Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un autre désert : Uyuni !

Après presque 4 mois au Chili, il est temps de découvrir un autre pays ! Le dimanche 22 janvier, à 3h du mat', nous prenons donc le bus depuis San Pedro de Atacama pour Uyuni en Bolivie ! Nous sommes toujours accompagnés de notre cher Guillaume :) On a acheté les trois dernières places de libres quelques jours avant, pfiou !
Quelques heures de sommeil, la fouille des bagages, deux nouveaux tampons dans le passeport, un arrêt un peu étrange entre les deux pays, au milieu de nulle part où se tient un marché improvisé, et nous voilà donc à Uyuni. On gagne encore en hauteur puisque Uyuni est à 3656m d'altitude !

Entre le Chili et la Bolivie !
Entre le Chili et la Bolivie !

Entre le Chili et la Bolivie !


On passe d'abord un peu de temps tranquille à découvrir la ville. On attend aussi Lorena, notre super guide de San Pedro, qui vient passer quelques jours de vacances avec nous en Bolivie et qui arrive un jour après.
La ville s'est surtout développée grâce au tourisme, avec le fameux salar d'Uyuni. Il existe donc une rue principale avec beaucoup de restos proposant des menus convenant aux touristes, ainsi que deux ou trois avenues avec les hôtels et les agences pour partir dans le salar.. 
Cette curiosité a d'ailleurs attiré les organisateurs du Paris-Dakar, puisque plusieurs éditions s'y sont déroulées ces dernières années. Une statue au centre de la ville et dans le Salar y font d'ailleurs référence. 
Le reste de la ville est beaucoup plus pauvre, mais aussi plus typique. On croise de nombreuses cholitas, ces femmes boliviennes qui ont gardé l'habit traditionnel aymara (sorte de chapeau melon, deux longues tresses, robe à trois volants). Le marché est aussi intéressant, avec plein de petites boutiques... et notamment des vendeuses de feuilles de coca ! Loin d'être une drogue, la feuille de coca a au contraire été érigée par le président actuel Evo Morales comme "patrimoine culturel, ressource naturelle renouvelable de la biodiversité bolivienne et facteur de la cohésion sociale". Elle aide notamment à réduire les effets de l'altitude et de la fatigue ! Avec un peu de llijta (produit permettant d'accélérer le processus et atténuant le goût un peu amer), on mastique donc nos feuilles de coca ! 

Il nous faut aussi trouver une agence pour faire une journée sur le Salar d'Uyuni. Le tour habituel est souvent de trois jours, mais on se limite à un seul pour le timing de Lorena et pour réserver l'autre partie à ceux qui viennent nous voir en Bolivie en juin ;) 
Choix difficile de l'agence : impossible de trouver des avis convergents sur le Routard ou internet. On se fie donc surtout à notre instinct et choisissons "Tres Gigantes"... qui ne se révèle pas un très bon choix, peut-être davantage dû au guide qu'à la compagnie elle-même. Pas d'explications sur les sites, on ne visite qu'une infime partie du Salar, pas d'aide pour les photos... On a quand même passé une bonne journée, mais agence déconseillée ! 

Certaines statues rappellent le passé minier de la ville, d'autres fresques l'importance des femmes dans le fonctionnement de cette société !
Certaines statues rappellent le passé minier de la ville, d'autres fresques l'importance des femmes dans le fonctionnement de cette société !
Certaines statues rappellent le passé minier de la ville, d'autres fresques l'importance des femmes dans le fonctionnement de cette société !

Certaines statues rappellent le passé minier de la ville, d'autres fresques l'importance des femmes dans le fonctionnement de cette société !

Le clocher de la ville change de couleur à la nuit tombée
Le clocher de la ville change de couleur à la nuit tombée

Le clocher de la ville change de couleur à la nuit tombée

Resto bolivien où ne mangent que des Boliviens et où on a goûté du lama (et on n'a même pas été malades !)

Resto bolivien où ne mangent que des Boliviens et où on a goûté du lama (et on n'a même pas été malades !)

Dans un autre resto, touristique celui-là (et moins bon !)
Dans un autre resto, touristique celui-là (et moins bon !)

Dans un autre resto, touristique celui-là (et moins bon !)

Vente de coca au marché par les cholitas

Vente de coca au marché par les cholitas

On aurait peut-être dû faire confiance à Mattmut pour l'agence ;)

On aurait peut-être dû faire confiance à Mattmut pour l'agence ;)

Une journée dans le Salar d'Uyuni...


On commence la journée par un arrêt au cimetière des trains. On y trouve un entassement de carcasses rouillées de locomotives à vapeur et de wagons : elles étaient chargées de transporter le minerai vers le Chili et le Brésil dans les années 1930-1940. On est libres de tout toucher, d'y grimper, de s'imaginer conducteur ou passager... 


Deuxième étape de la journée : le village de Colchani. Un minuscule bled où s'étalent de très nombreux stands d'"artisanat". On nous avait affirmé que c'était du "fait main", ce qui ne nous empêche pas de trouver des étiquettes "made in China" et autres produits contrefaits... Parmi toutes les échoppes qui vendent la même chose, difficile de s'y retrouver ! 

Plusieurs mètres de carcasses rouillées
Plusieurs mètres de carcasses rouillées
Plusieurs mètres de carcasses rouillées
Plusieurs mètres de carcasses rouillées

Plusieurs mètres de carcasses rouillées

Tout le monde s'amuse à faire des photos dans les trains, même les oiseaux !
Tout le monde s'amuse à faire des photos dans les trains, même les oiseaux !
Tout le monde s'amuse à faire des photos dans les trains, même les oiseaux !
Tout le monde s'amuse à faire des photos dans les trains, même les oiseaux !
Tout le monde s'amuse à faire des photos dans les trains, même les oiseaux !
Tout le monde s'amuse à faire des photos dans les trains, même les oiseaux !

Tout le monde s'amuse à faire des photos dans les trains, même les oiseaux !

Sur la route avant le Salar : lamas et mirages !
Sur la route avant le Salar : lamas et mirages !

Sur la route avant le Salar : lamas et mirages !

Au village de Colchani, souvenirs et chapeaux à gogo !
Au village de Colchani, souvenirs et chapeaux à gogo !

Au village de Colchani, souvenirs et chapeaux à gogo !

On découvre la bière aux feuilles de coca !

On découvre la bière aux feuilles de coca !

Et enfin nous arrivons dans le Salar !!! Et c'est... blanc ! On dirait de la banquise, mais non c'est du sel à perte de vue, avec quelques montagnes à l'horizon. 
Rien n'y pousse, seuls quelques animaux s'y aventurent. Il y a aussi quelques centaines d'hommes qui creusent le Salar pour dégager du sel non iodé... Une autre ressource pourrait cependant changer la donne : plus de la moitié des réserves de lithium du monde giserait sous la croûte de sel. 
En attendant, on est bien contents de bénéficier de ce paysage sans fin qui nous permet de faire des photos rigolotes avec de belles illusions d'optique... photos à suivre :) 
Pour le déjeuner, c'est à l'hôtel de sel... où tout est construit en sel ! Quelques sculptures (de sel) ornent aussi la pièce. À l'extérieur, on y trouve la sculpture (de sel) dédiée au Dakar. Il y a aussi une place avec des drapeaux (pas de sel) de nombreux pays et régions du monde, parmi lesquels on trouve évidemment le drapeau breton ! 

De plus en plus de blanc ...
De plus en plus de blanc ...
De plus en plus de blanc ...

De plus en plus de blanc ...

Les cristaux de sel donnent une série de formes hexagonales sur le Salar
Les cristaux de sel donnent une série de formes hexagonales sur le Salar
Les cristaux de sel donnent une série de formes hexagonales sur le Salar

Les cristaux de sel donnent une série de formes hexagonales sur le Salar

Quelques photos rigolotes !
Quelques photos rigolotes !
Quelques photos rigolotes !
Quelques photos rigolotes !
Quelques photos rigolotes !
Quelques photos rigolotes !
Quelques photos rigolotes !

Quelques photos rigolotes !

Måttmütt et Sergio veulent aussi leur photo, et pas en si petits cette fois-ci !
Måttmütt et Sergio veulent aussi leur photo, et pas en si petits cette fois-ci !
Måttmütt et Sergio veulent aussi leur photo, et pas en si petits cette fois-ci !

Måttmütt et Sergio veulent aussi leur photo, et pas en si petits cette fois-ci !

L'hôtel de sel, avec lit, table, chaises et statues en sel !
L'hôtel de sel, avec lit, table, chaises et statues en sel !
L'hôtel de sel, avec lit, table, chaises et statues en sel !
L'hôtel de sel, avec lit, table, chaises et statues en sel !

L'hôtel de sel, avec lit, table, chaises et statues en sel !

Le Dakar de sel...

Le Dakar de sel...

La place des drapeaux, avec le drapeau breton ;)
La place des drapeaux, avec le drapeau breton ;)

La place des drapeaux, avec le drapeau breton ;)

En s'enfonçant un peu plus dans le Salar, on arrive à la partie inondée pendant l'été austral. Cela donne normalement un joli effet miroir. Pour nous, il y a beaucoup de vent, ce qui provoque des ondes sur l'eau et réduit les zones où on peut là encore faire de chouettes photos... mais on y arrive quand même ! On avait demandé aussi à rester dans cette partie pour admirer le coucher de soleil et son reflet sur l'eau. À cause du vent, on aura finalement plutôt l'impression d'assister à un coucher de soleil sur la mer, pas mal non plus :) 

Pour accéder à cette partie, on a le droit à un tour sur le toit du 4x4 !
Pour accéder à cette partie, on a le droit à un tour sur le toit du 4x4 !

Pour accéder à cette partie, on a le droit à un tour sur le toit du 4x4 !

Le Salar inondé
Le Salar inondé
Le Salar inondé

Le Salar inondé

L'eau est bien transparente

L'eau est bien transparente

Beau cadre pour les jeunes mariés !

Beau cadre pour les jeunes mariés !

Effet miroir sur le Salar inondé
Effet miroir sur le Salar inondé
Effet miroir sur le Salar inondé
Effet miroir sur le Salar inondé
Effet miroir sur le Salar inondé
Effet miroir sur le Salar inondé
Effet miroir sur le Salar inondé
Effet miroir sur le Salar inondé

Effet miroir sur le Salar inondé

Errances
Errances
Errances

Errances

Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !
Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !

Coucher de soleil sur le désert et non sur la mer !

Le soleil est couché et nous heureux de la journée !
Le soleil est couché et nous heureux de la journée !

Le soleil est couché et nous heureux de la journée !

Une fois la nuit tombée, il est temps d'aller se mettre au chaud à l'hôtel et de laver ses gambettes pleines de sel ! 

Un autre désert : Uyuni !

Voir les commentaires

San Pedro de Atacama: suite et fin !

Journée 4: Salar de Tara

La visite suivante est à nouveau une grosse journée. Nous partons vers 8h et prenons à nouveau la direction de L'Altiplano via une autre route. Le premier arrêt a lieu à la Laguna Kepiaco. Petite zone humide et verte au milieu de rien. On peut y voir quelques animaux, principalement des flamants roses et des vicuñas. On prend le petit déjeuner là et on continue notre chemin. On passe par le plus haut point de la route aux environs de 4820m, soit plus haut que le Mont Blanc. On immortalisera ce passage au retour !
On arrive ensuite à un point de vue sur la Laguna Aguas Calientes et les Monjes de Bacana qui se trouve dans le cratère du super volcan de Bacana qui ne fait pas moins de 70km de diamètre. 
On passe devant les Monjes, où on s'arrêtera au retour, et on file au milieu d'une étendue désertique où la route est inexistante jusqu'à la Laguna de Tara.
Là,  on peut voir différentes structures de roches volcaniques liées aux diverses éruptions qui ont eu lieu il y a bien longtemps. En contre bas, on peut évidemment voir la Laguna. Le paysage y est grandiose. 
On prend notre déjeuner à cet endroit afin de profiter davantage du lieu. 
On retourne ensuite voir les Monjes (signifie 'moines' en français) de Bacana.
L'explication de la guide ne paraît pas très plausible en ce qui concerne leur origine. Elle indique qu'il s'agirait de morceaux de roches volcaniques qui aurait été expulsés par un volcan proche lors d'une éruption. 
Sur le net, on trouve une autre explication qui serait liée à l'activité volcanique du volcan Bacana lui-même. Vu les nombreuses années depuis cette activité volcanique, ces roches sont particulièrement érodées. 
Elles sont disposées dans une zone assez vaste mais néanmoins limitée et ces roches peuvent atteindre près de 25-30m de haut pour les plus grandes.
Après avoir profité du lieu, on reprend la route avec un petit arrêt au col à 4820m pour faire une photo et un autre petit arrêt dans la descente de L'Altiplano. 

En route vers le Salar de TaraEn route vers le Salar de Tara
En route vers le Salar de TaraEn route vers le Salar de Tara

En route vers le Salar de Tara

Laguna Kepiaco et ses flamants roses
Laguna Kepiaco et ses flamants rosesLaguna Kepiaco et ses flamants roses
Laguna Kepiaco et ses flamants rosesLaguna Kepiaco et ses flamants roses
Laguna Kepiaco et ses flamants rosesLaguna Kepiaco et ses flamants rosesLaguna Kepiaco et ses flamants roses

Laguna Kepiaco et ses flamants roses

L'énorme cratère du volcan Bacana

L'énorme cratère du volcan Bacana

Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan
Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan

Le Salar de Tara avec sa belle lagune, ces roches volcaniques et les volcans en arrière plan

Un peu de compagnie pendant la pause déjeuner à la lagune de TaraUn peu de compagnie pendant la pause déjeuner à la lagune de Tara

Un peu de compagnie pendant la pause déjeuner à la lagune de Tara

Les fameux Monjes de Bacana !Les fameux Monjes de Bacana !
Les fameux Monjes de Bacana !Les fameux Monjes de Bacana !
Les fameux Monjes de Bacana !Les fameux Monjes de Bacana !
Les fameux Monjes de Bacana !Les fameux Monjes de Bacana !

Les fameux Monjes de Bacana !

Un petit saut en bord de route à 4820m ;)

Un petit saut en bord de route à 4820m ;)

Journée 5: Pukara de Quitor

Ça faisait un moment qu'on parlait d'aller faire un tour à cette Pukara qui n'est autre qu'un ancien fort utilisé par les Atacameños pour se défendre.
Étant donné les fortes pluies de la veille, nous ne pourrons pas visiter ce fort et nous devrons tout de même payer le prix plein pour aller au mirador un peu plus haut. 
Il y a un sommet en face, de l'autre côté de la rivière, nous ne payerons donc pas pour le mirador. 
L'accès à ce sommet est cependant plus compliqué puisqu'il faut traverser le lit de la rivière. On a de l'eau jusqu'au genou, les pierres sous les pieds glissent un peu et on sent bien le courant mais ça passe finalement assez facilement pour tout le monde.
La montée, ensuite, n'est pas la plus simple non plus puisqu'il n'y a pas de chemin et qu'il y a pas mal de morceaux de rocher. Un petit pas d'escalade facile et quelques dizaines de mètres de dénivelé plus tard, on arrive au sommet. 
Là, Guillaume se met dans l'idée de faire une apacheta, c'est le nom local des kairns qu'on rencontre également dans nos montagnes européennes.
La tradition veut que les Atacameños faisaient un tas de pierre à l'endroit où les lamas s'arrêtaient lors de leurs longs déplacements après une bonne journée de marche. Ils posaient également leur coca mastiquée durant la journée sous l'apacheta. 
Comme lamas, nous n'aurons que 2 chiens errants qui sont montés avec nous et nous poserons tout de même notre coca sous l'apacheta de Guillaume. 
Pour le retour, on redescend, on traverse à nouveau la rivière dont le niveau a un peu baissé puis on se fait prendre en stop par une camionnette. On monte à l'arrière avec le vélo de Lorena et... les 2 chiens.
Arrivés au centre du village, Guillaume part acheter des saucisses pour les 2 chiens qui nous ont tenu compagnie tout l'après-midi ! ;)

Traversée de rivière dans le lit pour les voitures et sur un petit pont pour nous !Traversée de rivière dans le lit pour les voitures et sur un petit pont pour nous !
Traversée de rivière dans le lit pour les voitures et sur un petit pont pour nous !

Traversée de rivière dans le lit pour les voitures et sur un petit pont pour nous !

Passage de la rivière pour rejoindre notre mirador en face de la Pukara qu'on ne visitera pas
Passage de la rivière pour rejoindre notre mirador en face de la Pukara qu'on ne visitera pasPassage de la rivière pour rejoindre notre mirador en face de la Pukara qu'on ne visitera pas

Passage de la rivière pour rejoindre notre mirador en face de la Pukara qu'on ne visitera pas

Vue sympa depuis le sommet :)Vue sympa depuis le sommet :)
Vue sympa depuis le sommet :)Vue sympa depuis le sommet :)
Vue sympa depuis le sommet :)Vue sympa depuis le sommet :)Vue sympa depuis le sommet :)

Vue sympa depuis le sommet :)

Nuage d'orage sympa :) Heureusement,  cette fois, il nous passera à côté !

Nuage d'orage sympa :) Heureusement, cette fois, il nous passera à côté !

Cérémonie officielle pour l'inauguration de l'apacheta de Gui-Gui !
Cérémonie officielle pour l'inauguration de l'apacheta de Gui-Gui !
Cérémonie officielle pour l'inauguration de l'apacheta de Gui-Gui !
Cérémonie officielle pour l'inauguration de l'apacheta de Gui-Gui !
Cérémonie officielle pour l'inauguration de l'apacheta de Gui-Gui !

Cérémonie officielle pour l'inauguration de l'apacheta de Gui-Gui !

Voyage en camionnette et saucisses pour les chiens !Voyage en camionnette et saucisses pour les chiens !
Voyage en camionnette et saucisses pour les chiens !Voyage en camionnette et saucisses pour les chiens !

Voyage en camionnette et saucisses pour les chiens !

Journée 6: Valle de la Luna

Le dernier jour, on va voir la Valle de la Luna, c'est le truc à visiter le plus proche de San Pedro. On a de la chance, il a bien plu l'avant veille au soir au point d'avoir rendu le site inaccessible pour une journée. Cette pluie a par ailleurs bien rincé et a ainsi dépoussiéré cette vallée. Le sel ressort bien en évidence et on peut voir un paysage avec beaucoup de blanc, ce qui n'est apparemment pas souvent le cas. On va d'abord à un premier point de vue sur une crête. Le paysage est superbe et on a une belle vue sur la vallée de la Luna proprement dite. 
On part ensuite voir les Tres Maria, ça n'est pas bien spectaculaire et le vent souffle violemment. On repart ensuite voir les anciennes mines de sel. Il s'agit de trous dans le sol d'où les mineurs extrayaient directement le sel sous forme de gros cristaux. 
On passe ensuite devant d'anciens logements de mineurs construits exclusivement en briques de sel !
L'heure avançant,  on file ensuite à la Piedra del Coyote (ou en français: pierre du coyote) pour admirer le coucher de soleil !
Le nom de pierre du coyote vient du fait que le rocher ressemble à ce qu'on peut voir dans le dessin animé de coyote et bip bip. Il n'y a en effet aucun coyote dans la région. Le nom officiel est en langue locale et il s'agit du mirador de Kari.
Retour ensuite à San Pedro après un petit snack !

Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)
Belles vues sur la vallée de la Luna.  Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)

Belles vues sur la vallée de la Luna. Le blanc n'est que du sel, il ne s'agit donc pas de neige ;)

On s'amuse devant les Tres Maria On s'amuse devant les Tres Maria
On s'amuse devant les Tres Maria

On s'amuse devant les Tres Maria

Quelques vues de la mine et des campements des mineurs
Quelques vues de la mine et des campements des mineurs Quelques vues de la mine et des campements des mineurs
Quelques vues de la mine et des campements des mineurs Quelques vues de la mine et des campements des mineurs

Quelques vues de la mine et des campements des mineurs

Coucher de soleil depuis la pierre du coyote
Coucher de soleil depuis la pierre du coyote Coucher de soleil depuis la pierre du coyote Coucher de soleil depuis la pierre du coyote
Coucher de soleil depuis la pierre du coyote Coucher de soleil depuis la pierre du coyote Coucher de soleil depuis la pierre du coyote

Coucher de soleil depuis la pierre du coyote

Journée 7: Tour astronomique

Le soir même, et pour la première fois qu'on est à San Pedro, le ciel est dégagé et pas d'orage en perspective. On en profite donc pour faire l'observation astronomique. Ça tombe bien, on doit prendre le bus pour Uyuni à 3h du matin, ça nous occupera et le temps d'attente sera moins long ;)
On est pris en bus dans le centre de San Pedro et on s'éloigne du centre et des lumières artificielles. On arrive ensuite dans un endroit où sont installés une dizaine de télescopes de tailles variées.
On a droit à des infos générales et plus détaillées sur la carte du ciel dans l'hémisphère sud. On voit entre autre la Croix du Sud, Orion, Sirius, les constellations du zodiaque (de Taureau à Lion environ)...
Ensuite on passe aux télescopes où on observe Jupiter et 3 de ses lunes,  la nébuleuse de l'Araignée, et d'autres choses encore.
On reprend ensuite la direction du centre ville après un cacao chaud ou un maté de coca ! 

Photos des étoiles et d'un petit télescope
Photos des étoiles et d'un petit télescopePhotos des étoiles et d'un petit télescope

Photos des étoiles et d'un petit télescope

Voir les commentaires

San Pedro de Atacama: premières visites !

Journée 1: Valle del Arcoíris et Lagunas Escondidas 

Notre première journée de visite comprend deux demi journées. 
Au matin, nous allons dans la cordillère Domeyko à 3500m d'altitude à l'ouest de San Pedro. Nous commençons par les petroglifos de Hierbas Buenas. Les pétroglyphes sont des gravures dans la pierre faite par les Atacameños, anciens habitants nomades de la région bien avant l'arrivée des Espagnols. On peut voir pas mal de représentation d'animaux dont principalement des lamas, animal domestique permettant aux atacameños de se déplacer facilement puisque le lama peut porter 25-30kg. On y voit aussi des gravures du 'chaman' atacameño, le yatiri. Curieusement on voit aussi un singe gravé alors que l'animal n'est pas du tout de la région. On suppose qu'il a été connu suite à des déplacements ou des échanges culturels.
Après les petroglifos, nous continuons jusqu'à la valle del Arcoíris (ou vallée de l'arc-en-ciel).  Cette vallée présente pleins de couleurs liées au concentration d'argiles, de sel et de minéraux. C'est très joli et impressionnant ce mélange coloré. Voyez vous-même via les photos :)

Retour à San Pedro pour manger et puis nous repartons pour les Lagunas Escondidas. Le trajet pour y arriver est un peu long. A un endroit, la route traverse un champ de mine, souvenir de la période Pinochet et des tensions avec le Pérou voisin. L'endroit est beaucoup plus touristique qu'au matin. En effet, ces 7 lagunes ont une haute teneur en sel et il est possible de s'y baigner dans la première et la dernière (sans doute pour préserver les autres). Du fait de la saturation en sel, on y flotte facilement.

On profite du paysage et des belles couleurs des lagunes. Après la baignade on déguste un très bon Pisco sour réalisé par notre guide. On file ensuite observer le coucher de soleil en bord de route à proximité de la valle de la luna. Entre l'orage violent au loin et le coucher de soleil, les couleurs sont magnifiques. 

Petroglifos de Hierbas Buenas
Petroglifos de Hierbas Buenas Petroglifos de Hierbas Buenas
Petroglifos de Hierbas Buenas Petroglifos de Hierbas Buenas

Petroglifos de Hierbas Buenas

Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)
Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)

Belles couleurs dans la vallée de l'arc-en-ciel :)

L'équipe francophone: France, Nouvelle-Calédonie et Belgique !L'équipe francophone: France, Nouvelle-Calédonie et Belgique !

L'équipe francophone: France, Nouvelle-Calédonie et Belgique !

Effet western :)

Effet western :)

Retour à San Pedro pour manger et puis nous repartons pour les Lagunas Escondidas. Le trajet pour y arriver est un peu long. A un endroit, la route traverse un champ de mine, souvenir de la période Pinochet et des tensions avec le Pérou voisin. L'endroit est beaucoup plus touristique qu'au matin. En effet, ces 7 lagunes ont une haute teneur en sel et il est possible de s'y baigner dans la première et la dernière (sans doute pour préserver les autres). Du fait de la saturation en sel, on y flotte facilement.

On profite du paysage et des belles couleurs des lagunes. Après la baignade on déguste un très bon Pisco sour réalisé par notre guide. On file ensuite observer le coucher de soleil en bord de route à proximité de la valle de la luna. Entre l'orage violent au loin et le coucher de soleil, les couleurs sont magnifiques. 

Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.
Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.
Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.
Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.

Les belles lagunes salées et les étendues de terres salées qui les entourent.

Baignades interdites dans 5 des 7 lagunes !

Baignades interdites dans 5 des 7 lagunes !

Les filles flottent malgré la profondeur qui descend jusque 20m !
Les filles flottent malgré la profondeur qui descend jusque 20m !

Les filles flottent malgré la profondeur qui descend jusque 20m !

Et après le bain, tous pleins de sel !
Et après le bain, tous pleins de sel !

Et après le bain, tous pleins de sel !

Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !
Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !

Superbe couché de soleil sur la vallée de la Luna avec un bel orage en fond !

Journée 2: Geisers del Tatio

Ici, demi journée avec départ à 4h30. En effet, pour bien profiter des geysers,  il vaut mieux les observer à l'aube car les fumées sont plus impressionnantes dues à la différence de température plus élevée entre la vapeur d'eau et l'air ambiant.
Tatio est le nom de la montagne à côté des geysers et signifie 'le grand-père qui pleure'. Les geysers sont situés à plus de 4300m d'altitude, c'est donc aussi notre premier contact avec l'Altiplano de la cordillère des Andes. Pour la petite histoire, le nom 'Andes' vient du mot espagnol 'anden' qui signifie 'quai, terrasse'. En découvrant les Andes,  les espagnols ont aussi vu beaucoup de cultures en terrasse typique des Incas. La cordillère est donc la cordillère des cultures en terrasse !
Outre admirer les geysers,  il est possible de se baigner dans une petite piscine alimentée par les eaux chaudes. Les filles en profitent tandis que Guillaume et Nico vont voir d'autres geysers un peu plus loin.
En descendant des geysers, on fait une rapide pause photo à la Vega de Putana qui est une zone humide où on peut voir quelques animaux et un beau paysage. 
Nous repartons ensuite vers le petit village de Machuca qui a une population de 13 personnes et une jolie petite église. Dans le village, on peut aussi y déguster un brochette de lama mais nous attendrons la Bolivie et le Pérou pour tester à un prix plus intéressant. 
Après le village, on continue notre route jusqu'au passage d'une rivière. Comme au matin, tout le monde descend du bus pour traverser puis le bus traverse à son tour. Le jour d'après, le passage de la rivière est impraticable à cause de l'orage, on a donc bien choisi notre moment.
Lors de cette journée,  nous faisons la connaissance de Lorena qui sera notre guide durant plusieurs jours et qui nous accompagnera également en Bolivie pour quelques jours de vacances.

Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !
Les magnifiques fumées des geysers !

Les magnifiques fumées des geysers !

L'équipe de choc, toujours au complet !

L'équipe de choc, toujours au complet !

Baignade autorisée dans un bassin où l'eau est plutôt tiède. On ne voit pas les filles sur la photo mais elles y étaient bel et bien !

Baignade autorisée dans un bassin où l'eau est plutôt tiède. On ne voit pas les filles sur la photo mais elles y étaient bel et bien !

Outre les vicuñas, on voit aussi quelques oiseaux sur le site :)Outre les vicuñas, on voit aussi quelques oiseaux sur le site :)

Outre les vicuñas, on voit aussi quelques oiseaux sur le site :)

En descendant des geysers, on fait une rapide pause photo à la Vega de Putana qui est une zone humide où on peut voir quelques animaux et un beau paysage. 
Nous repartons ensuite vers le petit village de Machuca qui a une population de 13 personnes et une jolie petite église. Dans le village, on peut aussi y déguster un brochette de lama mais nous attendrons la Bolivie et le Pérou pour tester à un prix plus intéressant. 
Après le village, on continue notre route jusqu'au passage d'une rivière. Comme au matin, tout le monde descend du bus pour traverser puis le bus traverse à son tour. Le jour d'après, le passage de la rivière est impraticable à cause de l'orage, on a donc bien choisi notre moment.
Lors de cette journée,  nous faisons la connaissance de Lorena qui sera notre guide durant plusieurs jours et qui nous accompagnera également en Bolivie pour quelques jours de vacances.

Les animaux présents à la Vega de la Putana Les animaux présents à la Vega de la Putana
Les animaux présents à la Vega de la Putana Les animaux présents à la Vega de la Putana

Les animaux présents à la Vega de la Putana

La petite église sympa de Machuca La petite église sympa de Machuca

La petite église sympa de Machuca

Vue depuis la route et passage de la rivière délicat en voiture Vue depuis la route et passage de la rivière délicat en voiture
Vue depuis la route et passage de la rivière délicat en voiture

Vue depuis la route et passage de la rivière délicat en voiture

Journée 3:  Piedras Rojas

Le jour suivant,  la météo ne s'annonce pas terrible, on préfère donc faire croire à l'agence qu'on a eu une indigestion et qu'on souhaite donc reporter d'un jour. Laurine, pressée par le temps, y va tout de même. La neige tombée la nuit rend une partie des lagunes inaccessible. 
Pour notre part, nous partons donc le lendemain.
Le premier arrêt, après 2h de route est la Laguna Tuyaito sur l'Altiplano à plus de 4000m. La vue est sympa et aucune autre compagnie ne vient jusque là. On prend notre petit déjeuner à cet endroit. 
On reprend ensuite le bus pour revenir sur nos pas et voir les Piedras Rojas (ou pierres rouges). L'endroit est super et les couleurs des roches et de l'eau également. Nous sommes par contre rejoints par de nombreux autres touristes. Il faut donc ruser pour prendre des photos sans personne dessus.
On reprend ensuite le bus pour les Lagunas Altiplanicas. A l'arrière plan de ces lagunes on trouve une série de sommets entre 5600 et 5800m. Les lagunes Miscanti et Miñiques formaient à l'origine une seule et même lagune. Mais suite à l'éruption du volcan Miscanti, elles ont été séparées. En y arrivant, le temps se gâte. On ne distingue pas vraiment les sommets et les photos sont donc moins impressionnantes que ce qu'elles auraient pu être. L'orage est quasi au-dessus de nous, on ne s'attarde donc pas. En redescendant de ces lagunes, avant de rejoindre la route principale, on peut observer des roches volcaniques érodées par le temps de part et d'autre du chemin.
On poursuit ensuite notre chemin jusque dans la plaine de San Pedro en passant par le petit village de Socaire perché à 3300m d'altitude dans la descente de l'Altiplano. 
Juste avant d'arriver à Toconao, un autre village, on tourne à gauche, pour l'avant dernier arrêt de la journée, vers la Laguna Chaxa, lieu représentatif du Salar D'Atacama. 
Petite promenade rapide dans cette étendue de concrétions de sel et vue sur une lagune avec quelques flamants roses.
On reprend ensuite la route pour Toconao. Petit village sans prétention, quelques magasins de souvenirs pour les touristes, une petite place avec son église et son vieux clocher.

Vues depuis la route Vues depuis la route
Vues depuis la route Vues depuis la route
Vues depuis la route Vues depuis la route

Vues depuis la route

Laguna Tuyaito Laguna Tuyaito
Laguna Tuyaito
Laguna Tuyaito Laguna Tuyaito

Laguna Tuyaito

Les fameuses pierres rouges et la Laguna présente à côté
Les fameuses pierres rouges et la Laguna présente à côté Les fameuses pierres rouges et la Laguna présente à côté Les fameuses pierres rouges et la Laguna présente à côté
Les fameuses pierres rouges et la Laguna présente à côté Les fameuses pierres rouges et la Laguna présente à côté

Les fameuses pierres rouges et la Laguna présente à côté

La faune à Piedras Rojas La faune à Piedras Rojas
La faune à Piedras Rojas La faune à Piedras Rojas

La faune à Piedras Rojas

On reprend ensuite le bus pour les Lagunas Altiplanicas. A l'arrière plan de ces lagunes on trouve une série de sommets entre 5600 et 5800m. Les lagunes Miscanti et Miñiques formaient à l'origine une seule et même lagune. Mais suite à l'éruption du volcan Miscanti, elles ont été séparées. En y arrivant, le temps se gâte. On ne distingue pas vraiment les sommets et les photos sont donc moins impressionnantes que ce qu'elles auraient pu être. L'orage est quasi au-dessus de nous, on ne s'attarde donc pas. En redescendant de ces lagunes, avant de rejoindre la route principale, on peut observer des roches volcaniques érodées par le temps de part et d'autre du chemin.
On poursuit ensuite notre chemin jusque dans la plaine de San Pedro en passant par le petit village de Socaire perché à 3300m d'altitude dans la descente de l'Altiplano. 
Juste avant d'arriver à Toconao, un autre village, on tourne à gauche, pour l'avant dernier arrêt de la journée, vers la Laguna Chaxa, lieu représentatif du Salar D'Atacama. 
Petite promenade rapide dans cette étendue de concrétions de sel et vue sur une lagune avec quelques flamants roses.
On reprend ensuite la route pour Toconao. Petit village sans prétention, quelques magasins de souvenirs pour les touristes, une petite place avec son église et son vieux clocher.

Lagunas Altiplanicas,  l'orage est proche !Lagunas Altiplanicas,  l'orage est proche !
Lagunas Altiplanicas,  l'orage est proche !
Lagunas Altiplanicas,  l'orage est proche !Lagunas Altiplanicas,  l'orage est proche !

Lagunas Altiplanicas, l'orage est proche !

On a pu remarquer que les vicuñas ont aussi des toilettes.  En témoigne le tas de crottes sous ses pattes.

On a pu remarquer que les vicuñas ont aussi des toilettes. En témoigne le tas de crottes sous ses pattes.

Roches volcaniques érodées visible dans la descente des Lagunes Roches volcaniques érodées visible dans la descente des Lagunes

Roches volcaniques érodées visible dans la descente des Lagunes

Dejuener à l'abri de l'orage dans un petit canyon en direction de San Pedro Dejuener à l'abri de l'orage dans un petit canyon en direction de San Pedro Dejuener à l'abri de l'orage dans un petit canyon en direction de San Pedro

Dejuener à l'abri de l'orage dans un petit canyon en direction de San Pedro

Structures salines dans le désert et petit oiseau Structures salines dans le désert et petit oiseau Structures salines dans le désert et petit oiseau
Structures salines dans le désert et petit oiseau

Structures salines dans le désert et petit oiseau

Effet miroir dans la Laguna ChaxaEffet miroir dans la Laguna ChaxaEffet miroir dans la Laguna Chaxa
Effet miroir dans la Laguna Chaxa

Effet miroir dans la Laguna Chaxa

Église de Toconao, son clocher et son cactus !
Église de Toconao, son clocher et son cactus !Église de Toconao, son clocher et son cactus !Église de Toconao, son clocher et son cactus !

Église de Toconao, son clocher et son cactus !

Voir les commentaires

San Pedro de Atacama: oasis au milieu du désert !

Pour venir à San Pedro, nous prenons le bus en soirée au départ de Santiago. Nous voyageons en compagnie de Guillaume, notre co-woofer à Pucón et Laurine. Le trajet est long puisqu'il dure 24h pour environ 1700km. Ce bus fait différents arrêts sur le trajet. Guillaume se fait piquer son sac qu'il avait sous ses pieds durant son sommeil. Le voleur est vraisemblablement descendu à La Serena.

On arrive à San Pedro vers 20h sous une légère averse orageuse. On se dirige vers l'hostel El Toconar que nous avions réservé. L'endroit est sympathique mais l'accueil n'est pas très chaleureux. Nous y passerons les 2 nuits réservées avant de changer pour une auberge de jeunesse Atacama Roots un peu plus haut dans la même rue. Un des gérants nous avait proposé une chambre pour 4 à un bon prix mais la personne qui nous reçoit n'était pas au courant et nous met dans un dortoir pour le même prix. Le soir avec l'orage, l'eau perce le toit et un des lits est trempé. On se plaint et finalement on obtient la chambre de 4 qu'on nous avait vendue. Le lendemain, pas d'eau ni d'électricité (et donc d'internet) toute la journée. Autant l'électricité on peut s'en passer facilement, autant l'eau pour les toilettes c'est plus compliqué surtout dans une auberge avec autant de monde. Après 2 nuits dans l'auberge dans des conditions pas super, on décide de chercher un endroit plus confortable et mieux géré. On trouve l'hostal Vicuña,  le prix est un peu plus élevé mais on est super bien accueilli et la chambre de 4 est bien aménagée et possède même une salle de bain privative. On restera 5 nuits dans cet hostal avant de mettre les voiles vers la Bolivie. 

Régulièrement,  le soir, on se retrouve privé d'électricité lors du passage des orages. Ils coupent en effet l'électricité dans toute la ville par mesure de précaution !

A Antofagasta,  sur le chemin,  des gens ont perdu leur chien et nous le font savoir via cette grande affiche plastifiée !

A Antofagasta, sur le chemin, des gens ont perdu leur chien et nous le font savoir via cette grande affiche plastifiée !

Sur les murs d'Antofagasta, on peut voir de jolis tags !
Sur les murs d'Antofagasta, on peut voir de jolis tags !

Sur les murs d'Antofagasta, on peut voir de jolis tags !

Le prix du bus n'était pas très élevé pour 24h de trajet, le repas est donc succinct. A deux reprises, on aura droit à un jus bourré de sucralose et une petite barre gaufrée.

Le prix du bus n'était pas très élevé pour 24h de trajet, le repas est donc succinct. A deux reprises, on aura droit à un jus bourré de sucralose et une petite barre gaufrée.

La région avant San Pedro est vraisemblablement industrielle,  les publicités en bord de route en témoignent ;)La région avant San Pedro est vraisemblablement industrielle,  les publicités en bord de route en témoignent ;)
La région avant San Pedro est vraisemblablement industrielle,  les publicités en bord de route en témoignent ;)
La région avant San Pedro est vraisemblablement industrielle,  les publicités en bord de route en témoignent ;)La région avant San Pedro est vraisemblablement industrielle,  les publicités en bord de route en témoignent ;)

La région avant San Pedro est vraisemblablement industrielle, les publicités en bord de route en témoignent ;)

Facade de notre premier logement, le Toconar.

Facade de notre premier logement, le Toconar.

Quelques vues depuis San Pedro un soir d'orage !Quelques vues depuis San Pedro un soir d'orage !
Quelques vues depuis San Pedro un soir d'orage !Quelques vues depuis San Pedro un soir d'orage !
Quelques vues depuis San Pedro un soir d'orage !Quelques vues depuis San Pedro un soir d'orage !

Quelques vues depuis San Pedro un soir d'orage !

La ville de San Pedro 

La ville, oasis au milieu du désert d'Atacama située à plus de 2400m d'altitude, est sympa et très touristique,  on y croise beaucoup de français. Les rues dans le centre ne sont pas macadamisées afin de conserver l'authenticité du lieu. Très bonne idée mis à part pour les jours d'orage où les rues se transforment alors en grosses flaques de boue. 
L'attraction du centre ville est inévitablement l'église qui a été restaurée en 2015. Elle n'est plus blanche actuellement mais couleur terre, c'est joli aussi. Les portes et une partie de la toiture est réalisée en bois d'un cactus local. En face de l'église on trouve une maison érigée pour Pedro de Valdivia lorsqu'il séjourna dans la ville. Elle n'est malheureusement pas en bon état. A proximité, il y a normalement aussi le musée Gustavo Lepaige (du nom du missionnaire belge) mais il était en restauration lors de notre séjour.

Petite vue sur la Plaza de ArmasPetite vue sur la Plaza de Armas

Petite vue sur la Plaza de Armas

La belle église de San Pedro !La belle église de San Pedro !
La belle église de San Pedro !
La belle église de San Pedro !La belle église de San Pedro !

La belle église de San Pedro !

Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)
Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)
Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)

Après l'orage, les rues du centre sont inondées ;)

A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !
A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !
A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !
A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !A San Pedro,  on se fait plaisir,  un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !

A San Pedro, on se fait plaisir, un petit Burger un jour, un repas végétarien un autre jour. Et, quand on mange en rue, on se fait rapidement de nouveaux amis. On peut voir aussi le chien du vendeur de burgers avec son magnifique collier !

Quelques jolies vues sur le volcan Licancabur et Juriques en arrière plan !Quelques jolies vues sur le volcan Licancabur et Juriques en arrière plan !
Quelques jolies vues sur le volcan Licancabur et Juriques en arrière plan !Quelques jolies vues sur le volcan Licancabur et Juriques en arrière plan !

Quelques jolies vues sur le volcan Licancabur et Juriques en arrière plan !

Les excursions 

Venir à San Pedro sans effectuer l'une ou l'autre excursion dans les environs est un peu une perte de temps. La ville est mignonne mais ne suffit pas à justifier le déplacement. 
Nous ferons donc plusieurs excursions à la journée. On casse un peu la tirelire pour le coup mais ça en vaut la peine. On fera toutes les visites guidées avec l'agence Flamingo. Cette agence n'est pas la moins chère mais le service est de qualité et les guides parlent français. De plus, lors des petits déjeuners, on a droit à du vrai pain français de la boulangerie Franchuteria. Si vous passez à San Pedro,  on vous recommande leurs pains et viennoiseries !

Du bon pain français,  ça fait plaisir !

Du bon pain français, ça fait plaisir !

Voir les commentaires

Santiago de Chile, petit tour dans la capitale !

Avant et après l'Aconcagua, nous passons quelques jours à Santiago. La capitale du Chili ressemble évidemment à toutes les autres grandes villes du monde et on peut également y visiter plein de choses. 
On trouve une auberge vraiment pas chère en plein centre de la ville, bien nommée "Hostel Plaza de Armas". Pas un très grand confort et un peu bruyant, mais c'est très bien pour ce dont nous avons besoin. La place des armes est au cœur de la ville et plus d'une centaine de palmiers lui offre un peu d'ombre. À l'hostel, on a discuté avec quelques personnes, mais sans plus. À noter quand même le dîner avec un Japonais et un Chilien... Le Japonais avait une vision très particulière de chaque pays : les Japonais sont tous des robots, il n'a jamais rencontré un Français intelligent... seuls les Allemands et les Hollandais méritent son respect même s'il n'a mis les pieds dans aucun des deux pays !


Les deux derniers jours, nous retrouvons Guillaume, avec qui nous étions en woofing à Pucón. On fait aussi la connaissance avec Laurine, une Française d'Auvergne qui vit depuis un an en Nouvelle-Calédonie. Elle s'est fait voler, dans la rue, le jour de son arrivée à Santiago, son sac à main avec papiers et téléphone notamment. Guillaume l'a aidée à faire les démarches nécessaires et on a alors commencé à passer du temps ensemble ! 

Vues depuis l'hostel sur la place des armes
Vues depuis l'hostel sur la place des armes
Vues depuis l'hostel sur la place des armes

Vues depuis l'hostel sur la place des armes

Pizza Time avec les Frenchies !

Pizza Time avec les Frenchies !

Les rues de Santiago sont bien animées. Beaucoup de marchands ambulants et de cireurs de chaussures notamment ! On voit aussi régulièrement des petits spectacles de rue : des danseurs habillés en costume traditionnel de la région du centre (les huasos), des clowns, des musiciens, des magiciens,... 
En bas de notre hôtel, il y a un alignement de "fastfood à la chilienne" qui vendent le sandwich phare : le completos (sandwich avec saucisse, tomate, avocat et mayonnaise) ! 
On fait également un tour au Mercado central (marché), près duquel on peut goûter les meilleurs empanadas de Santiago... plutôt bons en effet !!
On flâne aussi dans les rues, passant de quartiers riches à des quartiers plus populaires. Il y a l'air d'avoir aussi un certain regroupement par communauté : le "quartier noir", le "quartier asiatique"..
On s'arrête notamment un peu devant le Palacio de la Moneda, siège de la présidence chilienne. C'est un édifice néo-classique,  conçu par l'architecte italien Joaquín Toesca à la fin du XVIIIe siècle, et servant à l'origine d'hôtel des monnaies. La façade nord fut gravement endommagée par des attaques aériennes lors du coup d'État de 1973 : c'est là que s'était réfugié le président Salvador Allende et là où il est mort. C'est aujourd'hui un beau bâtiment, avec une grande place devant et un centre culturel en souterrain. 

Pour les déplacements plus longs, le métro de Santiago est super clean et efficace ! 

Bâtiments de Santiago (notamment la tour Entel)
Bâtiments de Santiago (notamment la tour Entel)
Bâtiments de Santiago (notamment la tour Entel)

Bâtiments de Santiago (notamment la tour Entel)

Le palais de justice

Le palais de justice

Le toit de l'espace culturel et artistique Gabriela Mistral

Le toit de l'espace culturel et artistique Gabriela Mistral

Spectacle de rue d'un clown qui improvise selon les passants qui passent...

Spectacle de rue d'un clown qui improvise selon les passants qui passent...

Dégustation d'empanadas...

Dégustation d'empanadas...

Passage devant un ciné d'art et d'essais qui présentent des films francophones...

Passage devant un ciné d'art et d'essais qui présentent des films francophones...

Paris à Santiago !

Paris à Santiago !

Dans une église... les Sud-Américains aiment bien les statues ressemblant à des poupées...

Dans une église... les Sud-Américains aiment bien les statues ressemblant à des poupées...

 Le palais de la Moneda..  et les statues de héros chiliens sur la place qui lui fait face
 Le palais de la Moneda..  et les statues de héros chiliens sur la place qui lui fait face
 Le palais de la Moneda..  et les statues de héros chiliens sur la place qui lui fait face

Le palais de la Moneda.. et les statues de héros chiliens sur la place qui lui fait face


Le Cerro Santa Lucia 
Ce sommet est au centre d'un beau parc paysager aménagé au XIXe siècle par le maire Benjamín Vicuña Mackenna. On sue un peu en gravissant les petits escaliers de pierre menant à la Torre Mirador, mais on est récompensés par une belle vue sur la ville et les montagnes alentours ! En redescendant, on fait plusieurs petites haltes dans des coins sympas du parc, dont une sorte de petit jardin japonais ! Instant zen :)

La fontaine au pied du Cerro

La fontaine au pied du Cerro

La Torre Mirador vue du dessous

La Torre Mirador vue du dessous

Vues sur Santiago et les montagnes environnantes (on peut normalement apercevoir l'Aconcagua !), depuis la Torre
Vues sur Santiago et les montagnes environnantes (on peut normalement apercevoir l'Aconcagua !), depuis la Torre
Vues sur Santiago et les montagnes environnantes (on peut normalement apercevoir l'Aconcagua !), depuis la Torre
Vues sur Santiago et les montagnes environnantes (on peut normalement apercevoir l'Aconcagua !), depuis la Torre
Vues sur Santiago et les montagnes environnantes (on peut normalement apercevoir l'Aconcagua !), depuis la Torre

Vues sur Santiago et les montagnes environnantes (on peut normalement apercevoir l'Aconcagua !), depuis la Torre

En descendant du Cerro
En descendant du Cerro
En descendant du Cerro
En descendant du Cerro

En descendant du Cerro

Tentative de zen'attitude au jardin japonais
Tentative de zen'attitude au jardin japonais
Tentative de zen'attitude au jardin japonais

Tentative de zen'attitude au jardin japonais

Museo Chileno de Arte Precolombino 
Ce musée est consacré aux grandes cultures précolombiennes d'Amérique du Sud, avec une salle plus spécifique sur celles du Chili. De nombreuses poteries, statues/statuettes sont présentées et les explications sur les différentes cultures sont riches d'informations. On y a donc passé quelques heures...

Belles poteries à tête ou anse d'homme :)
Belles poteries à tête ou anse d'homme :)
Belles poteries à tête ou anse d'homme :)
Belles poteries à tête ou anse d'homme :)
Belles poteries à tête ou anse d'homme :)
Belles poteries à tête ou anse d'homme :)

Belles poteries à tête ou anse d'homme :)

Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques
Statuettes plus ou moins sympathiques

Statuettes plus ou moins sympathiques

Grandes statues funéraires

Grandes statues funéraires

Momies d'enfants
Momies d'enfants

Momies d'enfants

Reconstitution

Reconstitution

Petit craquage dans l'espace enfant et l'expo temporaire après quelques heures de musée...
Petit craquage dans l'espace enfant et l'expo temporaire après quelques heures de musée...
Petit craquage dans l'espace enfant et l'expo temporaire après quelques heures de musée...

Petit craquage dans l'espace enfant et l'expo temporaire après quelques heures de musée...

Le Cerro San Cristóbal
Santiago n'est pas une ville très "nature" dans son centre, mais au nord-est, on peut profiter d'un très grand parc de 722ha : le Parque Metropolitano. On peut y faire de belles balades et un funiculaire permet d'atteindre le célèbre sommet connu sous le nom de Cerro San Cristóbal. On choisit d'y aller à pied, ce qui nous permet de découvrir un peu mieux le parc, de retrouver un peu la nature (dans quelques endroits, on oublierait presque la ville !) et de profiter de plusieurs points de vue. On croise beaucoup de personnes à vélo, qui ont l'air de souffrir un peu en montant, mais de bien s'amuser à la descente ! 
Il fait bien chaud et un peu avant d'arriver au sommet, on profite de la fraîcheur d'une petite chapelle pour faire une pause. 
Au sommet, on découvre finalement la statue de la Virgen de la Inmaculada Concepción, toute en blanc. Les bancs installés à ses pieds ont accueilli les fidèles venus assister à la messe en plein air célébrée par le pape Jean-Paul II en 1984. Un peu plus bas, une statue le représentant a d'ailleurs été érigée.  

En chemin vers le Cerro
En chemin vers le Cerro
En chemin vers le Cerro
En chemin vers le Cerro
En chemin vers le Cerro
En chemin vers le Cerro

En chemin vers le Cerro

Halte pour les pèlerins avant les dernières marches vers la statue

Halte pour les pèlerins avant les dernières marches vers la statue

 Statue de la Virgen de la Inmaculada Concepción
 Statue de la Virgen de la Inmaculada Concepción

Statue de la Virgen de la Inmaculada Concepción

Apparemment beaucoup de prières adressées à cette Vierge !

Apparemment beaucoup de prières adressées à cette Vierge !

Vues sur Santiago depuis le Cerro San Cristóbal
Vues sur Santiago depuis le Cerro San Cristóbal
Vues sur Santiago depuis le Cerro San Cristóbal
Vues sur Santiago depuis le Cerro San Cristóbal

Vues sur Santiago depuis le Cerro San Cristóbal

Selfie Jean-Paul ;)

Selfie Jean-Paul ;)

El Museo de la Memoria y los Derechos Humanos
On ne termine pas notre séjour à Santiago par le plus marrant des musées, mais il est vraiment intéressant. Inauguré en 2010, il traite des violations aux droits de l'homme et des disparitions à grande échelle lors de la dictature militaire de Pinochet de 1973 à 1990. La mise en lumière des tortures par le biais de témoignages et des exécutions (40 000 victimes) noue l'estomac, mais est importante pour la mémoire de cette histoire bien récente et encore difficile à évoquer du Chili.  Les photos sont interdites dans le musée.


Voilà donc notre petit tour finalement rapide de Santiago. On aurait bien aimé visiter en plus la Chascona, la maison que fit construire le célèbre peintre chilien Pablo Neruda pour cacher ses amours avec Matilde Urrutia... ce sera pour une prochaine fois ! Guillaume, Laurine et les 24h de bus pour aller dans le Nord, à San Pedro de Atacama nous attendaient avec impatience ! 

La Chascona de Pablo Neruda, et sa ruelle colorée
La Chascona de Pablo Neruda, et sa ruelle colorée

La Chascona de Pablo Neruda, et sa ruelle colorée

En attendant le bus...

En attendant le bus...

Voir les commentaires

Aconcagua, sommet de l'Amérique du Sud

Après notre woofing à la Capilla de Caleu, nous redescendons à Santiago pour organiser la suite. Santiago se trouve à quelques dizaines de km de l'Aconcagua qui est le plus haut sommet du continent avec plus de 6900m d'altitude. Nous trouvons dommage de passer si près sans y jeter un oeil.
On essaye d'avoir des renseignements à Santiago mais aucun organisme d'informations touristiques ne peut nous renseigner. Et pour cause, le sommet a beau être proche et visible depuis la ville, celui-ci est situé en territoire argentin...
On cherche donc un peu sur internet et le site Web du parc national de l'Aconcagua finit par nous faire comprendre que le passage par la ville de Mendoza en Argentine est obligatoire. 
La ville se trouve à 8h de route de Santiago sans compter le passage de la frontière qui sera long. Nous passerons 4h30 au poste frontière à plus de 2800m. Au retour vers Santiago après le trek, nous attendrons même plus de 6h...

Vue depuis le bus en arrivant à la station de ski renommée de Portillo juste avant le poste frontière chilien et repas dans le bus au retour de Mendoza
Vue depuis le bus en arrivant à la station de ski renommée de Portillo juste avant le poste frontière chilien et repas dans le bus au retour de Mendoza

Vue depuis le bus en arrivant à la station de ski renommée de Portillo juste avant le poste frontière chilien et repas dans le bus au retour de Mendoza

Mendoza 

A Mendoza,  qui est de l'autre côté de la cordillère des Andes, l'air est plus sec et la chaleur plus lourde qu'à Santiago. Les 34-36 degrés quotidiens sont donc pesants. La ville est sympa mais ne présente pas grand intérêt touristique mis à part les nombreux vignobles environnants et évidemment l'Aconcagua tout proche. 
On visite cependant un peu le centre.
Pour le reste du temps sur place, on organise notre trek. Pour l'accès au parc il est nécessaire d'avoir un permis. Soit pour 1, 3, 7 jours, soit pour l'ascension. 
Les démarches administratives ne sont pas simples, il convient de passer au centre touristique dans la rue San Martin pour créer le permis. Il est nécessaire ensuite d'aller payer dans un autre endroit. Le côté pratique de la chose, c'est qu'on ne peut payer qu'en liquide. A savoir qu'un permis pour aller au sommet tourne autour des 900€ et que le plus gros billet argentin est d'environ 7€. Le candidat au sommet devra donc ramener près de 128 billets et retirer 7x de l'argent au guichet puisqu'on ne peut retirer que 20 billets à la fois... 
Une fois le paiement réalisé, il s'agit de retourner au premier endroit pour valider définitivement le permis. 

Quelques trucs sympas à voir à Mendoza dont l'incontournable statue du libertador San Martin très populaire dans la région
Quelques trucs sympas à voir à Mendoza dont l'incontournable statue du libertador San Martin très populaire dans la région Quelques trucs sympas à voir à Mendoza dont l'incontournable statue du libertador San Martin très populaire dans la région
Quelques trucs sympas à voir à Mendoza dont l'incontournable statue du libertador San Martin très populaire dans la région Quelques trucs sympas à voir à Mendoza dont l'incontournable statue du libertador San Martin très populaire dans la région Quelques trucs sympas à voir à Mendoza dont l'incontournable statue du libertador San Martin très populaire dans la région

Quelques trucs sympas à voir à Mendoza dont l'incontournable statue du libertador San Martin très populaire dans la région

Le parc de l'Aconcagua 

Le lendemain matin, départ pour le parc avec le bus de 6h du matin après une trop brève nuit de 4-5h. Pas terrible pour l'acclimatation à l'altitude... D'autant que Mendoza est à peine à 750m d'altitude et qu'on monte dormir à 3400m.
Le bus nous amène en 4h jusqu'à Puente del Inca (environ 2800m) où nous avons l'occasion d'observer un pont rocheux et des sources d'eau chaude pleines de minéraux qui colorent la roche.
Nous poursuivons ensuite à pied en longeant la route sur 3km. Avant d'arriver à l'entrée du parc, on passe devant le poste frontière où on était restés bloqués un bon moment 2 jours plus tôt. 
Puis un peu plus loin, on arrive à Horcones, où se trouve le bâtiment des gardes à l'entrée du parc. On leur montre notre laissez-passer et ils nous donnent un sac poubelle numéroté. Tous nos déchets devront s'y trouver lors du check-out en quittant le parc. Et malheur à celui qui perd son sac car il lui en coûtera 150€....

Puente del IncaPuente del Inca
Puente del IncaPuente del Inca

Puente del Inca

En chemin vers l'entrée du parc. Un bus façon  'into the wild', on passe devant le poste frontière argentin et un vieux pont de chemin de fer.En chemin vers l'entrée du parc. Un bus façon  'into the wild', on passe devant le poste frontière argentin et un vieux pont de chemin de fer.
En chemin vers l'entrée du parc. Un bus façon  'into the wild', on passe devant le poste frontière argentin et un vieux pont de chemin de fer.En chemin vers l'entrée du parc. Un bus façon  'into the wild', on passe devant le poste frontière argentin et un vieux pont de chemin de fer.

En chemin vers l'entrée du parc. Un bus façon 'into the wild', on passe devant le poste frontière argentin et un vieux pont de chemin de fer.

Notre 'precieux' sac poubelle d'une valeur de 150€.

Notre 'precieux' sac poubelle d'une valeur de 150€.

On démarre ensuite la rando par une zone touristique avec des panneaux explicatifs et quelques petits lacs. On peut voir aussi évidemment le sommet de l'Aconcagua. 
On prend notre temps dans cette partie située à 2950m afin de s'acclimater le plus doucement possible. Après ce passage, on passe un pont suspendu qui aurait servi dans le film 7 ans au Tibet. La suite du trajet s'élève peu à peu dans le fond de la vallée.  On monte lentement pour s'acclimater au mieux mais on est en plein cagnard. Après 5h, on arrive enfin au campement, épuisés par le poids du sac, la chaleur, le manque de sommeil et l'altitude. On installe notre tente, et on se pose rapidement. On fait la connaissance de 4 Français de la région de Lyon qui tentent le sommet dans les jours suivants. L'état général n'est pas bon, on zappe le souper et on croise les doigts pour que ça aille pour la montée du lendemain à 4200m. La nuit n'est pas trop mauvaise.

En chemin vers Confluencia !En chemin vers Confluencia !
En chemin vers Confluencia !En chemin vers Confluencia !
En chemin vers Confluencia !En chemin vers Confluencia !En chemin vers Confluencia !

En chemin vers Confluencia !

Enfin arrivés au camp !
Enfin arrivés au camp !

Enfin arrivés au camp !

Au matin du 14 janvier, l'idée était de partir vers 8h mais l'énergie ne vient pas. On finit par démarrer quasi les derniers à 10h. La première heure est un peu dure, l'énergie tarde à venir. Étrangement, c'est lors de la deuxième heure que l'énergie revient alors qu'on est dans la partie la plus pentue. On arrive ensuite sur un plateau qui monte doucement jusqu'à la Plaza Francia à 4200m d'altitude.
Les paysages sont variés.  On longe le glacier durant un moment puis on arrive dans une zone aux couleurs rouges qui donnent l'impression d'être sur la planète Mars. Après 3h de montée, on arrive au mirador. 
Une courte pause et on décide de continuer.  Il est encore tôt et mis à part le nuage lenticulaire sur l'Aconcagua,  la météo semble avec nous. On poursuit dans de beaux paysages rocailleux et colorés. Après 2h de marche supplémentaires, on arrive à la Plaza Francia. Il s'agit d'une large étendue de sable où il est probable que ceux qui tentent la face sud posent leur camp de base. Un peu avant Plaza Francia,  on croise nos 4 amis français qui montent là pour s'acclimater avant leur montée au camp de base le lendemain. 
On profite de l'endroit pour faire quelques photos puis on repart, la descente est encore longue. On rejoint le mirador en une heure. Ensuite il nous faudra 1h45 pour redescendre au campement Confluencia. En comptant les pauses, on arrive à 19h. 
On profite de la soirée en compagnie des 4 français. Lorsque le soleil se couche, avec la fraîcheur ambiante et l'altitude, la cuisson prend un temps fou. A tel point qu'on vide la cartouche de gaz qu'on avait. Heureusement finalement qu'on n'avait pas mangé la veille !

Décors martiens et autres en direction de la Plaza Francia !Décors martiens et autres en direction de la Plaza Francia !
Décors martiens et autres en direction de la Plaza Francia !Décors martiens et autres en direction de la Plaza Francia !
Décors martiens et autres en direction de la Plaza Francia !Décors martiens et autres en direction de la Plaza Francia !

Décors martiens et autres en direction de la Plaza Francia !

Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !
Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !
Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !

Vue sur le glacier qu'on longera jusqu'au pied de l'Aconcagua !

Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia
Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia

Vues sur la face sud de l'Aconcagua depuis le mirador et la Plaza Francia

Au petit matin, on fait le thé grâce à un fond de cartouche de nos camarades. 
En repliant la tente on remarque qu'un des deux arceaux a lâché. Il reste encore 5 mois et on espère que la réparation de fortune tiendra jusqu'à la fin.
On range tout et on quitte le camp à 9h. On ne tarde pas et on parvient au bâtiment des gardes en 2 bonnes heures. 
On fait le check-out, on attend un peu en bord de route avant de reprendre le bus de 11h40 pour Mendoza. Quatre heures plus tard on arrive dans la ville. On passe reprendre nos affaires à l'hostal puis on passe le temps avant de prendre le bus de 22h15 à destination de Santiago. Ce bus fera le trajet en 14h au lieu des 8h annoncées à cause d'une attente prolongée à la douane chilienne.

Les collègues français qui ont fait l'ascension quelques jours plus tard !
Les collègues français qui ont fait l'ascension quelques jours plus tard !Les collègues français qui ont fait l'ascension quelques jours plus tard !

Les collègues français qui ont fait l'ascension quelques jours plus tard !

Eau gelée, au petit matin, à l'endroit où on prend notre eau... Brr, froid les mains...

Eau gelée, au petit matin, à l'endroit où on prend notre eau... Brr, froid les mains...

Derniers paysages avant 4h de bus et le retour à Mendoza.
Derniers paysages avant 4h de bus et le retour à Mendoza.Derniers paysages avant 4h de bus et le retour à Mendoza.
Derniers paysages avant 4h de bus et le retour à Mendoza.Derniers paysages avant 4h de bus et le retour à Mendoza.

Derniers paysages avant 4h de bus et le retour à Mendoza.

Des petits oiseaux pas bien craintifsDes petits oiseaux pas bien craintifs
Des petits oiseaux pas bien craintifsDes petits oiseaux pas bien craintifs

Des petits oiseaux pas bien craintifs

Voir les commentaires