Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvailles avec les parents de Marine et premier passage à Quito

Nous voilà donc à 4h30 du matin au terminal de Quito le vendredi 3 mars, une journée avant l'arrivée des parents de Marine. Gros choc de température : partis en short de Jipijapa, on change rapidement pour le pantalon ! 
Pour ne pas arriver avant l'ouverture des auberges dans le centre de Quito, on attend patiemment dans la salle d'attente du terminal... 2 bonnes heures, c'est long ! 
Direction ensuite la jungle des transports en commun : à l'arrivée du bus, tout le monde se pousse pour réussir à entrer ! On se retrouve compressés comme dans le métro parisien aux heures de pointe, Nico n'ayant même pas eu le temps d'enlever son gros sac à dos ! 

Le bus nous dépose à côté du parc Ejido et nous nous installons à l'Auberge Inn, une auberge très sympathique ouverte par un Suisse ! Petite sieste pour récupérer du trajet, puis on va se balader dans le Quito moderne, le quartier la Mariscal. On nous a en fait conseillé un resto dont la spécialité est le burger (eh oui, une envie de nourriture occidentale après les nombreux riz/poulet !) un peu loin de l'auberge, et on en profite pour visiter à pied. Le Quito moderne n'a pas trop de charme : beaucoup de restos et bars, de monuments et d'immeubles... une ville quoi ! On apprécie en revanche bien le burger, avec une particularité locale : des frites de patates douces et de yuca, miam !

À l'Auberge Inn et le parc Ejido à côté
À l'Auberge Inn et le parc Ejido à côté
À l'Auberge Inn et le parc Ejido à côté

À l'Auberge Inn et le parc Ejido à côté

Tout de même une église dans le Quito moderne : Santa Teresita
Tout de même une église dans le Quito moderne : Santa Teresita
Tout de même une église dans le Quito moderne : Santa Teresita

Tout de même une église dans le Quito moderne : Santa Teresita

Hamburguesas avec frites de yucca et de patates douces (pas salées, mais avec du sucre et de la cannelle !)
Hamburguesas avec frites de yucca et de patates douces (pas salées, mais avec du sucre et de la cannelle !)

Hamburguesas avec frites de yucca et de patates douces (pas salées, mais avec du sucre et de la cannelle !)

Le lendemain, c'est l'arrivée des parents de Marine ! Le vol s'est bien déroulé, pas de retard. On passe la soirée à l'auberge, tranquillement, pour le temps des retrouvailles :) 

Dimanche, c'est parti pour visiter tous les quatre le Quito colonial, bien plus sympa ! Le jour de la semaine est bien choisi car les rues sont très animées. Beaucoup de vendeurs ambulants, mais aussi de la musique et des danses traditionnelles. On passe tout un moment sur la place San Francisco à écouter un groupe jouer... instant vraiment chouette ! 

Bon petit déj à l'auberge avant d'attaquer la journée !

Bon petit déj à l'auberge avant d'attaquer la journée !

En allant vers le Quitó colonial : statue de Simon Bolivar, petit parc, statue en hommage aux scientifiques français et observatoire astronomique
En allant vers le Quitó colonial : statue de Simon Bolivar, petit parc, statue en hommage aux scientifiques français et observatoire astronomique
En allant vers le Quitó colonial : statue de Simon Bolivar, petit parc, statue en hommage aux scientifiques français et observatoire astronomique
En allant vers le Quitó colonial : statue de Simon Bolivar, petit parc, statue en hommage aux scientifiques français et observatoire astronomique

En allant vers le Quitó colonial : statue de Simon Bolivar, petit parc, statue en hommage aux scientifiques français et observatoire astronomique

Les musiciens de la place San Francisco...
Les musiciens de la place San Francisco...
Les musiciens de la place San Francisco...
Les musiciens de la place San Francisco...
Les musiciens de la place San Francisco...
Les musiciens de la place San Francisco...
Les musiciens de la place San Francisco...

Les musiciens de la place San Francisco...

... et leurs belles danseuses
... et leurs belles danseuses
... et leurs belles danseuses
... et leurs belles danseuses
... et leurs belles danseuses

... et leurs belles danseuses

D'autres danseurs, personnes en costume traditionnel, ou vendeurs de rue (qui crient "espumillas" !)
D'autres danseurs, personnes en costume traditionnel, ou vendeurs de rue (qui crient "espumillas" !)
D'autres danseurs, personnes en costume traditionnel, ou vendeurs de rue (qui crient "espumillas" !)
D'autres danseurs, personnes en costume traditionnel, ou vendeurs de rue (qui crient "espumillas" !)

D'autres danseurs, personnes en costume traditionnel, ou vendeurs de rue (qui crient "espumillas" !)

De loin, on peut apercevoir la Vierge de Panecillo
De loin, on peut apercevoir la Vierge de Panecillo

De loin, on peut apercevoir la Vierge de Panecillo

Quelques images insolites de la ville :)
Quelques images insolites de la ville :)
Quelques images insolites de la ville :)
Quelques images insolites de la ville :)
Quelques images insolites de la ville :)
Quelques images insolites de la ville :)

Quelques images insolites de la ville :)

Comme dans beaucoup de villes d'Amérique latine, on visite également de nombreuses églises !
- Sur la plaza Grande (ou Plaza de la Independencia), on trouve forcément la cathédrale. Pas très haute pour résister aux nombreux tremblements de terre ! 
- Juste à côté de la cathédrale, El Sagrario : une ancienne chapelle de la cathédrale reconvertie en église indépendante. Attention, parquet grinçant, même si ça ne semble pas gêner les nombreux fidèles (beaucoup plus nombreux qu'à la cathédrale étrangement) !
- Église de San Agustín. Elle abrite les tombeaux de nombreux héros de l'indépendance de l'Équateur. 
- Église de San Francisco. Construite au XVIe siècle, c'est le plus ancien sanctuaire chrétien de Quito avec la cathédrale. L'intérieur est archi décoré, mêlant art mudéjar et baroque. On y entre pendant une messe et l'église est pleine à craquer, beaucoup de gens debout ! Pourtant, il y a une messe presque toutes les heures tout au long de la journée et bien d'autres églises... On reste jusqu'à la fin de la messe, ce qui nous permet d'observer le mélange de tradition et de modernité de la pratique religieuse des Équatoriens : d'un côté, la plupart s'agenouille et communie directement à la bouche et de l'autre, les musiques sont modernes et les gens applaudissent ! 
- Église de la Compagnie des Jésuites ou Compañía. Fondée en 1605, sa construction ne s'est terminée qu'en 1766... Avec 52kg d'or, ce serait l'église la plus couverte d'or du pays ! Vraiment tout est recouvert d'or, c'est impressionnant. On peut aussi y voir un immense tableau représentant l'enfer, avec tous les supplices subis selon le péché commis​... assez édifiant ! Autre anecdote : les bancs étaient dotés de petites pointes pour éviter que les fidèles s'endorment pendant les 5-6h de messe ! Malheureusement, les photos sont interdites à l'intérieur. 

La Plaza de la Independencia
La Plaza de la Independencia
La Plaza de la Independencia
La Plaza de la Independencia
La Plaza de la Independencia

La Plaza de la Independencia

La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.
La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.
La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.
La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.
La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.
La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.
La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.

La cathédrale. Le plafond est de style mudéjar, l'autel couleur turquoise et or. Elle abrite la tombe du maréchal Sucre, libérateur du pays et père de l'indépendance.

El Sagrario, une ancienne chapelle de la cathédrale. La porte et les colonnades sont particulièrement remarquables.
El Sagrario, une ancienne chapelle de la cathédrale. La porte et les colonnades sont particulièrement remarquables.
El Sagrario, une ancienne chapelle de la cathédrale. La porte et les colonnades sont particulièrement remarquables.

El Sagrario, une ancienne chapelle de la cathédrale. La porte et les colonnades sont particulièrement remarquables.

L'église San Agustín
L'église San Agustín
L'église San Agustín

L'église San Agustín

L'église San Francisco et sa place aux pigeons
L'église San Francisco et sa place aux pigeons
L'église San Francisco et sa place aux pigeons
L'église San Francisco et sa place aux pigeons

L'église San Francisco et sa place aux pigeons

L'intérieur de l'église San Francisco - bien remplie
L'intérieur de l'église San Francisco - bien remplie

L'intérieur de l'église San Francisco - bien remplie

La Compañía. Seules photos autorisées : les cloches.
La Compañía. Seules photos autorisées : les cloches.
La Compañía. Seules photos autorisées : les cloches.
La Compañía. Seules photos autorisées : les cloches.

La Compañía. Seules photos autorisées : les cloches.

Au milieu de toutes ces déambulations, la faim se fait sentir et on s'arrête au resto Tianguez sur la place San Francisco. Le cadre est sympa et la nourriture aussi ! On goûte la fritada (porc ou poulet, avec banane plantain, maïs) et un plat à base de crevettes et de sauce coco. On apprécie ! Plus tard, on se régale avec la viennoiserie phare : une sorte de pain au chocolat et à la cannelle.

Plat à base de crevettes et fritadas au poulet ou au porc !
Plat à base de crevettes et fritadas au poulet ou au porc !Plat à base de crevettes et fritadas au poulet ou au porc !

Plat à base de crevettes et fritadas au poulet ou au porc !

Attenant au resto, une belle boutique d'artisanat
Attenant au resto, une belle boutique d'artisanat
Attenant au resto, une belle boutique d'artisanat
Attenant au resto, une belle boutique d'artisanat
Attenant au resto, une belle boutique d'artisanat

Attenant au resto, une belle boutique d'artisanat

Pause douceur

Pause douceur

Le lendemain matin, on se dirige vers une autre église qu'on n'avait pas encore abordée : la Basílica del Voto Nacional ! On a droit à une visite guidée de l'intérieur. L'église a été dessinée par Emilio Tarlier, un architecte d'origine française, s'inspirant de la cathédrale de Bourges. Construite à partir de 1883, elle est de style néo-gothique. C'est l'église la plus haute d'Équateur, avec sa tour des condors culminant à 117m de hauteur (apparemment la hauteur nécessaire pour que les condors puissent voler !). Les vitraux sont très jolis, ils représentent des scènes de la vie de Jésus. On finit par le tour de l'église, pour admirer notamment les fameuses gargouilles en formes d'animaux du pays : crocodiles, singes, hiboux, pélicans, condors, tortues des Galapagos... 

La basilique se voit de loin !

La basilique se voit de loin !

L'extérieur de la basilique. Depuis l'intérieur, à travers le cœur, on peut voir la Vierge de Panecillo qui domine la ville de Quito : pour approcher le cœur de Jésus, il faut d'abord passer par celui de Marie...
L'extérieur de la basilique. Depuis l'intérieur, à travers le cœur, on peut voir la Vierge de Panecillo qui domine la ville de Quito : pour approcher le cœur de Jésus, il faut d'abord passer par celui de Marie...
L'extérieur de la basilique. Depuis l'intérieur, à travers le cœur, on peut voir la Vierge de Panecillo qui domine la ville de Quito : pour approcher le cœur de Jésus, il faut d'abord passer par celui de Marie...
L'extérieur de la basilique. Depuis l'intérieur, à travers le cœur, on peut voir la Vierge de Panecillo qui domine la ville de Quito : pour approcher le cœur de Jésus, il faut d'abord passer par celui de Marie...
L'extérieur de la basilique. Depuis l'intérieur, à travers le cœur, on peut voir la Vierge de Panecillo qui domine la ville de Quito : pour approcher le cœur de Jésus, il faut d'abord passer par celui de Marie...

L'extérieur de la basilique. Depuis l'intérieur, à travers le cœur, on peut voir la Vierge de Panecillo qui domine la ville de Quito : pour approcher le cœur de Jésus, il faut d'abord passer par celui de Marie...

Selfie JP n°2 ! Jean-Paul II a béni la basilique en 1985.

Selfie JP n°2 ! Jean-Paul II a béni la basilique en 1985.

Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures
Gargouilles et statues extérieures

Gargouilles et statues extérieures

L'intérieur de la basilique, avec notamment la tour des condors et la chapelle sacrée
L'intérieur de la basilique, avec notamment la tour des condors et la chapelle sacrée
L'intérieur de la basilique, avec notamment la tour des condors et la chapelle sacrée
L'intérieur de la basilique, avec notamment la tour des condors et la chapelle sacrée

L'intérieur de la basilique, avec notamment la tour des condors et la chapelle sacrée

Vitraux. On peut voir la scène de la femme adultère et du lavement des pieds. Dans la chapelle, un vitrail sur le mariage de Marie et Joseph.
Vitraux. On peut voir la scène de la femme adultère et du lavement des pieds. Dans la chapelle, un vitrail sur le mariage de Marie et Joseph.
Vitraux. On peut voir la scène de la femme adultère et du lavement des pieds. Dans la chapelle, un vitrail sur le mariage de Marie et Joseph.
Vitraux. On peut voir la scène de la femme adultère et du lavement des pieds. Dans la chapelle, un vitrail sur le mariage de Marie et Joseph.
Vitraux. On peut voir la scène de la femme adultère et du lavement des pieds. Dans la chapelle, un vitrail sur le mariage de Marie et Joseph.

Vitraux. On peut voir la scène de la femme adultère et du lavement des pieds. Dans la chapelle, un vitrail sur le mariage de Marie et Joseph.

Statues dans la basilique
Statues dans la basilique
Statues dans la basilique
Statues dans la basilique
Statues dans la basilique

Statues dans la basilique

Pour le déjeuner, on va se mêler aux locaux au Mercado central chez Don Jimmy. On se laisse tenter par la formule : popcorn, ceviche (sorte de soupe avec des crevettes), corvina (poisson/patates). On aurait finalement peut-être dû prendre un plat pour deux tellement les portions étaient importantes ! 

Chez Don Jimmy : à ce moment là, on avait encore faim !
Chez Don Jimmy : à ce moment là, on avait encore faim !
Chez Don Jimmy : à ce moment là, on avait encore faim !

Chez Don Jimmy : à ce moment là, on avait encore faim !

On digère un peu sur la place de l'indépendance, avant de visiter le Palacio del Gobierno : le palais présidentiel. Bâti au XVIIe siècle, il est remanié dans les années 1800 sur ordre du baron de Carondelet, noble d'origine française ! En 1822, c'est dans ce palais que les Espagnols signent l'acte de capitulation de leur armée : l'Équateur devient un pays indépendant ! Au début de la visite, on doit saluer le drapeau national en signe de respect (ça nous fait un peu rire) ! On admire ensuite une mosaïque sur la conquête de l'Amazonie, réalisée par Oswaldo Guayasamín (un grand artiste équatorien né d'un père indigène et d'une mère métis dans les quartiers pauvres de Quito). Vient ensuite la salle du cabinet (où se réunissent les ministres avec le président), puis la salle de banquet (où sont exposés les cadeaux des différents pays à l'Équateur), et enfin le salon jaune (où ont lieu les réceptions officielles sous le regard des portraits de tous les présidents équatoriens). On termine par une petite photo entre les gardes présidentiels ! 
On profite de la fin de journée pour retourner au Tianguez se désaltérer un peu... 

Pause digestion au soleil :)

Pause digestion au soleil :)

Bâtiment à côté du palais présidentiel sur la Plaza de la Independencia

Bâtiment à côté du palais présidentiel sur la Plaza de la Independencia

La garde présidentielle, sérieux exigé !
La garde présidentielle, sérieux exigé !
La garde présidentielle, sérieux exigé !

La garde présidentielle, sérieux exigé !

En entrant, on laisse son passeport, on passe à travers le détecteur et on reçoit un beau petit badge !

En entrant, on laisse son passeport, on passe à travers le détecteur et on reçoit un beau petit badge !

Des jolies places à l'intérieur
Des jolies places à l'intérieur
Des jolies places à l'intérieur
Des jolies places à l'intérieur

Des jolies places à l'intérieur

Le salut au drapeau !

Le salut au drapeau !

La mosaïque de Guayasamín
La mosaïque de Guayasamín

La mosaïque de Guayasamín

Vue sur la place depuis le balcon présidentiel
Vue sur la place depuis le balcon présidentiel
Vue sur la place depuis le balcon présidentiel

Vue sur la place depuis le balcon présidentiel

La salle du cabinet avec des lustres de République tchèque
La salle du cabinet avec des lustres de République tchèque

La salle du cabinet avec des lustres de République tchèque

La salle de banquet avec des lustres français, un portrait de Bolivar et une chapelle dédiée à la Vierge Marie
La salle de banquet avec des lustres français, un portrait de Bolivar et une chapelle dédiée à la Vierge Marie
La salle de banquet avec des lustres français, un portrait de Bolivar et une chapelle dédiée à la Vierge Marie
La salle de banquet avec des lustres français, un portrait de Bolivar et une chapelle dédiée à la Vierge Marie

La salle de banquet avec des lustres français, un portrait de Bolivar et une chapelle dédiée à la Vierge Marie

Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien
Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien
Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien
Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien
Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien
Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien
Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien

Des cadeaux de chefs d'État étrangers offerts au président équatorien

Le biennommé salon jaune
Le biennommé salon jaune
Le biennommé salon jaune
Le biennommé salon jaune

Le biennommé salon jaune

Déco dans le couloir
Déco dans le couloir
Déco dans le couloir

Déco dans le couloir

Le palais est aussi le lieu où Bolívar est venu signer l'indépendance en 1822

Le palais est aussi le lieu où Bolívar est venu signer l'indépendance en 1822

Petit café sur une place donnant sur la place de l'indépendance, mais un peu chic pour nous !

Petit café sur une place donnant sur la place de l'indépendance, mais un peu chic pour nous !

Demain, c'est le départ pour s'immerger dans une communauté Quichua Quaranqui !