Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au sommet du volcan Villarrica

Étant à Pucón pour quelques jours grâce au woofing à l'hôtel Okori et vu que l'ascension du volcan est une des attractions principales de l'endroit,  il nous fallait y monter !

La rue principale de Pucón est remplie d'agences qui proposent diverses activités extérieures telles que le rafting, l'hydrospeed et bien sûr l'ascension du volcan. Nous passons en visiter l'une ou l'autre pour obtenir des renseignements. La plupart propose un tarif similaire autour de 75000 pesos (environ 125€).
Il vaut apparemment mieux éviter de descendre sous ce montant car le service ne serait pas d'aussi bonne qualité. 
Généralement,  les agences composent des groupes de 8 personnes avec 3 guides. Pour la descente,  elles fournissent des pantalons renforcés et une petite luge afin de descendre le volcan rapidement et en s'amusant.
L'ascension du volcan ne présente pas de difficultés techniques (sauf en cas de mauvais temps et/ou de neige transformée en glace), on se renseigne donc pour y aller seuls. 
Pour cela,  un passage par le bureau de la CONAF de Pucón est nécessaire. Là, on nous explique qu'il faut être membre d'un club alpin ou pouvoir justifier d'une expérience d'alpiniste. Chance pour nous, c'est le cas !
Il nous faut donc organiser la sortie au volcan.  La location du matériel nécessaire (casque, piolet, chaussures de montagne rigides, crampons et...  masque filtrant pour les gaz toxiques relâchés par le volcan) se fait à une agence française, Aguaventura, où on est très bien reçus et en français,  fait plutôt rare au Chili.
Nous devons également prévoir la location d'une voiture pour rejoindre le début de l'ascension qui se situe à 16km du centre de Pucón. C'est Marine qui s'occupe de la location puisqu'elle dispose d'un permis international. La prise en main du véhicule se fait avec un peu de stress sous le regard des personnes de l'agence de location ;) 

Coucher de soleil sur le volcan

Coucher de soleil sur le volcan

Le lendemain, départ matinal de notre hôtel, c'est Guillaume, notre camarade de woofing, qui conduit. Il s'agit de démarrer l'ascension vers 8h et nous avons un peu de route et des démarches administratives à faire au poste de garde de la CONAF. 
Les 8 premiers kilomètres de la route menant au volcan sont dans un bon asphalte. Nous atteignons donc rapidement le poste de la CONAF.  Ensuite, la route se transforme en un chemin caillouteux et parfois bosselé similaire à ce qu'on a connu sur la Carretera Austral. Au bout du périple,  on arrive au parking d'été au milieu d'une station de ski dont les infrastructures font pâle figure en comparaison des mega-stations alpines. 
Notre timing est bon puisque toutes les agences démarrent plus ou moins en même temps que nous. On se prépare, on change de chaussures, on vérifie les sacs une dernière fois puis on commence la montée. 

En route vers le volcan

En route vers le volcan

Sur la route, on peut voir ces strates, vraisemblablement liées aux différentes éruptions

Sur la route, on peut voir ces strates, vraisemblablement liées aux différentes éruptions

Marine est prête pour l'ascension

Marine est prête pour l'ascension

Certaines personnes profitent d'un télésiège payant (10000 pesos) pour gagner 400m de dénivelé positif et atteindre 1800m d'altitude. Nous les parcourerons à pied en une bonne heure. À la vue de certains pylônes, on est bien content de notre choix. Cette montée est une bonne mise en route et en haut du télésiège, nous avons un second contrôle de la CONAF qui vérifie notre équipement et en particulier si nous avons bien des crampons. 
La montée continue en alternant entre chemin enneigé et chemin rocailleux jusqu'à la "Capilla" (chapelle) qui n'est autre qu'un reste d'arrivée de télésiège un peu design.
Ensuite, nous arrivons aux choses sérieuses puisqu'à partir de là, il n'y aura plus que de la neige jusqu'au sommet.
Le reste de la montée est une longue procession puisque la centaine de randonneurs suit le même chemin. La trace est faite et l'ascension est facilitée par des marches généralement bien taillées dans la neige.
A certains endroits on sent un peu de glace sous nos pas mais les marches bien taillées permettent de monter sans crampons. Jusqu'au premier ressaut, la montée se fait à l'abri du vent et donc du froid. Après ce ressaut, on est obligé de se couvrir davantage. Le volcan étant le seul sommet élevé des environs,  le vent y souffle bien.
On remonte une pente un peu plus raide jusqu'à un second ressaut rocheux couvert de glace. Le passage est cependant facile.
Un dernier passage plus court permet de rejoindre le cratère. C'est dans cette partie qu'on commence à sentir les fumées toxiques. Quelques dizaines de mètres avant le cratère,  le port du masque filtrant devient obligatoire tellement les fumées sont irritantes. Certains s'équipent même de masques de ski pour éviter les irritations aux yeux. 

Montée sous le télésiège
Montée sous le télésiège Montée sous le télésiège Montée sous le télésiège

Montée sous le télésiège

Arrivée à la 'Capilla' et première section en neige
Arrivée à la 'Capilla' et première section en neigeArrivée à la 'Capilla' et première section en neige

Arrivée à la 'Capilla' et première section en neige

Quelques vues durant l'ascension Quelques vues durant l'ascension
Quelques vues durant l'ascension Quelques vues durant l'ascension
Quelques vues durant l'ascension Quelques vues durant l'ascension

Quelques vues durant l'ascension

On a beau faire l'ascension en solo, on n'est pas tout seuls

On a beau faire l'ascension en solo, on n'est pas tout seuls

Après 4h de montée, la vue au sommet est géniale, tant pour le cratère que pour le paysage alentour.
Là où les agences ne restent que 15 minutes au sommet, nous profitons d'être en solo pour rester une bonne demi-heure malgré les fumées qui nous irritent les yeux.
Le bord du cratère est assez instable et on ne peut donc pas en faire le tour sous peine de finir bien cuit !
Le vent est dans la mauvaise direction et nous souffle toutes les fumées dans la figure. On fait pas mal de photos, on a même la chance de voir de belles éruptions de lave.

Le cratère,  Matmütt,  l'équipe de choc, la lave et même la Bretagne !Le cratère,  Matmütt,  l'équipe de choc, la lave et même la Bretagne !
Le cratère,  Matmütt,  l'équipe de choc, la lave et même la Bretagne !Le cratère,  Matmütt,  l'équipe de choc, la lave et même la Bretagne !
Le cratère,  Matmütt,  l'équipe de choc, la lave et même la Bretagne !Le cratère,  Matmütt,  l'équipe de choc, la lave et même la Bretagne !

Le cratère, Matmütt, l'équipe de choc, la lave et même la Bretagne !

Le panorama depuis le sommet est superbe Le panorama depuis le sommet est superbe
Le panorama depuis le sommet est superbe Le panorama depuis le sommet est superbe

Le panorama depuis le sommet est superbe

On repart ensuite pour la descente. Il nous faudra 2h pour arriver en bas. N'ayant pas de pantalons renforcés, on est obligé de descendre les parties raides à pied.
Marine n'est pas très à l'aise dans la descente et finit par descendre sur la petite luge après le passage du premier ressaut où la pente devient moins raide. Nicolas en profite pour s'entraîner au ski sur chaussures tel qu'enseigné à l'ucpa lors des stages d'alpinisme. Guillaume pour sa part profite à fond et rattrape tous les groupes partis avant nous.
On se retrouve à la voiture bien contents de cette superbe rando.
Si vous souhaitez faire ce sommet,  choisissez un jour de beau temps car même si le sommet n'est pas difficile en soi, il peut y avoir de la glace au sommet qui fait faire demi-tour aux groupes, comme ça a été le cas le jour avant notre montée.

Guides bien avises qui se sont équipés de mini skis pour la descente :)Guides bien avises qui se sont équipés de mini skis pour la descente :)

Guides bien avises qui se sont équipés de mini skis pour la descente :)

Pas mal de monde ce jour là

Pas mal de monde ce jour là

Au sommet du volcan Villarrica
Marine s'essaie à la luge sur volcan Marine s'essaie à la luge sur volcan

Marine s'essaie à la luge sur volcan

Retour au parking

Retour au parking