Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chachapoyas et Kuelap, le Machu Picchu du Nord !

Arrivés à l'hostal, on se pose brièvement et malgré l'envie de ne rien faire après ces 18h de bus en 2 jours, on se bouge un peu. Il nous faut en effet de quoi manger. On doit aussi prendre des renseignements supplémentaires pour aller à Lima et on souhaite visiter​ un musée. La rue piétonne et la place de la ville sont plutôt jolies, le reste est par contre un peu en mauvais état. On passe d'abord à iPéru, syndicat d'initiative qu'on rencontre dans les villes touristiques du Pérou. Là, on se renseigne encore pour les bus. À priori l'état des routes s'améliore grâce au travail acharné des ouvriers chargés du nettoyage et de la réparation. Il y a quand même plus de 2000km de route et 150 ponts qui ont été endommagés ou détruits. Il semble donc que les compagnies de bus reprennent progressivement leur horaire normal. Pour le musée qu'on voulait visiter, pas de bol, il est en train d'être réaménagé et est donc fermé au public. Pour la nourriture, on ne trouve qu'un mercado et des petits mini market où le choix est limité et où les fruits et légumes font pâle figure. On achète quand même des bananes plantain en croyant acheter des bananes normales, la dame n'était pas claire dans les informations qu'elle nous a donnée​s. On flâne un peu dans les rues et on se pose sur un banc de la place en profitant du soleil digne d'une belle journée de printemps (quand il ne tape pas trop fort !). On va au bureau de la compagnie de bus GH mais c'est fermé... On ira voir les 2 autres compagnies plus tard. On teste une spécialité locale, le yogui, une brochette de knakis et de fromage salé (dans le style du manabi en Équateur) enrobée dans une pâte qui fait penser à de la pâte à gaufre. On rentre à l'hostal et on mange des pâtes au thon faute de légumes pour l'accompagnement. On finit par la même occasion l'aji (piment rouge fumé) qu'on avait reçu au Chili à Chaíten d'un Allemand qui partait faire la Carretera Austral à pied.

Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peinturesNotre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures
Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures
Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peinturesNotre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peinturesNotre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures

Notre hostel Chachapoyas Backpackers, avec ses jolies peintures

Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas
Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas
Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas
Rues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de ChachapoyasRues, place centrale et église de Chachapoyas

Rues, place centrale et église de Chachapoyas

Le yogui

Le yogui

Le jour suivant, le site de Kuelap est prévu au programme. Le site est appelé le Machu Picchu du nord mais a été découvert bien avant, en 1843, et n'a rien à voir avec les Incas si ce n'est le massacre qu'ils y ont fait un peu avant l'arrivée des conquistadors qui ont, eux aussi, fait un massacre avant de déplacer la population dans la vallée. Le site de Kuelap est le centre religieux et politique de la civilisation Chachapoyas. Les premières constructions du site datent du Ve siècle après JC et les dernières sont l'œuvre des Incas dix siècles plus tard. Avant de se mettre en route vers 8h30, on se prend un petit déjeuner assez basique digne de ceux qu'on prenait à Caleta Maria au tout début de notre voyage. Faut d'avoir trouver de quoi faire un bon petit déjeuner, ce sera du pain garni de cacao sucré (celui utilisé pour se faire un chocolat chaud) avec un thé. On part donc avec l'agence de tourisme propose par l'hostal, Turismo Explorer. Il faut une heure environ pour rejoindre le village de Tingo Nueva à 2000m d'altitude où se trouve la "station d'embarquement". C'est là qu'on prend les tickets pour le télécabine flambant neuf inauguré il y a juste un mois, le 3 mars 2017.  De ce premier point, on monte en minibus jusqu'au télécabine à 2272m. Ce télécabine, de marque française (Poma), est le tout premier au Pérou. On trouve donc un livret expliquant les recommandations et consignes. Notre guide s'inquiète également de savoir si c'est la première fois qu'on prend un télécabine et si on est pas sujet au vertige (au plus fort du parcours, on a jusqu'à 200m de vide sous la cabine) ou à la claustrophobie. Assez marrant pour nous qui sommes habitués à cette technologie ! La vitesse des cabines est vraisemblablement mise au plus lent puisqu'à l'embarquement, en un mètre de parcours, on arrive à y rentrer à 8 !  Le temps de parcours est de 22 minutes. Le temps de profiter du paysage sauf qu'on est rapidement enveloppé dans les nuages. 

Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !
Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !
Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !

Tout nouveau télécabine pour monter à Kuelap !

Points de vue avant de prendre le téléphériquePoints de vue avant de prendre le téléphérique
Points de vue avant de prendre le téléphérique

Points de vue avant de prendre le téléphérique

Dans le téléphérique
Dans le téléphériqueDans le téléphérique
Dans le téléphériqueDans le téléphérique

Dans le téléphérique

Depuis le téléphérique, on peut aussi ​apercevoir une tombe dans la roche

Depuis le téléphérique, on peut aussi ​apercevoir une tombe dans la roche

 On arrive finalement à la billetterie pour le site proprement dit, à 2900m. Comme pour le télécabine, c'est 20 soles par personne. Il reste ensuite 100m à grimper à pied pour arriver, au sommet du Cerro Barrera, au pied du mur de soutènement. On y arrive par la muraille sud, la plus ancienne, puis on longe le site par l'est, on passe devant la porte 1, qui était utilisée à des fins religieuses et prévue comme l'entrée du soleil, de la vie et des hommes. À l'opposé, à l'ouest, c'est l'entrée des femmes, de la mort et de la lune. Dans la même idée, les cultures étaient établies sur le flanc est de la montagne et les sépultures sur le flanc ouest. Ces deux entrées étant en travaux, on n'aura pas la chance d'admirer les gravures religieuses faites dans les blocs de pierre utilisés pour faire les murs.
On entre donc par la troisième et dernière porte plus au nord en façade est toujours. Cette porte permettait l'entrée de la nourriture et d'autres denrées qui étaient acheminées là à dos de lama. On voit encore des traces laissées par les pattes de ces animaux dans les blocs de rochers du sol.
Un fois dans le site, d'une surface de 6ha (680m sur 120m) et qui accueillait 2-3000 personnes, on commence par la partie nord qui est la plus récente. On y trouve deux bâtiments de forme rectangulaire qui sont d'origine Inca. En effet, comme les sioux en Amérique du Nord, les Chachapoyas n'avaient que des constructions circulaires afin d'éviter aux mauvaises énergies de rester dans les coins. 
À l'extrémité nord, on trouve une tour, le Torreón, qui pourrait faire penser à une tour de défense mais qui était en réalité utilisée à des fins religieuses. On y a en effet retrouvé des petits projectiles qui y étaient lancés​ avec des lance-pierres dans l'idée de faire venir la pluie.
On passe ensuite, toujours dans la partie nord et plus haute du site (pueblo alto), à une sorte de mausolée où on a retrouvé des momies. Cette partie est malheureusement également en travaux, on aura seulement l'occasion de voir les ossements humains insérés dans des cavités présentes dans le mur. On redescend ensuite dans la partie basse du site, le pueblo bajo.
On y découvre les bases des maisons de forme ronde qui abritaient toutes une grande pierre pour moudre le grain, une sorte d'estrade où les gens dormaient vraisemblablement sur la paille. Le long de cette estrade, on trouve un petit couloir couvert où étaient élevés les cuy (cochons d'Inde) avant d'être mangés​. 
En continuant plus au sud, on arrive au Tintero ou temple majeur. Il s'agit d'une construction de 13,5m de diamètre et de 5m de haut. L'accès se fait par le sommet et l'intérieur ressemble à un récipient en forme de bouteille. Il était utilisé comme ossuaire alimenté par des os humains durant des rituels complexes. Apparemment, il ne s'agit pas de sacrifices humains mais de morts naturelles.
Encore plus au sud, on trouve une plateforme circulaire sur laquelle 8 édifices circulaires également étaient construits. Ces édifices étaient vraisemblablement utilisés par des personnes de haut rang. Au milieu de la plateforme, on trouve une sorte de puits qui servait également d'ossuaire.
Nous ressortons ensuite par la porte 3, puis on descend reprendre le télécabine pour aller manger. On aura finalement profité de l'endroit uniquement sous la pluie et dans la brume, ce qui rend le site plus mystique mais n'invite pas trop à la contemplation. L'avantage, c'est qu'on était vraiment peu nombreux sur le site.

Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !
Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !
Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !
Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !

Le chemin de la billetterie du site à la porte 3 : jolies fleurs et fossiles !

On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoyaOn longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya
On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya
On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoyaOn longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoyaOn longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya

On longe le site et passe devant la porte 1 avant d'arriver à la numéro 3, et devant une reconstitution de maison chachapoya

Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.
Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.
Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.

Voilà la porte 3 et son escalier vertigineux ! On remarque encore des empreintes de pas de lama sur les marches.

Torreón

Torreón

Vue sur la vallée depuis la partie haute du siteVue sur la vallée depuis la partie haute du site
Vue sur la vallée depuis la partie haute du site
Vue sur la vallée depuis la partie haute du siteVue sur la vallée depuis la partie haute du site

Vue sur la vallée depuis la partie haute du site

Seul bâtiment datant de l'époque Inca : il est rectangulaire !

Seul bâtiment datant de l'époque Inca : il est rectangulaire !

Tombe et ses ossementsTombe et ses ossements

Tombe et ses ossements

Maisons chachapoyas et leurs décos Maisons chachapoyas et leurs décos
Maisons chachapoyas et leurs décos Maisons chachapoyas et leurs décos
Maisons chachapoyas et leurs décos Maisons chachapoyas et leurs décos

Maisons chachapoyas et leurs décos

Temple majeurTemple majeur

Temple majeur

Plateforme circulairePlateforme circulaire

Plateforme circulaire

Autres images du siteAutres images du site
Autres images du site
Autres images du siteAutres images du site

Autres images du site

Petit musée avant de repartir

Petit musée avant de repartir

Le repas proposé n'a rien d'exceptionnel compte tenu du prix à 15 soles indiqué par l'agence. L'avantage, c'est qu'on ne devra pas se soucier de préparer un vrai repas au soir. Le côté dommage, c'est que malgré qu'on soit en groupe, chacun mange à une table différente alors que ça aurait pu être un moment de partage avec les autres du groupe.
On rentre donc ensuite à Chachapoyas.
En arrivant, la priorité est de se renseigner pour les bus vers Lima. C'est pas très glorieux, GHbus nous annonce 32h de voyage plutôt que 24 et en profite pour relever ses prix, Móviltour ne fait même pas le voyage pour le moment et il ne reste donc que Civa qui ne nous avait pas convaincu lors d'un précédent voyage. Ils annoncent aussi un temps de trajet plus long autour des 32h mais par contre, ils ont baissé leurs prix. Ce temps de trajet plus long nous oblige à partir des le lendemain et de ne pas pouvoir profiter davantage de la région. On opte donc pour Civa mais vu la longueur du trajet et vu les prix en baisse, on choisit la première classe avec des sièges inclinables à 160° au lieu de 140°. Cela nous permettra de dormir un peu durant le trajet.
Au soir, comme, la veille, on a acheté des bananes plantain en lieu et place de bananes normales, il faut s'en débarrasser avant le trajet en bus. On fait donc une tentative ​de cuisine locale, on teste les patacones fait maison. Il s'agit de rondelles de plantain écrasées et frites. Le résultat est correct mais sans plus. Le matériel de cuisine n'est pas au top et la technique de préparation n'est pas encore au point.

Petit village en contrebas du téléphérique où on prend le déjeuner

Petit village en contrebas du téléphérique où on prend le déjeuner

Trucha a la parrillaTrucha a la parrilla

Trucha a la parrilla

Sur le chemin du retour

Sur le chemin du retour

Tentative​ de patacones...

Tentative​ de patacones...

Après une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuner pris tardivement, on prépare quelques sandwichs garnis pour le voyage. On part ensuite prendre le bus direction Lima !