glacier qui doit fondre fortement vu les températures à cette époque de l'année
Cascades glacières et zoom sur le glacier qui doit fondre fortement vu les températures à cette époque de l'année Cascades glacières et zoom sur le glacier qui doit fondre fortement vu les températures à cette époque de l'année

Cascades glacières et zoom sur le glacier qui doit fondre fortement vu les températures à cette époque de l'année

Autre vue du Cerro

Autre vue du Cerro

On est bien posés, Matmütt aussi et le guide fait même une siesteOn est bien posés, Matmütt aussi et le guide fait même une sieste
On est bien posés, Matmütt aussi et le guide fait même une sieste

On est bien posés, Matmütt aussi et le guide fait même une sieste

Enfilade rocheuse

Enfilade rocheuse

Le 4e chien apprécie l'endroit aussi

Le 4e chien apprécie l'endroit aussi

Vue sur un cours d'eau dans la descente

Vue sur un cours d'eau dans la descente

Les nuages toujours jolis et le paysage également :)

Les nuages toujours jolis et le paysage également :)

Avec les chevaux,  on fait le plein de poussière !

Avec les chevaux, on fait le plein de poussière !

Même si l'accueil était super, le lendemain nous repartons sur la route. On retente le stop et on a plus de chance car on est pris en stop après moins de 3h cette fois. On est pris en stop avec 2 jeunes de la région qui sont encore à l'école et qui sont de Puerto Ibañez.
Le conducteur, Esteban, était descendu plus au sud pour tracer un chemin pour un agriculteur et il remonte chez lui à Coyhaique. Ça tombe bien, c'est justement là où on va !
Dans la voiture, on parle de l'hospedaje où on comptait dormir suite au conseil donné par un couple de cyclistes franco-argentin rencontré au camping de Puerto Rio Tranquilo quelques jours plus tôt. 
Il nous explique qu'elle se situe à l'autre bout de la ville et qu'il connaît une personne qui tient une autre hospedaje au même prix mais beaucoup plus près du centre. 
On atterit donc dans l'hospedaje residential azocar. C'est une auberge très locale, on ne croise donc aucun touriste, c'est parfait, c'est ce qu'on cherche... Être davantage au contact de la population locale.
Les dames qui tiennent l'auberge sont charmantes et on en profite donc pour prendre un bon repas et en plus pour pas trop cher.
On visite ensuite un peu la ville de Coyhaique qui est la capitale de la région mais ça n'est pas très intéressante ni très joli. On y voit juste un point de vue sur le Rio Simpson qui est globalement le seul intérêt de la ville pour des gens de passage comme nous. 
On se décide donc à repartir le lendemain pour le parc national Queulat quelques centaines de km plus au nord. 
On prévoit à nouveau de faire du stop car les bus ne démarre qu'à 15h et 17h et qu'il faut quand même compter 4 bonnes heures pour arriver. 

La tente est repliée, les sacs sont faits et on repart pour de nouvelles aventures

La tente est repliée, les sacs sont faits et on repart pour de nouvelles aventures

La Carretera Austral à Cerro Castillo, c'est à cet endroit que nous attendrons le passage d'Esteban

La Carretera Austral à Cerro Castillo, c'est à cet endroit que nous attendrons le passage d'Esteban

La vue du Mirador Río Simpson à Coyhaique
La vue du Mirador Río Simpson à Coyhaique

La vue du Mirador Río Simpson à Coyhaique